En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

cdv logo  

Le Cercle des Voisins

Informe de l'atteinte à la dignité et aux droits humains que représente l’existence et le fonctionnement du «Centre de Rétention Administrative de Cornebarrieu», défend la libre circulation des personnes et dénonce le système mis en place pour l’expulsion des personnes privées de papiers.

La Dépêche | 30/11/2015

Crise des migrants - Accueil à Luchon

Cinquante-deux migrants en provenance de l'enfer de Calais sont hébergés depuis trois semaines dans la paisible ville de Luchon. Habitants et réfugiés apprennent à vivre ensemble.

Depuis une quinzaine de jours, le froid est tombé sur la cité thermale, figeant un peu plus des Allées d'Etigny déjà endormies en cette période de basse saison. Beaucoup de commerces sont encore fermés, d'autres, en travaux, profitent des derniers moments de calme avant l'ouverture des stations et l'arrivée des vacanciers soucieux de profiter des plaisirs de la neige. C'est dans ce contexte un peu particulier que sont arrivés, il a trois semaines, cinquante-deux migrants, transportés par bus depuis Calais et sa fameuse «jungle». Hébergés à la maison familiale des activités sociales de l'énergie, près du parc thermal, ils ont jusqu'à fin janvier pour monter le dossier qui leur permettra peut-être de pouvoir régulariser leur situation. À leur côté, trois coordinatrices de l'ANRAS, l'association de recherche et d'action solidaire, chargées de les aider dans les démarches administratives ainsi que dans les actes du quotidien. «Huit nationalités sont représentées avec des gens qui parlent très peu français, un peu anglais et surtout beaucoup de dialectes, confie Aurore. Ce n'est pas évident de se faire comprendre. Mais nous nous attachons à créer du lien avec eux, afin qu'ils ne se renferment pas et qu'ils puissent vivre au mieux cette période transitoire. Nous leur expliquons aussi comment nous vivons car souvent, ils n'en ont aucune idée…» «Nous avons là des gens qui souvent, sont en danger dans leur propre pays, poursuit Cathy. Souvent, ils ont vécu l'enfer et aujourd'hui, ils sont inquiets pour leur avenir. Nous travaillons avec eux pour monter les meilleurs dossiers possibles à l'attention de la Préfecture, car pour beaucoup, ce dossier peut leur sauver la vie.» Ces nouveaux venus ne passent pas inaperçus lorsqu'ils se promènent par groupe sur des Allées d'Etigny désertes. «C'est vrai nous avons été inquiets lorsque nous avons appris qu'ils arrivaient, lance un père de famille. C'est très calme, chez nous, nous n'avons pas l'habitude… Au final, je me rends compte que tout se passe plutôt bien». Certes, il y a eu beaucoup de rumeurs, bruissant le long des tilleuls et remontant jusqu'au lieu d'hébergement. «À côté de cela, il y a aussi eu beaucoup de solidarité autour de nos réfugiés, précise Aurore à son tour. Les gens nous ont déposé beaucoup de produits d'hygiène, nous ont donné des vêtements lorsqu'il a commencé à faire froid.» Dans les locaux de la maison familiale des activités de l'énergie, la vie s'est organisée peu à peu. Le baby-foot connaît un beau succès et les amateurs d'échecs se retrouvent l'après-midi dans la petite salle de jeu. «C'est vrai que c'est petit, Luchon, constate Nazir. On s'ennuie un peu. J'aurai préféré être dans une ville plus grande, cela aurait été plus facile». «En tout cas, moi, je n'ai pas eu de problème avec les gens, jamais, ajoute un jeune irakien. Ils me disent bonjour, me sourient, c'est super. Mais c'est vrai que je m'ennuie un peu… Alors je marche, je joue au foot, je vais en ville pour trouver un accès wifi». «Au final, je pense que nous avons eu de la chance de nous retrouver dans une si petite ville, analyse pour sa part un universitaire irakien. Je peux ainsi me reposer, réfléchir, sans penser à ce que j'ai fui.» Après les attentats de Paris, il n'avait pas hésité à prendre la parole, lors d'une soirée partagée avec les Luchonnais. «Je ne pouvais pas me taire devant cette barbarie, ajoute-t-il le regard assombri, dans un français irréprochable. Alors j'ai parlé et les gens m'ont applaudi, chez moi, j'aurais été tué… Je suis habitué à la culture française, j'aime sa laïcité. Alors, je me sens bien. Et puis lors de ce repas, j'ai rencontré les gens du club d'échecs. Ils m'ont demandé si je jouais, je leur ai dit que oui. Depuis, j'y vais régulièrement et ils m'ont même inscrit à une compétition… Tous savent que fin janvier, ils devront avoir quitté le cocon luchonnais. «La présence de ces réfugiés dans notre ville n'a posé aucun problème, conclut le maire, Louis Ferré. Par contre, j'espère qu'ils seront bien accompagnés et aidés, pour que tout se passe bien à ce moment-là…»

Véronique Bavencove

Il n'est plus possible d'ajouter des commentaires à cet article

Formation CESEDA

Le Cercle des voisins a proposé deux sessions de formation sur la nouvelle loi CESEDA animées par Maître Benjamin Francos (ADE) les samedi 19 novembre et 10 décembre.
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA