En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

cdv logo  

Le Cercle des Voisins

Informe de l'atteinte à la dignité et aux droits humains que représente l’existence et le fonctionnement du «Centre de Rétention Administrative de Cornebarrieu», défend la libre circulation des personnes et dénonce le système mis en place pour l’expulsion des personnes privées de papiers.

logo EGM Toulouse

FINI DE RIRE | 13/07/2014

  • Tentative de décodage de la persistance des autorités à toujours plus renvoyer les étrangers à la fragilité de leur (non)statut et à l'incertitude du lendemain.

A., jeune père de famille arménien, a fui son pays avec femme et enfants en 2013 pour échapper aux menaces qui pesaient sur eux. Ils demandent l'asile depuis Rennes, asile qui leur est refusé; la logique administrative veut qu'ils repartent dans le pays qu'ils ont fui. La famille est donc assignés à résidence pour faciliter son expulsion. Le vendredi 4 juillet, A. est convoqué seul à la gendarmerie, il sera expulsé le lundi suivant, malgré un soutien fort des voisins dans le bourg breton (2700 habitants) où ils travaillent à leur intégration. En route, dialogue entre une amie française de A. et un policier de l'escorte :

"Ne vous inquiétez pas, Madame, nous nous occupons de lui. Nous allons l'escorter jusqu'à Erevan et le confier aux autorités arméniennes". Je lui réponds que ces nouvelles ne me rassurent pas du tout. "Il n'a pas d’interdiction de retour, à vous de le faire revenir au plus vite" ! La police a donc sciemment laissé la femme de A. seule à Rennes avec leurs trois enfants. Pour quelle raison agit-elle ainsi?

a. Pour encourager la jeune femme à repartir à ses frais vers l'Arménie avec les enfants pour réunir la famille, ce qui fera économiser l'argent du contribuable.

b. La famille se retrouve coincée en France; ayant perdu la capacité de travail du père pour subvenir à ses besoins, elle se trouvera à la charge de ces imprudents droit-de-l'hommistes qui soutiennent les étrangers indésirables : qu'ils assument !

c. En expulsant le père, j'applique la loi ; mais comme je reconnais que c'est insupportable et que je suis humain, je ne vais pas imposer cela à la femme et aux enfants.

d. D'ailleurs, comme l'exécutant de ma décision l'a prédit, ce monsieur va revenir, fournissant du travail aux passeurs que je dois aussi traquer, ce qui renforcera ma légitimité.

***

C. arrive en France, seule, en août 2012, en provenance du Congo (RDC). Elle est âgée de 13 ans et 8 mois. Mineure isolée, elle est prise en charge par l'ASE (Aide Sociale à l'Enfance, relevant du conseil général). Tout va bien pendant deux années scolaires, elle suit avec succès une formation pour être cuisinière. Mais, dans le département du Rhône comme dans d'autres, l'ASE cherche "la fraude à la minorité". Un matin de juin 2014 (elle a maintenant 15 ans et demi), la PAF (police aux frontières) la cueille chez elle, perquisitionne sa chambre et la conduit de force à une laboratoire pour un de ces tests de majorité osseuse dont la fiabilité est niée par les médecins et dont l'usage devrait être interdit, selon la commission nationale des droits de l’homme (CNDH, dans un avis du 26 juin 2014). Miracle de la médecine policière: l'âge de C. est compris entre 18 et ... 35 ans ! C. est alors traduite en correctionnelle; elle est condamnée à un mois de prison pour escroquerie envers l'ASE, malgré un acte de naissance dont l'authenticiré n'est pas suspecte. Sortant de prison le 7 juillet 2014, elle est immédiatement conduite au centre de rétention administrative en vue de son expulsion. C'est la juge des libertés et de la détention qui la fera libérer, le 11 juillet, après une ultime angoisse, le procureur ayant fait appel de la décision, en vain. Pour quelle raison l'autorité agit-elle ainsi ?

a. Pour rétablir la parité, une action semblable ayant conduit deux mois auparavant un garçon africain en prison sur le même motif.

b. Pour faire entendre aux divers soutiens de l'adolescente qu'ils sont bien naïfs de se laisser tromper par ces fieffés fraudeurs que sont les étrangers; surtout à 15 ans.

c. Bien faire comprendre à la demoiselle qu'elle est de trop, qu'on ne veut pas d'elle et qu'elle devra se battre toute sa vie pour justifier sa présence.

d. Assécher un peu partout dans le monde les sources d'où proviennent ces enfants, dont le nombre augmente régulièrement ?

***

C'est une famille roumaine, le père, la mère et leurs quatre jeunes enfants, arrivés en France en 2012. Les débuts du séjour sont faits d'errances forcées, mais le 1er janvier 2014 ils sont devenus citoyens européens à part entiére ; à ce titre ils ont le droit de séjourner plus de trois mois à condition d'avoir du travail, ou d'en rechercher. Petit à petit, la famille franchit les premières étapes d’une installation pour chacun de ses membre, aidée et encouragée par les services sociaux et le RESF. Ils ont trouvé un vrai hébergement, le père a trouvé un travail à mi-temps, peu payé mais c'est un travail. La mère est inscrite à Pôle Emploi, les enfants dans les écoles et collèges alentour. A partir d'une OQTF de janvier 2014 qu'elle n'avait pas contestée, la mère a été expulsée le 8 juillet 2014 : pour compléter le maigre budget familial, elle mendiait ! Pour quelle raison l'autorité agit-elle ainsi?

a. La famille est rom, et le préfet croit savoir, comme le chante Brel, que "chez ces gens là, monsieur, on ne vit pas,... on triche".

b. Décourager les travailleurs travailleurs sociaux de s'investir pour ces gens là.

c. Briser ce qui est engagé par cette famille pour son intégration avant que leurs efforts ne commencent à payer.

***

Début juin 2014, un incendie ravageait un immeuble d'Aubervilliers (Seine Saint Denis). Le bilan humain est lourd, plusieurs morts, des blessés. Mais le sang-froid d'un habitant du premier étage a permis de limiter les pertes : plutôt que de s'enfuir pour sauver sa peau, il est monté dans les étages alerter ses voisins, sauvant ainsi plusieurs vies. Ce jeune homme tunisien vivait depuis trois ans en France sans papiers. Dix jours plus tard le préfet lui octroyait un titre de séjour !

Début juillet 2014, juste avant la fin de l'année scolaire, une professeure des écoles meurt poignardée par une mère d'élève. Cette jeune femme soutenait depuis plusieurs années une famille gambienne dans sa quête de régularisation. Suite à ce drame, la-préfète du Tarn annonce qu'elle va régulariser le séjour de cette famille !

Contrairement à la jeune mère roumaine ou à la collégienne congolaise, ni le valeureux sauveteur tunisien, ni la famille gambienne du Tarn, ni le jeune père de famille arménien "ne remplissaient les conditions légales d'une régularisation". Bilan: en à peine un mois, deux expulsions effectuées (la police sachant pertinemment que les expulsés reviendront rejoindre leur famille en France), une autre évitée de justesse, deux régularisations par le fait du prince. Quelle présence de l'État de droit dans tout cela ?

a. ?

b. ??

c. ???

Martine et Jean-Claude Vernier

Il n'est plus possible d'ajouter des commentaires à cet article

Vite dit

12/7/2018 - France - Belgique 0 à 0
Samuel Umtiti est né au Cameroun, il est le petit dernier d'une fratrie de 4 enfants. Alors qu'il a 2 ans, sa famille émigre en France et s'installe à Lyon. C'était en 1995, serait-ce possible aujourd'hui ?

Paul Pogba : fils d'immigrés d'origine guinéenne
Antoine Griezmann : d'ascendance allemande et portugaise
N’Golo Kanté : d'ascendance malienne
Kylian Mbappé : fils d'immigrés d'origine camerounaise et algérienne
Ousmane Dembélé : fils d'immigrés d'origine malienne et sénégalo-mauritanienne
Corentin Tolisso : fils de père togolais
✓ Et tant d'autres
Merci à vous tous !
Mais dans vingt ans, avec les frontières fermées, y aura-t-il quelqu'un pour marquer pour la France ?

⚫️

8/7/2018 - Ah bon ? On avait tort toutes ces années alors ?
Les gouvernements successifs, les parlementaires, les tribunaux, les policiers, l'administration, tout ce beau monde, aveuglé par leurs intérêts politiciens et populistes s'acharnait à pointer du doit, accuser, juger et condamner ces "criminels de la fraternité" qui "font le jeu des passeurs", sans même se poser la question de la légalité de leurs actions, et voilà qu'à la plus haute cour de justice les Sages du Conseil Constitutionnel projettent un rayon de lumière et leur disent : Ben non ! C'est vous qui avez tort ! C'est vous qui accusez, jugez et condamnez un des éléments fondateurs de la République, ses fondations mêmes !
Liberté et Égalité : la FRATERNITÉ n’est pas un gadget ou une cerise sur le gâteau républicain, c’est le principe constitutionnel permettant de garantir les 2 premiers !
En savoir plus

⚫️

1/7/2018 - Macron a raté un cours à l'école de la vie
En accusant le navire Lifeline de violation de la loi et de faire le jeu de la mafia de passeurs, on comprend aisément que Macron a raté le cours sur le mode d'utilisation de valeurs et de principes.
Une personne normale, qui a assisté à tous les cours, se base sur ses valeurs et ses principes pour dicter sa conduite. Macron, lui, regarde d'abord les chiffres, puis se basant dessus il prend des décisions sur sa conduite. Si les décisions sont en accord avec ce qu'il dit être ses valeurs, tant mieux, ça servira pour le marketing. Si ce n'est pas le cas, eh ben, ce n'est pas grave, on pourra toujours brandir le joker : "On ne peut pas accueillir toute la misère du monde".
En savoir plus

⚫️

24/6/2018 - Hypocrisie
Dans le beau vocable "Aide Publique au Développement" on pense intuitivement à l'affectation d'une partie de nos dépenses "publiques" qui va être destinée à des pays pauvres afin de les "aider" à se "développer" et donc d'améliorer les conditions de vie des peuples. On ne se doute pas qu'une part toujours plus importante de cette "aide" sert en Europe, à financer les expulsions et, en dehors, à financer des accords pour renforcer les frontières des pays du sud, comme par exemple avec la Libye.
En savoir plus

⚫️

vd brutalite policiere6/8/2018 - Retenus : la moindre tentative d’exister sera réprimée
L’audience en comparution immédiate contre les pseudo-émeutiers du CRA de Cornebarrieu m’a totalement consterné. Il ne s’est même pas agi d’une parodie de justice, mais simplement d’un conseil de discipline dont l’objet est de faire comprendre aux retenus que leur moindre tentative d’exister sera impitoyablement réprimée.
Tout a tourné autour de la notion de territoire. On a pu comprendre qu’un territoire même aussi minuscule que le bâtiment (E ou D) ne doit pas être accessible selon le bon vouloir d’un retenu. On a pu comprendre aussi que les retenus puissent envisager de se mouvoir dans un espace sans être observé est une prétention qu’il faut mâter immédiatement. La rétention n’est pas une mise en attente d’un éloignement, mais bien un temps de punition pour décourager toute velléité de (re)pénétrer en France.
Dans ce système les centres de rétentions sont des zones de non-droit où seuls l’arbitraire, la force et l’humiliation ont droit de cité.
Les perspectives d’un tel système sont glaçantes.

⚫️

vd dingue3/6/2018 - La logique des "valeurs"

"Un migrant qui sauve un enfant est un héros, mais... qui sauve un migrant est un délinquant"

J'avoue qu'en lisant ça j'étais confus, je n'arrivais pas à concilier ces trois énoncés:

  1. Sauver la vie d'un être humain (français) c'est bien, on a même droit à une naturalisation si on est un migrant.
  2. Sauver la vie d'un être humain (migrant) c'est mal, on a droit à des amendes et même à une peine de prison si on est un militant.
  3. Liberté, Égalité, Fraternité.

Je suis sûr qu'il y a une astuce pour résoudre cette énigme, un ingrédient qui manque, mais je n'arrive pas à me décider entre hypocrisie, xénophobie, égoïsme, élitisme anthropologique, et même simplement de la stupidité, mais ça pourrait bien être un mélange de tout ça.

 ⚫️

vd injustice30/5/2018 - Je fais encore pire que le tribunal ! - À l'audience de M. A devant le JLD, son avocat avait des documents qui auraient pu le libérer, mais l'avocat ne les a pas inclus dans le dossier parce qu'ils ne lui avaient pas été adressés à lui personnellement. Sans ces documents M. A a été maintenu en rétention 28 jours de plus.
On avait déjà un grave problème avec l'indulgence "presque" criminelle des juges vis-à-vis des irrégularités de procédure de la préfecture, maintenant on a aussi un avocat qui invalide la défense de son propre client sur un petit point de procédure !!!
Je ne suis pas juriste, mais il aurait au moins pu demander à son client s'il l'autorisait à les utiliser non ?
Avec des défenseurs comme ça qui a besoin de procureurs ?
On marche sur la tête !

⚫️

17/5/2018 - Boite postale trop petite ? - Un morceau d’anthologie lors d'une audience du JLD étrangers, auxquelles nous assurons une permanence citoyenne, lorsqu’est évoquée une assignation à résidence... à une boite postale. Cela concernait l'épouse d'un retenu et son enfant, mais sans que l'assignation n'ait été envisagée pour le retenu lui-même.

Est-ce la boite postale qui était trop petite pour héberger toute la famille, ou est-ce l'administration, débordée par une machine de chasse aux étrangers qui n'a même plus le temps d'une seconde de pause pour réfléchir à ce qu'elle fait ?

Pour celle-ci et plusieurs autres irrégularités, la juge à décidé de libérer le retenu, mais il avait déjà passé plusieurs jours en rétention.

La liberté des êtres humains a perdu à tel point de l'importance aux yeux de nos dirigeants que la privation de liberté ressemble plus à un jeu de roulette qu'à de la justice.
Faites vos jeux !  Vous perdrez de toute façon.

⚫️

Formation CESEDA

Le Cercle des voisins a proposé deux sessions de formation sur la nouvelle loi CESEDA animées par Maître Benjamin Francos (ADE) les samedi 19 novembre et 10 décembre 2016.
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA