En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

cdv logo  

Le Cercle des Voisins

Informe de l'atteinte à la dignité et aux droits humains que représente l’existence et le fonctionnement du «Centre de Rétention Administrative de Cornebarrieu», défend la libre circulation des personnes et dénonce le système mis en place pour l’expulsion des personnes privées de papiers.

logo EGM Toulouse

Source :  Le Monde - Anna Villechenon - 09/05/2017

Les Alabass et les Moselli sont arrivés en juin 2016 dans cette petite ville de la Haute-Garonne, au sud de Toulouse, très investie dans l’accueil de réfugiés.
 
Bernard Bros, maire socialiste de Carbonne (Haute-Garonne), et Mireille Grandet, adjointe chargée du social, ont répondu immédiatement à l’appel du gouvernement pour accueillir des réfugiés.
 

Tout était prêt, des mois avant leur arrivée. A tel point qu’ils ont été « un peu déçus de ne rien voir venir ». Jusqu’au coup de fil de la préfecture, en mai 2016, leur annonçant l’arrivée de deux familles syriennes un mois plus tard. « Enfin ! On était ravis », s’exclament Bernard Bros, maire socialiste de Carbonne (Haute-Garonne), et Mireille Grandet, adjointe chargée du social. Cela va faire un an que la famille Alabass – deux parents, quatre enfants, bientôt cinq – et la famille Moselli – deux parents, trois enfants – ont posé leurs valises dans cette petite ville de 5 500 habitants, au sud de Toulouse.

Leur arrivée a été prévue dans les moindres détails par la mairie, qui avait répondu immédiatement à l’appel lancé par le gouvernement à la fin de 2015 aux communes volontaires pour accueillir des réfugiés. Rapidement, un logement d’urgence a été réquisitionné, et un autre a été remis en état et meublé. Les associations – Croix-Rouge, Restos du cœur, Emmaüs – se sont coordonnées pour leur fournir linge de maison, meubles, vaisselle, vêtements, nourriture, fournitures scolaires. « Et puis, on leur a fourni des vélos, grâce à un appel aux dons. C’était très important à mes yeux qu’ils aient un moyen de transport pour être autonomes », dit Mireille Grandet.

 

« On s’adapte doucement. De toute façon, on est obligés, on n’a pas le choix »

Au pied de l’appartement des Moselli, dans le centre-ville, les vélos sont garés pêle-mêle, prêts à servir. Ahmad, 14 ans, passe son temps dessus : « Je connais la ville par cœur, je pourrais me déplacer les yeux fermés ! », se vante-t-il, sous les regards amusés de son frère, Mohamad, 17 ans, et de sa sœur, Aya, 11 ans. Pouvoir se déplacer seuls a été libérateur pour les deux adolescents, qui ont quelques difficultés à s’intégrer, notamment à cause de la langue qu’ils maîtrisent encore mal. « On s’adapte doucement. De toute façon, on est obligés, on n’a pas le choix », soufflent-ils en haussant les épaules.

Aya, elle, se sent comme un poisson dans l’eau. « J’adore l’école. En plus, je suis un peu la star là-bas, tout le monde me connaît et j’ai plein de copines », souligne-t-elle, toute fière, dans un français courant. Pour son plus grand plaisir, c’est elle qui joue les traductrices dans la famille. Et quand elle abandonne par réflexe le français pour l’arabe, sa mère, Raghda, la rappelle à l’ordre en fronçant les yeux.

« Assurer un avenir à nos enfants »

La mère de famille met un point d’honneur à ce que ses enfants apprennent le français. « Si on est venus en France, c’est d’abord pour leur assurer un avenir », explique-t-elle. Les Moselli ont fui les bombardements d’Alep dès le début de la guerre civile syrienne, en 2011, pour le Liban. « C’était comme dans un film d’action, avec les avions, les hélicoptères... », glisse Ahmad, le visage sombre. Là-bas, ils ont vécu durant cinq ans dans un camp de réfugiés. Les deux garçons étaient obligés de travailler, l’un dans un kebab, l’autre dans un atelier de confection. « Je voulais qu’ils retournent à l’école », insiste Raghda Moselli.

Les Moselli déposent alors un dossier de demande de réinstallation auprès du Haut-Commisssariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Ils rêvent d’émigrer en Allemagne, où une partie de leur famille a trouvé asile. Finalement, ce sera la France. « Ils l’ont su au dernier moment, cela a été la douche froide », reconnaît Martine Tourret, cheffe départementale du service accueil des réfugiés de l’Association nationale de recherche et d’action solidaire (Anras), mandatée par la préfecture pour accompagner l’arrivée des migrants dans le sud de la Haute-Garonne.

« Les débuts n’ont pas été faciles »

« Il y a un décalage entre le discours qu’on leur tient avant de venir, ce qu’ils attendent et la réalité. Par exemple, les deux familles s’attendaient à être dans une grande ville, à avoir des papiers tout de suite. Les débuts n’ont pas été faciles, surtout pour la famille Moselli, qui voulait repartir. Notre travail est de les aider à cheminer dans cette nouvelle vie », explique Mme Tourret, avant d’ajouter : « Cela commence à aller mieux depuis peu de temps ».

Houria Barhoumi (à gauche), bénévole engagée dans plusieurs associations de la ville, a aidé Raghda Moselli, ici avec ses enfants : Ahmad (17 ans), Mohamad (14 ans) et Aya (11 ans).

« Je déprimais, pleurais tout le temps... Je me sentais seule », se rémémore Raghda Moselli, 39 ans. Surtout, elle a dû faire le deuil, pour un temps du moins, de la vie aisée qu’elle menait à Alep. Son mari, carrossier, y gagnait bien sa vie. Elle ne travaillait pas. « Là-bas, c’était la reine », la charrie Houria Barhoumi, une bénévole engagée dans plusieurs associations de la ville, venue traduire la conversation. « La reine du shopping », renchérit son fils Ahmad dans un éclat de rire.

Peu à peu, la famille Moselli s’habitue à sa nouvelle vie. Au « calme », à un autre quotidien, à l’absence de la famille. Raghda Moselli s’est fait un réseau d’amies maghrébines sur qui elle peut compter, et qui parlent arabe. « Je ne peux rien faire seule, à cause de la barrière de la langue », regrette-t-elle. Pour autant, la jeune femme boude les cours de français, qu’elle juge trop difficiles, et préfère apprendre avec Marie-Ange, une Carbonnaise qui s’est proposée de l’aider.

Khaled Moselli, le père, âgé de 55 ans, espère retrouver du travail chez un garagiste, après un premier essai non concluant. La famille, sous protection subsidiaire depuis août 2016, assure qu’il n’est plus question de partir. Du côté de la mairie et de l’Anras, on reste prudent : « Leurs envies sont très fluctuantes, mais on espère qu’ils vont rester. »

« Tout ce qui a été fait pour nous, nous encourage à rester ici »

A quelques rues de là est installée la famille Alabass. Les cris des enfants résonnent dans l’appartement. Abdulhasseem, Ahmad, Sondos et Bashir, âgés de 2 à 8 ans, courent d’une chambre à l’autre en se chamaillant. Dans le salon, les parents prennent le café. Norah Alabass, 30 ans, et Nazir Alabass, 31 ans, savourent leur nouvelle vie. En 2013, ils ont fui Homs, assiégée par l’armée syrienne. Le voyage, à pied et en bus, a été très difficile. Norah Alabass, enceinte, a perdu son enfant sur la route. Ils ont finalement atteint la Jordanie, pays frontalier au sud de la Syrie, où ils sont restés trois ans dans un camp de réfugiés.

Comme les Moselli, ils ont déposé un dossier auprès du HCR. « On n’avait aucune idée de comment était la France, c’est très différent, on n’aurait jamais pensé », dit doucement Nazir Alabass. Ce qui les étonne le plus, parents comme enfants, c’est la verdure et les fleurs. Nazir Alabass souhaite d’ailleurs participer au potager collectif de la ville et Norah Alabass rêve de mettre des fleurs dans leur futur jardin. Car la famille doit bientôt emménager dans un logement social, une petite maison individuelle à côté de l’école. « On est très contents. Tout ce qui a été fait pour nous nous encourage à rester ici. Ça ne sert à rien de retourner là-bas, on n’y a plus de projet », dit Nazir Alabass. La famille a obtenu la protection subsidiaire en août 2016.

Norah et Nazir Alabass sont arrivés avec leurs quatre enfants – Abdulhasseem, Ahmad, Sondos et Bashir – dix jours après les Moselli.

Ancien peintre, Nazir Alabass espère trouver du travail chez un artisan. « Mais il faut d’abord que je parle français », insiste-t-il. Avec sa femme, il se rend deux fois par semaine à des cours de français à Muret, la grande ville voisine. Norah Alabass, elle, se prépare à accueillir un cinquième enfant, en juillet. Un voile fleuri entoure son visage fatigué. « C’est difficile à accepter comme situation, fuir son pays, ne plus voir sa famille. Mais ici, nous sommes en sécurité et les gens sont très gentils avec nous », dit-elle en se retournant vers la porte.

Les enfants déboulent dans le salon avec fracas et se jettent sur les biscuits. Les trois plus grands comprennent et parlent assez bien le français. L’un après l’autre, ils expliquent qu’ils « aiment beaucoup l’école ». Sondos, 6 ans, la plus bavarde, détaille : « J’adore ma maîtresse, le dessin, le sport et chanter ! » Et d’entonner, vite rejointe par ses frères, en chœur : « Si tu aimes le soleil, frappe dans tes mains ! » Ils frappent dans leurs mains, avant d’éclater de rire.

« Il n’y a pas de raison que cela se passe mal quand la solidarité est en place »

S’ils se sont aussi bien adaptés à l’école, c’est parce que durant l’été de leur arrivée, ils sont allés au centre de loisirs de la Maison des jeunes et de la culture (MJC) de Carbonne, tout comme Aya Moselli. « Les enfants se sont vite acclimatés. Ils se sont intégrés au groupe par le jeu. Au début, ils parlaient arabe avec certains enfants, puis ont appris le français petit à petit, se souvient Nathalie Auguet, directrice de la MJC. Le plus gros du travail a été le dialogue avec leurs parents pour créer un lien de confiance : leur expliquer les règles d’éducation, les modes de garde, les activités, etc. »

Leurs réticences, notamment concernant la mixité à la piscine, ont peu à peu disparu. Aujourd’hui, on ne remarque plus de différence entre les petits Syriens et les autres enfants, selon la directrice. Sauf lors de l’exercice de confinement en cas d’attentat : « Ça a été très difficile pour eux, ça a remué des souvenirs. » Pour Nathalie Auguet, ce travail en amont a facilité leur rentrée scolaire : « A la fin de l’été, ils comprenaient le français, avaient assimilé les règles qui sont les mêmes qu’à l’école, avaient découvert la cantine. » Et de conclure : « Il n’y a pas de raison que cela se passe mal quand la solidarité est en place. »

Tradition d’ouverture de la ville

Un constat partagé par le maire et son adjointe chargée du social. « Cela paraît tellement évident, les accueillir c’est une façon concrète de manifester sa solidarité », estime Mireille Grandet, déçue du refus d’autres mairies. « Si chaque commune accueillait ne serait-ce que deux familles de réfugiés... c’est vraiment dommage », dit-elle. Pour Bernard Bros, c’est également une manière de perpétuer la tradition d’ouverture de la ville, au tissu associatif très dense. « On a accueilli une centaine de rapatriés d’Algérie, dont la plupart sont restés et ont construit leur vie ici », souligne-t-il.

Les élus espèrent que les Moselli et les Alabass feront de même, suivant l’exemple d’une autre famille syrienne – une mère et son fils – arrivée un an avant eux grâce à l’association Entraide aux chrétiens d’Orient, et accueillie chez des particuliers. A la fin de l’été 2016, le mari et le fils aîné les ont rejoints. Ce dernier étudie à l’école d’architecture de Toulouse. En attendant, Bernard Bros et Mireille Grandet se félicitent de cette « expérience positive ». Et cette dernière de souligner, d’un air entendu : « On a fait pour eux comme on aurait fait pour les autres. Pas plus. Car c’est comme ça qu’on entretient le climat de jalousie chez certaines personnes. »

 

Il n'est plus possible d'ajouter des commentaires à cet article

Vite dit

29/9/2018 - Ils sont vraiment désespérés pour risquer leur vie
A bord de l’Aquarius, qui fait route vers la Méditerranée centrale, quand le Dr Carlos Jaramillo pense aux migrants qu’il se prépare à secourir en mer, il se repasse les images du 11 septembre 2001. Celles de ces femmes et de ces hommes sautant par les fenêtres du World Trade Center, leur corps lancé dans une chute vertigineuse et sans issue. « Il devait y avoir l’enfer derrière ces fenêtres pour qu’ils se jettent dans le vide », dit-il. Comme ces gens qui choisissent de tenter la traversée de la Méditerranée dans des embarcations de fortune. « Ils sont vraiment désespérés pour risquer leur vie en mer », résume Carlos Jaramillo.

⚫️

reves jeunesse24/9/2018 - On n'a pas le droit de tuer les rêves de la jeunesse !
Nous sommes accoutumés à ce que nos jeunes voyagent à travers le monde, par Erasmus mais aussi bien souvent, sans qualification particulière, en Angleterre voire en Australie qui semble exercer sur eux une forte attraction. La plupart du temps au bout de quelques mois ou quelques années ils reviennent dans leur pays d'origine.
Comment ne pas comprendre que des jeunes nés au sud ne partagent pas ce rêve de découvrir un jour ce qu'ils voient sur leur télé ou leur portable ? 
Nous avons reçu un jeune venu de son village du fin fond de la Gambie dont le rêve était de voir le PSG ! Un autre après avoir erré entre Paris et Limoges et être mis en rétention, au vu de l'accueil reçu ici, nous disait "Finalement on est mieux chez nous".
Il est bien évident que ceux qui ont réussi à arriver après un parcours périlleux n'ont pas vraiment envie de repartir et cela d'autant moins qu'ils n'ont aucun moyen matériel pour rentrer chez eux, sans parler du fait qu'ils doivent bien souvent rembourser des sommes exorbitantes aux familles qui les ont aidé.
Donnons leur la chance de sortir de chez eux. 
On n'a pas le droit de tuer les rêves de la jeunesse !

⚫️

4/9/2018 - Dans quel monde vivons-nous ?
Comment une famille venant d’Ukraine avec deux enfants de 3 et 5 ans, après avoir déposé une demande d’asile, s’est retrouvée à la rue sans aucun hébergement et rapidement sans ressources a fini, au bout de 40 jours, par s’installer dans l’aéroport de Blagnac pour pouvoir être à l’abri, et qu’il ait fallu l’entremise d’un policier de la PAF qui nous a prévenus pour que nous puissions leur trouver une solution transitoire grâce aux réseaux de solidarité ?
Comment encore aujourd’hui n’ont-ils pas de solution digne qui leur soit proposée ?
Dans quel monde vivons-nous ?

⚫️

9/9/2018 - IRTF
Créées en 2016, les interdictions de retour du territoire français (IRTF), d'une durée d'un à cinq ans, ont connu en 2017 
une augmentation de 1 097% par rapport à 2016 : elles  passent de 1 859 à 19 901 sur un total de 85 268 obligations à quitter le territoire délivrées (OQTF). 23% des OQTF ont été assorties d’une interdiction de retour en 2017.
Ces mesures représentent une monstrueuse épée de Damoclès utilisée pour dissuader, précariser et contrôler.
Il n’existe aucune procédure d’abrogation de droit de cette mesure pour tenir compte d’éventuelles évolutions de la situation personnelle.
En savoir plus

⚫️

30/8/2018 - « Urgence, papa expulsé, trois enfants en danger »
Certains ont pu s’indigner de la barbarie de Trump qui séparait les enfants des parents sans papiers emprisonnés, quand, en toute discrétion, ici, on fait la même chose !
Samuel GAZARIAN, arménien, a été arrêté à Tarbes et placé au Centre de rétention de Cornebarrieu. Ce papa arménien a 3 enfants scolarisés en primaire et collège. Ce père de famille risque à tout instant d’être embarqué pour Erevan, laissant son épouse et ses enfants sur notre territoire. Cette situation est intolérable et cette séparation est d’une cruauté inconcevable.
Comment la préfecture des Hautes-Pyrénées peut faire acte d’une telle inhumanité avec cette famille investie dans la vie associative tarbaise ?! Aucune des meilleures raisons du monde ne peut autoriser un pays civilisé à procéder de cette méthode d’un autre âge, d’un autre temps.

⚫️

injustice8/8/2018 - Chauffard ivre, administration ivre, tous les deux responsables et coupables
Un chauffard ivre est considéré par la justice comme responsable des accidents qu'il provoque. Une administration qui met en place une machine à expulser à pleine vitesse doit savoir qu'il est certain qu'une partie des procédures seront mal faites, voire faussées volontairement pour atteindre les objectifs chiffrés exigés. Ce ne sont donc pas des "erreurs de procédure", mais des décisions prises en amont qui, à l'instar du chauffard qui décide de boire, sont de la responsabilité de ceux qui les ont prises.
Documents manquants, contradictions entre des témoignages de tiers et ceux de la police, informations déformées ou faussées, voire inventées de toutes pièces font légion, mais il n'y a rien d'innocent dans ces "erreurs de procédure", quelqu'un a décidé !
Malheureusement les conséquences sont tout aussi graves, des personnes renvoyées aux pays desquels elles ont fui sont condamnées à des traitements inhumains ou dégradants, et même à la mort.
L'article 2 de la Convention européenne des droits de l'homme dispose que "le droit de toute personne à la vie est protégé par la loi". L'article 3 de cette même convention "interdit aux États de pratiquer la torture, ou de soumettre une personne relevant de leur juridiction à des peines ou des traitements inhumains ou dégradants". Il s'agit d'une des rares dispositions de la Convention qui ne soit pas assortie d'exceptions.
Des "erreurs de procédure" graves de l'administration, nous en voyons trop régulièrement dans les tribunaux pour les étrangers, et elles restent impunies, et même ignorées par ces tribunaux, en totale violation de la constitution, de la loi, et des valeurs de la France.

⚫️

7/8/2018 - Violation des conventions internationales, la France persiste et signe
Notre gouvernement se permet de critiquer les USA sur la violation de conventions internationales, mais "en même temps" elle se permet l'hypocrisie de le faire elle même en toute impunité.
Les conventions internationales et européennes des droits des enfants, adoptée et signée par la France en 1989 (quand les droits de l'homme n'étaient pas encore que des mots sur un papier) les protège de toute maltraitance, dont la privation de liberté. Or, une juge du JLD a décidé autrement en maintenant en rétention dans la zone d'attente de l'aéroport de Blagnac une famille de journalistes demandeurs d'asile congolais, avec leur enfant de deux ans et une mère enceinte de six mois, souffrante, qui ont dû fuir en urgence leur pays parce que menacés de mort par leur gouvernement. La juge a certainement considéré que garder cette famille en rétention quelques jours de plus en attendant leur entretien avec l'OFPRA n'allait pas ajouter grande chose au traumatisme déjà subit par leur fuite et l'abandon de leur vie derrière eux.
Certes, les enfants s'adaptent à tout, mais il ne faut pas se leurrer, ils gardent les traces.
La "protection de la France" justifie-t-elle d'ajouter encore à la détresse de cet enfant et de cette famille ?

⚫️

juge magicien29/7/2018 - Ici on ne rend pas justice, on applique la loi !
C'est ce qu'a répondu il y a quelque temps une juge du JLD à un retenu.
La loi dispose qu'un document officiel d'un pays étranger, tel un acte de naissance prouvant la minorité d'un.e jeune, de surcroit confirmé authentique par le consul de ce pays en France, doit être accepté et prit en compte par la justice, et doit primer sur toute autre considération.
La loi dispose qu'en cas de doute sur sa minorité, ce doute doit profiter au jeune.
La loi dispose que quand l'état formule une accusation il est tenu d'apporter des preuves.
Et pourtant, suivant l'avis de la préfecture de Toulouse, un tel document n'a pas été considéré "crédible" par un juge du Tribunal Administratif de Toulouse, qui a condamné Nakachia, mineure de 14 ans, à être renvoyée dans son pays, où elle risque en plus d'être mariée de force à un vieil homme de 70 ans.
La raison ? La préfecture a "des doutes", POINT. Point de preuves aussi, juste des soupçons.
Donc, on applique la loi quand la justice ne convient pas, et on rend "justice" quand la loi ne convient pas.
C'est å se demander à quoi bon payer cette armée de parlementaires et tous ces juges si de toute façon l'État se débrouille très bien tout seul pour faire le travail à leur place.
En savoir plus ici et

⚫️

Formation CESEDA

Le Cercle des voisins a proposé deux sessions de formation sur la nouvelle loi CESEDA animées par Maître Benjamin Francos (ADE) les samedi 19 novembre et 10 décembre 2016.
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA