En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

cdv logo  

Le Cercle des Voisins

Informe de l'atteinte à la dignité et aux droits humains que représente l’existence et le fonctionnement du «Centre de Rétention Administrative de Cornebarrieu», défend la libre circulation des personnes et dénonce le système mis en place pour l’expulsion des personnes privées de papiers.

Nouvel Observateur | 10/10/2014

Depuis quelques semaines, un document officiel, émanant du Conseil de l’Union européenne, tourne sur les réseaux d’aide aux migrants et aux sans-papiers, à l’initiative de l’association britannique Statewatch.

Une rafle d’ampleur du 13 au 26 octobre

Ce document [PDF] annonce la tenue prochaine d’une opération de police appelée Mos Maiorum contre les migrants en situation irrégulière et « le crime organisé ».

Menée sous la présidence de l’Italie et avec les pays de l’espace Schengen qui se porteront volontaires, Mos Maiorum se déroulera du lundi 13 au dimanche 26 octobre. Elle vise à « arrêter les migrants en situation irrégulière et rassembler des informations utiles au renseignement et à fin d’enquêtes ».

Outre les arrestations, l’Union européenne espère donc collecter des données sur l’immigration clandestine en Europe. Elle demande explicitement aux pays participant à l’opération de noter, pour chaque personne arrêtée :

  • le profil (nationalité, genre, âge, point et date d’entrée en Union européenne) ;
  • les chemins empruntés pour arriver en Europe ;
  • le modus operandi (« faux papiers saisis, demande d’asile, signes que l’individu est un passeur, nationalité et pays de résidence des facilitateurs, somme versée par chaque immigrant »).

Des noms latins ou grecs

De telles rafles ne sont pas rares en Europe, comme l’explique par e-mail Chris Jones de Statewatch, l’association qui a fait fuiter le document.

« Il y a plus ou moins une opération de ce genre tous les six mois, sous la direction du pays qui préside l’Union européenne.

Avant Mos Maiorum, il y avait eu Aerodromos, pilotée par la présidence grecque, et encore avant ça Perkunas, pilotée par la présidence lituanienne, etc. »

Ces opérations portent souvent un nom classique, grec ou romain, pour des raisons linguistiques (latin et grec étant la racine commune de beaucoup de langues de l’UE), mais aussi pour conférer grandeur et prestige quasi mythologique à ces opérations de police. Mais certains noms sont plus connotés que d’autres, notamment ceux qui charrient des implications guerrières ou morales.

C’était déjà le cas avec Mare Nostrum, l’opération humanitaire et militaire que mène l’Italie en Méditerranée depuis 2013. « Mare Nostrum » (notre mer) était le nom donné par les Romains à la Méditerranée, lorsqu’ils dominaient tout le bassin méditerranéen, de l’Espagne à l’Egypte. Le terme avait été repris au XIXe siècle par les nationalistes, puis par Mussolini dans sa rhétorique expansionniste.

Le code d’honneur de la Rome antique

Le dernier-né de cette lignée, Mos Maiorum, puise lui aussi dans l’imaginaire romain. Le terme signifie littéralement « les mœurs des Anciens », et désigne le code tacite qui définissait la morale de la Rome antique, ses comportements et ses pratiques, publiques comme privées.

Comme son nom l’indique, le Mos Maiorum place au-dessus de tout le respect des Anciens et de la tradition. Il s’oppose à la décadence et la barbarie des temps présents.

En voici les valeurs essentielles :

  • « Fides » : honnêteté, respect de la parole donnée, fidélité, foi, loyauté, confiance ;
  • « Pietas » : devoir, patriotisme, respect envers les dieux, le foyer, les ancêtres, la famille ;
  • « Religio » et « Cultus » : le respect et l’entretien des liens entre les dieux et les hommes, l’observation des rites religieux ;
  • « Disciplina » : discipline, valeur, honneur ;
  • « Gravitas » et « Constantia » : maîtrise de soi, persévérance ;
  • « Virtus » : qualité propre au citoyen romain, courage, activité politique ;
  • « Dignitas » et « Auctoritas » : règles de conduite du Romain traditionnel, respect de la tradition, sérieux, dignité, autorité.

Comme le note sur son site l’association de défense des migrants La Cimade :

« Les cinq fondements de ce concept sont d’un cynisme total au vu des objectifs d’une opération de police. »

« Choc des civilisations »

On peut objecter qu’il ne s’agit que d’un nom et que c’est chercher la petite bête que de se focaliser sur ce détail, dans le grand paysage que redessine Frontex, l’agence européenne de surveillance des frontières.

Mais ce nom n’est pas un acronyme, il n’est pas descriptif, il renvoie à un imaginaire bien précis, celui de la valeureuse Rome d’avant la décadence.

Il dit explicitement que la politique migratoire est une affaire morale, de défense des valeurs. Pour Mos maiorum, il faut défendre les « mœurs des Anciens », leur piété et leur haute moralité, face à la déferlante des barbares à nos portes. Il indique une mentalité de forteresse assiégée, qui lutte pour défendre la pureté de sa civilisation contre le chaos qui déferle.

Il redit clairement que, pour au moins une partie des pays de l’Union européenne, la politique migratoire est bien une histoire de « choc des civilisations ».

Il n'est plus possible d'ajouter des commentaires à cet article

Formation CESEDA

Le Cercle des voisins a proposé deux sessions de formation sur la nouvelle loi CESEDA animées par Maître Benjamin Francos (ADE) les samedi 19 novembre et 10 décembre.
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA