En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

cdv logo  

Le Cercle des Voisins

Informe de l'atteinte à la dignité et aux droits humains que représente l’existence et le fonctionnement du «Centre de Rétention Administrative de Cornebarrieu», défend la libre circulation des personnes et dénonce le système mis en place pour l’expulsion des personnes privées de papiers.

La Dépêche | 25/11/2014

Rachid J saura aujourd'hui s'il sera décoré ou expulsé./Photo DDM archives

Les services de l'État lui avaient promis, dit-il, une médaille en récompense de sa bravoure et du mérite dont il a fait preuve en septembre dernier. Mais c'est finalement une obligation à quitter le territoire français (OQTF) qui vient de lui être délivrée par le préfet du Gers. Depuis jeudi, Rachid J. dort au centre de rétention administrative de Cornebarrieu. Il sera présenté aujourd'hui au juge qui dira s'il peut être remis en liberté ou renvoyé par le premier avion en partance pour Oran, la ville qu'il a quittée il y a une dizaine d'années après la mort accidentelle de ses deux parents.

Un «étranger sans papier»

Pour l'administration, Rachid J est un «étranger sans papier» âgé de 24 ans déjà connu de la police de l'air et des frontières à la suite d'un premier séjour, l'été dernier, derrière les barreaux de Cornebarrieu. Mais le jeune homme ne se résume pas à quelques formulaires et à un coup de tampon manquant au bas d'un papier officiel. Il l'a prouvé par une belle nuit de septembre 2014. Il était une heure du matin. Rachid J. traversait le pont Neuf à Toulouse au moment où un homme assis sur le parapet s'est jeté dans la Garonne. Bon nageur, Rachid J.plonge immédiatement à sa suite, et parvient à le rattraper in extremis. Puis il le tire vers la berge où, aidé par un passant, il hisse le malheureux, blessé mais vivant, sur le sol sec.

La préfecture lui promet une médaille

«L'homme était âgé d'une quarantaine d'années. J'ai attendu pendant une demi-heure que les pompiers et la police arrivent.» Le blessé est finalement pris en charge et évacué par les secours. Rachid qui a expliqué les circonstances de l'accident dans son français bancal, fournit de bon gré aux forces de l'ordre son adresse et son numéro de téléphone portable. Quelques jours plus tard, il dit avoir reçu un courrier dans lequel la préfecture de la Haute-Garonne le félicite pour son courage et lui promet une médaille en récompense. Pour Rachid J, ce courrier préfectoral qui reconnaît sa valeur, tiendra lieu de sésame lors de plusieurs contrôles d'identité. Mais jeudi dernier, pas de chance ! Rachid J. qui a quitté Toulouse pour un squat de L'Isle-Jourdain, où vit un copain rencontré dans la rue, est embarqué par les gendarmes gersois lors d'une perquisition matinale. Lui n'a rien à se reprocher, mais ses papiers inexistants lui valent un retour sans palier au centre de rétention. C'est la que le délégué de la Cimade (association d'aide aux migrants en poste dans les centres de rétention) découvre le burlesque tragique de sa situation. Car si la lettre du préfet qui lui promet une médaille a disparu dans la confusion de la perquisition, la préfecture n'est pas ingrate et tient ses promesses. Rachid raconte que la veille de son interpellation, il a été contacté sur son téléphone portable par le fonctionnaire chargé d'instruire son dossier. Ce dernier lui confirme alors qu'il doit impérativement rester joignable pour que son service puisse le rappeler pour lui donner la date de la petite cérémonie qui sera organisée à l'occasion de la remise de la décoration. Intrigué par cette histoire peu banale, le délégué de la Cimade contacte la préfecture qui lui confirme que Rachid J sera bien décoré dans quelques jours. Malheureusement pour lui, le jeune homme est depuis jeudi dernier pensionnaire forcé du secteur «B» du centre de rétention administrative de Cornebarrieu. Le héros sans papier qui n'a pas hésité à plonger à une heure du matin, pour sauver un Toulousain est renvoyé au rang des passagers anonymes pour le retour forcé.

Contactée hier par «La Dépêche du Midi», la préfecture de la Haute Garonne a indiqué ne pas s'être engagée auprès de Rachid J. pour récompenser sa bravoure. «Nous l'avons bien contacté pour vérifier son identité et nous assurer qu'il était l'auteur du sauvetage signalé en septembre dernier, mais la décision de le décorer n'a pas été prise», déclare Olivier Delcayrou, directeur de cabinet du préfet de région. La Cimade en revanche juge «qu'il a sauvé la vie d'un bon Français et que ça vaut bien un titre de séjour».

Il n'est plus possible d'ajouter des commentaires à cet article

Formation CESEDA

Le Cercle des voisins a proposé deux sessions de formation sur la nouvelle loi CESEDA animées par Maître Benjamin Francos (ADE) les samedi 19 novembre et 10 décembre.
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA