En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

cdv logo  

Le Cercle des Voisins

Informe de l'atteinte à la dignité et aux droits humains que représente l’existence et le fonctionnement du «Centre de Rétention Administrative de Cornebarrieu», défend la libre circulation des personnes et dénonce le système mis en place pour l’expulsion des personnes privées de papiers.

logo EGM Toulouse

Solidarite avec Mimmo Lucano

Source : Médiapart - Nejma Brahim - 18/10/2020

Les sans-papiers et leurs soutiens ont achevé leur parcours à Paris hier, samedi 17 octobre, après vingt-sept jours de marche à travers la France pour réclamer davantage de droits. Epuisés mais déterminés, ils caressent l’espoir qu’Emmanuel Macron entende leurs revendications.

1 h 30, boulevard de Charonne. À l’heure où les riverains font leur marché, ce samedi 17 octobre, des centaines de manifestants défilent déjà, encadrés par les fourgons de police et de CRS. « So so soooo, solidarité, avec les sans-papiers ! », clament-ils en chœur, distribuant des tracts à qui veut bien les prendre.

La délégation s’est fixé rendez-vous à 10 heures, porte de Montreuil, et se compose en majorité de marcheurs de l’Est. Aujourd’hui, c’est le grand jour : celui des retrouvailles et des premières rencontres pour tous les participants de la marche nationale des sans-papiers qui traversent la France, depuis le 19 septembre, pour se réunir place de la République, à Paris.

Dans la foule masquée, certains ont orné leur tête d’une grande affiche de la marche enroulée sur elle-même, donnant l’air d’une toque. Beaucoup portent le tee-shirt créé spécialement pour l’occasion, dont l’écriture jaune sur fond noir ne peut qu’attirer le regard. Après avoir dépassé Ménilmontant et Belleville, le mini-cortège bifurque à gauche, rue du Faubourg-du-Temple.

Rue La Fayette à Paris, lors de la marche nationale des sans-papiers le 17 octobre 2020. © NB
Rue La Fayette à Paris, lors de la marche nationale des sans-papiers le 17 octobre 2020. © NB

 

De nombreux passants et commerçants saluent les marcheurs sur leur passage. Certains applaudissent, d’autres dégainent leur smartphone pour immortaliser l’événement, un sourire figé aux lèvres. Tout devant, le drapeau rouge marqué d’une étoile verte sur le dos de Soumia bouge au rythme des tam-tams. À 28 ans, la jeune femme a décidé de participer à la marche depuis Strasbourg, avec une cinquantaine de personnes.

« Nous sommes partis le 3 octobre dernier et avons commencé par une grande manif, précise-t-elle. Après avoir été hébergés par la mairie dans un hôtel, nous avons commencé la marche le lendemain en passant d’abord par Phalsbourg et Sarrebourg. » Saint-Jean-de-Bassel, Nancy, Metz, Verdun… « Nous avons été accueillis chez des personnes âgées, qui nous ont d’ailleurs rejoints en bus aujourd’hui à Paris pour nous soutenir sur la dernière étape. »

Épuisée mais déterminée, la Marocaine dit avoir puisé de la force moralement grâce aux soutiens rencontrés sur la route. « On avait mal partout, on ne sentait plus nos pieds, c’était encore pire avec le vent et la pluie les jours de mauvais temps », détaille celle qui fait partie des rares marcheuses de l’Est (elles n’étaient que deux), ajoutant que c’était aussi l’occasion de réaffirmer les droits des femmes.

En France depuis début 2019, cette licenciée en économie et gestion a quitté son pays dans l’espoir de poursuivre ses études ici et d’avoir une vie plus stable et indépendante. En situation irrégulière depuis, elle enchaîne les petits boulots au noir, du ménage aux marchés en passant par auxiliaire de vie. Elle explique attendre ce jour depuis le confinement, période durant laquelle « personne n’a pensé à eux », les sans-papiers.

Entre deux slogans scandés pour interpeller les passants, à l’intersection avec l’avenue Parmentier, elle ajoute : « J’ai compris qu’en fait l’État ne nous considérait pas. On a des difficultés à tous les niveaux : travail, logement, santé. Une marche nationale comme celle-ci est déterminante, car c’est une preuve de noblesse. On réclame ainsi nos droits et j’espère que la France le verra. »

Soumia, de nationalité marocaine, attend que « la Déclaration des droits de l'homme s'applique aussi pour les sans-papiers ». © NB Soumia, de nationalité marocaine, attend que
« la Déclaration des droits de l'homme s'applique aussi pour les sans-papiers ». © NB

 

Parmi les revendications des sans-papiers ce samedi, la régularisation ainsi qu’un logement décent pour toutes et tous. À 13 heures, les marcheurs de l’Est atteignent République. Les youyous et les cris de joie enflamment la grande place, où il faut désormais attendre le cortège du Nord, parti depuis Saint-Denis, et celui du Sud, en route depuis la porte d’Italie.

Près de la statue de Marianne, une pancarte où il est inscrit « BAAM », pour Bureau d’accueil et d’accompagnement des migrants, attire l’œil. Le verso dit « Feu aux CRA ». C’est là la troisième revendication des sans-papiers : la fermeture des centres de rétention administrative, perçus par beaucoup comme une « prison » pour des personnes innocentes qui n’aspirent qu’à une vie meilleure.

« Quelqu’un peut rester en détention jusqu’à trois mois, le temps de vérifier son identité et de l’expulser, souvent avec une obligation de quitter le territoire français (OQTF). On dénonce les conditions de vie dans les CRA, on a d’ailleurs vu ce qu’il s’est passé à Vincennes pendant la crise sanitaire, avec toutes ces contaminations », argue Julie, bénévole au Baam.

Permanence juridique, cours de français pour primo-arrivants et demandeurs d’asile, conseils… Pour l’association créée en 2015, il était primordial d’être présente lors de la dernière étape de la marche nationale des sans-papiers. « Le parcours de la régularisation est semé d’embûches mises volontairement par l’État et les préfectures. C’est quand même paradoxal : il faut un travail pour avoir les papiers, mais on n’a pas le droit de travailler sans avoir les papiers.

La dernière étape vers l’Élysée interdite par la préfecture de police de Paris

Ce samedi, une legal team a été mise en place spécialement pour la manifestation, car les bénévoles redoutent des arrestations en fin de journée. Julie distribue de tout petits morceaux de papier pliés sur lesquels figure un numéro de téléphone. « On sensibilise les gens sur le fait que la retenue administrative ne doit pas dépasser vingt-quatre heures et qu’en cas d’OQTF prononcée sous quarante-huit heures ils peuvent nous téléphoner pour que nous sollicitions notre réseau d’avocats », poursuit-elle, ajoutant que plus de 100 arrestations auraient été recensées à la dernière marche des sans-papiers le 20 juin, que Mediapart racontait ici.

Marche nationale des sans papiers La visibilite gagnee Arrivée des marcheurs de l'est place de la République à Paris. © NB

Au milieu de la place de la République, Slimane et Gaël repensent à leur périple depuis Strasbourg, tout en déjeunant. Tous deux font partie du CSP Montreuil, collectif de sans-papiers créé fin mai après le « premier acte » de la marche. « C’est fabuleux de voir la détermination des sans-papiers partis le 19 septembre depuis Marseille et Montpellier, puis le 3 octobre depuis Strasbourg, Rennes, Lille… Ça a soulevé une solidarité incroyable dans les villages comme dans les villes. Toute une partie de l’opinion est en train de basculer du côté de la régularisation des sans-papiers », décrypte Gaël, fervent défenseur des droits des étrangers depuis ses études supérieures et la circulaire Guéant, venue restreindre la possibilité pour les étudiants étrangers diplômés de travailler en France.

Depuis Strasbourg, Slimane a marché des dizaines de kilomètres par jour et dormi dans un bunker et dans un couvent. « Ce qui m’a le plus touché, c’est l’arrivée à Verdun. Certains camarades ont retrouvé leur grand-père enterré là-bas, j’ai aperçu le nom d’une famille de mon village en Kabylie, en Algérie, sourit-il, le regard plein d’émotions. On s’est dit qu’ils ont pu défendre la France à un moment donné, alors pourquoi ne pas nous régulariser ? Indirectement, on fait partie du patrimoine de ce pays. »

L’objectif final de la marche nationale était l’Élysée, avec l’idée d’envoyer une délégation de marcheurs rencontrer Emmanuel Macron. Mais les participants ont dû y renoncer après qu’un arrêté préfectoral est venu interdire ce tronçon de la manifestation. Pour beaucoup, la déception est grande. « Je retiens malgré tout que cette marche marque un tournant, car c’est assez inédit de voir des collectifs aussi nombreux, unis et décisionnaires », note Gaël, qui refuse de se laisser abattre.

« Depuis l’annonce de l’acte 3 avec les sans-papiers le 17 juillet, nous avons affiché notre volonté de nous diriger vers l’Elysée afin de faire entendre la question des sans-papiers aux plus hautes sphères de l’État, rappelle Ali, de la Marche des solidarités. Avec un grand mépris pour les marcheurs qui ont sillonné les villages de la France dans des conditions parfois très difficiles pour réclamer égalité et dignité, la préfecture de police de Paris leur a refusé d’accéder à la place de la Concorde et a proposé à la place un rassemblement statique, ou un parcours qui passerait essentiellement par les quartiers populaires de Paris, les seules zones où les sans-papiers ont le droit d’être visibles selon l’État. »

Pour Fernanda Marrucchelli, de la Fédération des associations de solidarité avec tous·tes les immigré·es (Fasti), la marche a au moins servi à gagner en visibilité. « Cela fait un mois que les marcheurs traversent la France et trouvent en retour solidarité et humanité chez la population, qui constate combien la politique migratoire française et européenne est mortifère et plonge les sans-papiers dans une vulnérabilité extrême. On veut dire au président de la République de se mettre en diapason avec cette solidarité française. »

Malgré une lettre ouverte signée par près de 300 organisations et un courrier envoyé en recommandé, les marcheurs n’ont obtenu aucune réponse du chef de l’État. « Ça s’appelle du mépris, on fait comme si les sans-papiers n’existaient pas, alors qu’on a bien vu qu’ils faisaient partie des travailleurs de l’ombre en première ligne durant le confinement », enchaîne Cybèle David, secrétaire nationale de l’Union syndicale Solidaires.

«Nous espérons tous qu’on ne nous voit plus comme des étrangers. »

 

« Il est 13 h 30 et la préfecture, avec qui on négocie encore, maintient l’interdiction d’aller vers l’Élysée. La consigne de la coordination nationale est de ne mettre personne en danger. » Inenvisageable, donc, de braver l’interdiction de la préfecture de police. Et les barricades installées par les forces de l’ordre tout autour de la place dissuadent toute tentative d’insoumission.

Dès 14 h 30, le cortège réunissant les marcheurs de tous horizons s’élance boulevard Magenta, direction gare du Nord et la Trinité, un parcours alternatif proposé par la CGT et accepté à la dernière minute par les autorités. « Ce n’est pas pour autant qu’on pourrait condamner à l’échec cette marche. Elle reste historique, car c’est la plus grande mobilisation nationale des sans-papiers de ces dernières années. De belles synergies se sont constituées pour poursuivre la lutte », poursuit la Marche des solidarités.

 

Danillo, 17 ans, est un mineur non accompagné gabonais. Il est venu pour soutenir ses camarades non reconnus mineurs. © NB
Danillo, 17 ans, est un mineur non accompagné gabonais.
Il est venu pour soutenir ses camarades non reconnus mineurs. © NB

 

Parmi les marcheurs, Danillo, un mineur non accompagné de nationalité gabonaise. « Même si ma minorité a été reconnue, je suis venu de Rouen aujourd’hui pour soutenir mes amis coincés dans un entre-deux car non reconnus mineurs. Nous sommes dans le même bateau et ce n’est pas toujours facile pour nous, qu’il s’agisse de nos conditions de vie, de notre scolarisation ou du travail », insiste celui qui est inscrit en CAP couvreur cette année. « Nous espérons tous que les choses puissent changer, qu’on ne nous voit plus comme des étrangers. »

Nadia, venue de Rouen également, vit en France depuis trois ans. Sans papiers pendant deux ans, elle a réussi à régulariser sa situation et détient désormais un récépissé, en attendant un titre de séjour. « Je suis là aujourd’hui pour montrer ma solidarité. Les sans-papiers vivent la souffrance, la galère, les CRA. Pas de travail, pas de quoi payer lloyer, pas d’égalité… Ils sont rejetés par la société française et n’ont pas un minimum de droits. Ils n’ont même pas le droit de travailler pour subvenir à leurs besoins. »

 

Témoignage de Nadia, exilée algérienne vivant à Rouen, lors de la marche nationale des sans-papiers à Paris. © NB

Abdoulaye, la trentaine, confirme ces propos. Habitant dans un foyer du XIXe arrondissement de Paris, il explique vouloir gagner sa vie correctement, travailler, se soigner. « Même s’il y a l’aide médicale d’État, certains médecins ne l’acceptent pas, souligne cet exilé sénégalais. On dort mal, certains n’ont même pas de toit. Ce sont souvent des frères qui nous apportent à manger au foyer. »

Rue La Fayette, un homme au dos courbé tente de suivre le rythme, malgré ses petits pas. Ses 77 ans ne l’ont pas découragé, il affirme avoir l’habitude de marcher depuis son enfance. Michel milite auprès du CSP75 et a estimé qu’il était important de venir en cette journée symbolique.

« Je me suis rendu à Calais il y a deux ans et j’ai constaté les difficultés que rencontraient les migrants, confie-t-il. Les sans-papiers ne sont pas gâtés… Ça aurait été une bonne chose qu’il y ait un dialogue avec Emmanuel Macron, mais j’ai l’impression que ce n’est pas pour demain. Et le ministre de l’intérieur, n’en parlons pas. » À ses yeux, encore trop de personnes se prononcent contre les migrants sans même les connaître. Le septuagénaire espère que cette marche anéantira les préjugés pour davantage de solidarité.

« Marseille-Paris à pied, c’est la marche des sans-papiers ! », scande la foule, dont le nombre aurait atteint 60 000, selon les organisateurs hier. En les voyant passer, un ouvrier sur le chantier d’un bel immeuble haussmannien lève son pouce en l’air, en signe de soutien.

Le cortège gagne la Trinité à 16 heures, un cordon de CRS et de gendarmes quadrillent la place d’Estienne-d’Orves. « Police partout, justice nulle part ! », répondent les manifestants, qui espèrent toujours pouvoir aller jusqu’à la Concorde, mais retrouvent le calme après un sitting et les prises de parole de différents collectifs. Najeh, du CSP Lyon, avait accueilli les marcheurs du Sud – une soixantaine – dès le 1er octobre. Tous avaient entrepris la marche le 5 octobre depuis Lyon, s’habituant petit à petit aux ampoules qui ne lâchaient plus leurs pieds.

« Je suis heureuse de retrouver mon fils ici, car je l’avais laissé pour participer à cette marche. Il m’a rejointe à Paris cette semaine pour me montrer son soutien », se réjouit cette professeure de russe de nationalité tunisienne, sans papiers depuis son arrivée en France il y a un an. Le CSP13 (pour Marseille) prend la parole au micro. La voix de Nadine* retentit, de même que les applaudissements de son auditoire. « Pour moi, cette marche est celle de la dignité. On demande une régularisation durable et inconditionnelle, des centres de formation au lieu des centres de rétention, et un logement décent pour tous », souffle-t-elle après sa prise de parole.

Une aventure humaine pour cette pharmacienne d’officine algérienne contrainte de faire des gardes d’enfants pour s’en sortir, et dont la fille a dû batailler pour s’inscrire à l’université à Marseille. « Notre action restera pacifique jusqu’à ce qu’on ait gain de cause. Il nous reste peut-être 10 % d’espérance pour avoir un retour du président, mais la visibilité gagnée grâce à ce mouvement national est déjà une petite victoire », conclut-elle, tandis que la foule se disperse dans le calme et sans intervention des brigades de répression des actions violentes motorisées (Brav-M), à 18 heures.

 

 

Vite dit

06/06/2022 - Archarnement administratif, ca suffit !

« Comment peut-on croire qu'on sera plus heureux en faisant du mal à d'autres ? » (Hervé le Tellier – L'anomalie)

Ce mardi 7 juin 2022, Gideon est convoqué au tribunal judiciaire de Toulouse. Combien de juges a-t-il vu depuis le jour où il a été interpellé au commissariat de Pamiers ?

Au moins 7.

Le 3 mai, ce jeune gabonais de 18 ans, a été placé au centre de rétention de Cornebarrieu pour un vol prévu le 4 mai vers Libreville. Ce placement rendu possible par la loi (Article L 740-1 CESEDA) a été concrétisé par la préfecture de l'Ariège.

Il a refusé d'embarquer car toute sa famille vit en France de manière régulière. Il est scolarisé au lycée de Lavelanet et n'a plus du tout d'attache au Gabon.

Le 5 mai, le juge de la liberté et de la détention (JLD) décide de la prolongation de sa rétention (Article L742-3 CESEDA) permettant ainsi à l'administration d'organiser un nouvel 'éloignement'.

C'est le 27 mai qu'aura lieu cet 'éloignement' mais cette fois avec des techniques coercitives musclées (GTPI). Monté de force dans l'avion, Gidéon sera ligoté et molesté jusqu'au moment où le commandant de bord exigera son débarquement.

Mais s'opposer à son expulsion est un délit. Gidéon passera le soir même devant le procureur en CRPC (Comparution sur Reconnaissance Préalable de Culpabilité) et sera puni d'une peine de prison de 3 mois avec sursis et 5 ans de mise à l'épreuve.

A 100 km de Toulouse, la préfète de l'Ariège reste inflexible : Gidéon doit rester enfermé pour être expulsé.

Le 2 juin, la juge JLD rendra un avis légèrement plus conciliant en lui permettant de rejoindre famille mais en l'obligeant à signer tous les jours au commissariat.

La préfecture de l'Ariège n'a pas apprécié cette décision. Elle a fait appel et l'audience aura lieu ce mardi 7 juin à 9h45 au palais de justice de Toulouse.

Si vous venez à cette audience, vous ne verrez pas le ou la signataire de cet appel. Il ou elle se fera représenter par un ou une porte-parole bien obéissant.e.

On sait qu'un nouveau vol a été demandé par la préfecture et si Gidéon le refuse, il risque cette fois 3 ans d’emprisonnement et une interdiction du territoire de 10 ans.

Depuis ses 18 ans, Gidéon vit sous la menace d'une arrestation, d'une expulsion !

Ce 6 juin, c'est son anniversaire. Il a 19 ans.

 

unnamed27/11/2021 - Arbitraire, malveillance, cynisme et mauvaise foi de la justice

Un témoignage émouvant et enrageant  mais aussi interloquant par l’absurdité des ”arguments” avancés par le parquet, dont on sent le désespoir pour trouver quelque chose, peu importe quoi, afin de bloquer la démarche éminemment humaine de cette femme.

L’arbitraire et l’absurdité dans l’action du pouvoir en place qui se dégage de ce témoignage pourrait se prêter à rire, si ce n’était pas en même temps une épitaphe sur le tombeau de la justice de la République. Comment rester de marbre quand on est témoin d’une action aussi malveillante, cynique et de mauvaise foi que celle que témoigne ce récit :

"Cette nuit j'ai besoin d'exprimer ma sidération et ma colère. J'étais en audience cet après midi pour l'adoption de mon garçon qui vient de Guinée et qui est chez moi depuis bientôt 4 ans.
L'avocate apprend juste avant qu'on entre que le parquet était contre, aucune idée des motifs, où est le respect de la procédure contradictoire en droit ??
Une fois dans la salle, elle demande donc quels sont les motifs...
Ubuesque, absurde, stupide et j'en passe... 
1 pas de photo sur l'extrait de naissance !!! Qui connaît un exemple dans le monde ?
2 0n ne se connaît pas assez longtemps pour prouver des liens affectifs ! 4 ans !!! et jugement de la cour d'appel de Rennes  pour un titre de séjour vie privée et familiale que mon garçon détient depuis Juillet, qui insiste beaucoup sur nos liens profonds. 
3 le titre de séjour est provisoire jusqu à fin Juin !! Tous les premiers titres de séjour ne durent jamais plus d'un an, c'est la loi !!!
Une amie qui voulait adopter aussi et  à qui on a dit non également pour d'autres raisons, le titre de son jeune va jusqu'à Février mais comme c'est bizarre, pour lui ils n'en parlent pas !!
4 il vient chez moi de temps en temps, alors là on était héberlué ! Il a habité tout le temps chez moi, 9 attestations le prouvaient, j'ai en 40 comme ça!  Mon avocate pense que ça vient du fait qu'il a été en pension à la Guerche de Bretagne à 2h50 de chez moi, j'habite à Quimper. On n'a pas eu le choix, j'ai dû l'inscrire là bas car on avait eu une OQTF fin Juin, trop tard pour trouver une place ici en lycée hotelier car Youssouf est cuisinier-il a maintenant un CDI à Quimper - 5 restaurateurs étaient prêts à le prendre en alternance ici dans le Finistère sud juste à côté de Quimper-pour une formation complémentaire cuisinier en desserts de restaurant et le CFA aussi, OQTF, donc impossible, on n'avait plus que la Guerche de Bretagne et on nous le reproche maintenant ? J'aurais dû faire quoi, le conduire tous les matins et le ramener tous les soirs ?? On est sérieux là ??
5 sa signature et son paraphe sont les mêmes !!
Il était analphabète en arrivant ici, il ne savait ni lire ni écrire, donc sa signature était les premières lettres de son nom et prénom car c' était ce qu'il y avait de plus facile pour lui, et après quand il a su écrire, trop tard, on lui aurait dit que sa signature n'était pas conforme !!!
Tout ceci est ahurissant ! 
Quoiqu'on fasse, ce n'est jamais bien !!
Alors je ne peux pas m'empêcher de penser que tout ça est politique, la cour ici est à priori contre et cherche le moindre prétexte pour refuser l'adoption.
Je navigue entre la sidération, la tristesse, la colère et le rire car heureusement j'ai le sens de l'humour ! Tous ces arguments sont risibles... Mais c'est quand même la colère qui domine et heureusement car c'est elle qui va me donner la force, l'énergie pour continuer à me battre, cela fait 4 ans que nous partageons tout mon petit fils et moi, les joies comme les peines, nous avons ri et pleuré ensemble, alors nous n'allons pas abandonner, nous allons continuer à nous battre, nous formons une famille. 
Bonne nuit à tous et merci à ce groupe d'exister, cela fait tellement du bien de savoir que nous ne sommes pas seuls !"

unnamed23/11/2021 - Expulsé sans ambage et sans bagage

L'Office Français de l'Immigration et de l'Intégration, l'OFII, n'a pas joué son rôle ce jour de début novembre à Toulouse.

L'affichage de leur bilan pourrait nous faire croire à une efficacité remarquable.

Voici les chiffres tirés de leur rapport 2020 pour les centres de rétention (CRA) :

9 959 entretiens de 1er accueil, 16 830 entretiens complémentaires, 144 entretiens d'évaluation de la vulnérabilité, 83 aides au retour, 34 010 achats de 1ère nécessité, 631 paiements de mandats, 186 retraits d'espèces en banque, 597 achats avec la carte ADA, 5 démarches de clôture de comptes bancaires, 9 remboursements de billet SNCF, 695 démarches de récupération de bagages, 38 démarches de récupération de salaires, 1726 dons de vêtements.

En novembre 2019, les EGM31 constataient déjà,des manquements sévères ( lire ici ). Par exemple, la récupération de bagages ne se faisait que sur Toulouse et sa banlieue alors que les placements en CRA se décident au niveau national et que les personnes étrangères 'dublinées' sont convoquées à la préfecture de région, donc Toulouse.

Rien d'étonnant donc que ce 9 novembre 2021, 3 associations (Halde, Cimade, Cercle des Voisins) ont du oeuvrer ensemble et dans l'urgence pour permettre à un retenu, placé la veille au CRA de Cornebarrieu de récupérer ses bagages avant son expulsion. Ces bagages étaient pourtant stockés à Toulouse !

 

14/04/2021 - Pourquoi ? Combien ?

Pourquoi tant de temps? pourquoi tant de kilomètres parcourus? Pourquoi tant d'argent public dépensé ? et les autres pourquoi pour tout ce qui ne peut se mesurer comme l'incompréhension, la peur, la trouille, l'angoisse, et tous les traitements indignes que sont le menottage, l'escorte policière sous le regard des autres, l'enfermement en centre de rétention administratif (CRA) et aussi l'attente, une longue attente pour qu'enfin l'Office Français de Protection des réfugiés et Apatrides (OFPRA) lui accorde enfin en ce mois d'avril 2021,la protection qu'il demandait.

Combien de parcours semblables à celui d'Ibrahim? Combien de personnes ont subi des arrestations en préfecture, un enfermement qui peut durer jusqu'à 3 mois dans des locaux parfois sales, où la bouffe est infâme et où il est nécessaire de se résoudre à avaler un somnifère si l'on veut dormir un peu ?

Et combien de temps cela va-t-il durer encore avant qu'une figure humaine mette un terme aux textes écrits par les gestionnaires et technocrates en place depuis plusieurs années sur le Droit des Étrangers (le fameux CESEDA et les règlements qui en découlent comme celui de Dublin).

Et comme le suggère le dernier livre d'Axel Kahn, Et le bien dans tout ça ?, si nous devenions raisonnable et humain ?

Ce vite-dit fait suite à celui du 22/2/2019 - L’acharnement des préfets dépasse les bornes
Ibrahim (son prénom a été changé) est un jeune qui a fui le Niger en 2015 ; parti à l’âge de 17 ans, il a fêté ses dix-huit ans en Lybie ; tout le monde comprend ce que cela signifie… courageux il l’est vraiment ce gars ; son périple, par la méditerranée puis l’Italie a duré plus de trois années…. il est passé par l’Allemagne. Malheureusement son petit séjour au pays de Goethe s’est mal passé ; De violentes agressions à caractère raciste l’ont poussé à reprendre la route. Le voilà en France, et bien sûr, en guise d’accueil, la France lui colle une procédure de réadmission Dublin vers l’Allemagne. Heureusement, il trouve refuge au cœur de la France profonde sous l’aile bienveillante du réseau RESF.
Arrêté le 11 février, il est conduit au CRA de Cornebarrieu (1er voyage).
Le 13 février passage devant le JLD : Ibrahim est assigné à résidence chez lui ; il est recueilli par le Cercle des Voisins.
Le 14, le CdV organise son retour chez lui (2ème voyage).
Le 20, il se rend à la gendarmerie sur convocation ; et que fait l’Administration ? Ibrahim est de nouveau arrêté et amené sous escorte à Cornebarrieu (3ème voyage).
Le matin du 21, Ibrahim est conduit à l’avion menotté et entravé ; deux policiers l’escortent jusqu’à Paris (4ème voyage)
Arrivé à Paris, la police lui annonce que la Préfecture a décidé de le libérer ; Ibrahim, qui n’a rien compris se retrouve dans un avion entre deux policiers direction Toulouse (5ème voyage). Il est conduit au CRA de Cornebarrieu pour y signer des documents auxquels il ne comprend rien : il refuse de signer, et le voilà libre, sans bagage et sans aucun justificatif.
Grace à l’efficacité du réseau, il est récupéré, passe une bonne nuit à Toulouse et reprend le train vers son village d’adoption (6ème voyage).
Bilan :

  • Quatre voyages à trois personnes aux frais du contribuable (le coût dépasse certainement les 5000€ car il faut y intégrer les salaires des policiers de l’escorte)
  • Deux voyages aux frais des associations de bénévoles.
  • Tout ça pour revenir au point de départ…

Vous appelez ça une politique d’asile respectueuse des personnes ?
Et en plus un gâchis d’argent public.

 

 

 

vd systeme ecrase2/2/2021 - 90 jours moins 1
Le Code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile (CESEDA) dispose que le placement en rétention doit être considéré en ultime recours lors de l’expulsion d’une personne, et cela seulement après avoir épuisé toutes les autres formes de contrôle disponibles à l’administration, comme l'assignation à résidence ou le pointage en commissariat de police. Aussi, il dispose que la période de rétention doit être réduite au strict minimum nécessaire à la mise en oeuvre de l’expulsion.

Monsieur P., un Sénégalais en situation irrégulière, est arrêté et placé en rétention au centre de rétention administrative (CRA) de Cornebarrieu. Deux jours plus tard, il est présenté devant le Juge de la Liberté et de la Détention, qui décide de prolonger sa rétention pour une période de 28 jours supplémentaires en vue d’une expulsion imminente vers son pays d’origine. Cette période devrait suffire à la préfecture pour organiser son expulsion.

Or, à la fin de ces 30 jours, l’administration n’a toujours pas réussi à le faire. Qu’à cela ne tienne, la préfecture décide de demander une nouvelle prolongation de la période de rétention de 30 jours supplémentaires pour organiser cette expulsion “imminente”. Le tribunal accède à la demande de la préfecture et inflige à Monsieur P.  une nouvelle période de 30 jours pendant laquelle l’administration devrait pouvoir finir les préparatifs.

Hélas, les 60 jours s’écoulent, mais l’expulsion se fait attendre. Un point de détail se dit probablement la préfecture qui demande encore une prolongation. Le tribunal accepte, à nouveau, et condamne Monsieur P.  à 15 jours de rétention supplémentaires, en principe pour permettre à l’administration de finir enfin son travail et exécuter l’expulsion, toujours "imminente”.

Surprise ! 15 jours plus tard, rebelote. La préfecture n’a toujours pas pu, su ou voulu expulser Monsieur P.  et demande, difficile à croire, une prolongation supplémentaire !  C’est la dernière prolongation autorisée par la loi avant qu’il soit libéré de droit... en attendant de nouvelles arrestations, sans limites. Une des conditions pour accorder cette quatrième et dernière prolongation est que la préfecture ait obtenu le laissez-passer nécessaire à l’expulsion, ainsi qu’un vol, et cela au plus tard pendant les 15 jours de la troisième prolongation, ce qui n’était toujours pas le cas pour Monsieur P.. Encore plus difficile à croire, non seulement le tribunal ignore le manque du laissez-passer et du vol, mais refuse aussi d’admettre que dans la situation sanitaire actuelle il soit pratiquement impossible de renvoyer ces pauvres gens vers leurs pays, et décide de prolonger d'encore 15 jours le calvaire de Monsieur P..

Monsieur P. a été finalement expulsé la veille de la fin de sa rétention. 90 jours moins 1 de rétention parce que la préfecture n’a pas été capable de faire son travail avec plus de diligence et en conformité avec le CESEDA.

Juste au cas où le point vous aurait échappé, il ne s’agit pas ici d’un colis que l’on peut mettre de côté en attendant son expédition par le moyen le plus confortable pour l’administration, mais d’un être humain privé de sa liberté et de ses droits, dont la seule faute est de ne pas avoir des papiers, c’est-à-dire une simple contravention au CESEDA.

Malheureusement Monsieur P. n’est ni le premier ni le dernier à subir ces longues peines d’emprisonnement. Des milliers de personnes se trouvent ainsi piégées dans des centres de rétention à travers la France, avec pas ou peu de possibilité d’expulsion. Beaucoup se trouvent dans des centres touchés par la COVID, et par conséquent exposés au virus, mettant leur vie en danger, sans que cela inquiète l’administration.

Il est malheureusement peu probable que le gouvernement cesse ces expulsions honteuses, mais il se doit d’être capable de les exécuter dans le respect des personnes et de leurs droits.

Il est impératif que la déshumanisation de ces êtres humains cesse parce que pour chaque personne que se voit désignée comme "chose”, nous détruisons un bout de nos âmes.

 

 

Plus jamais ca signons pour le jour dapres[Pétition] Plus jamais ça, signons pour le jour d’après

À la suite de la tribune « Plus jamais ça, préparons le jour d’après », seize organisations lancent une pétition nationale pour défendre des mesures urgentes et de plus long terme, porteuses de profonds changements politiques.

affichea3 acte4 03Acte 4 des Sans-Papiers : Liberté, Egalité, Papiers !

Le pouvoir fait partie du problème des crises de ce pays et les amplifie, semant la misère, le désespoir, le racisme et la haine là où il faut plus de solidarité, de liberté et d’égalité. Lors de la Marche nationale des Sans-Papiers nous avons montré que nous étions la solution.

Appel à l'Acte 4 et à des manifestations sur tout le territoire le 18 décembre

Régularisation des Sans-Papiers, Fermeture des CRA, Logement pour touTE

Archive

Powered by mod LCA