En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

cdv logo  

Le Cercle des Voisins

Informe de l'atteinte à la dignité et aux droits humains que représente l’existence et le fonctionnement du «Centre de Rétention Administrative de Cornebarrieu», défend la libre circulation des personnes et dénonce le système mis en place pour l’expulsion des personnes privées de papiers.

logo EGM Toulouse

rencontre Karine Parrot 3 juin 2019 banniere

Source : Mediapart - Carine Fouteau - 14/06/2017

Grâce aux ONG, des centaines, voire des milliers de migrants sont régulièrement sauvés en Méditerranée. Pourtant, elles font face à une campagne de dénigrement sans précédent, tandis que les États européens financent la Libye pour que ce pays empêche les embarcations d’arriver sur les côtes italiennes.

Les migrants continuent d’affluer par milliers en Europe (plus de 73 100 arrivées par voie de mer depuis le début de l’année selon l’Organisation internationale pour les migrations), lancés au départ des côtes libyennes dans de fragiles canots pneumatiques surchargés. Lundi 12 juin 2017, 724 personnes ont été débarquées à Palerme, en Sicile ; entre 50 et 100 seraient mortes noyées. En 72 heures, au cours du week-end, près de 3 800 personnes auraient été secourues, et 800 ont été reconduites en Libye.

Photo du tweet de la journaliste Fanny Carrier à l'AFP à Rome, dans lequel elle annonce que près de 3 800 personnes ont été secourues entre vendredi 9 et dimanche 11 juin 

Les naufrages se poursuivent donc, mais ne provoquent plus d’émotions majeures : il y a quelques jours encore, plus de 30 personnes, pour la plupart de très jeunes enfants, ont péri, après que leur embarcation s’est retournée. Quelque 1 800 décès sont à déplorer en 2017 (plus de 5 000 sur l’ensemble de l’année 2016). Or, les traversées risquent de s’accélérer avec les beaux jours. Malgré cette situation dramatique, la Méditerranée, où prévaut, selon la Convention des Nations unies sur le droit de la mer de 1982, l’impératif de prêter assistance à quiconque chavire, est devenue ces dernières semaines le théâtre d’un dangereux affrontement dont les migrants sont les premières victimes.

Une trentaine de morts dans un naufrage en Méditerranée © FRANCE 24
 

Depuis que les États de l’Union européenne se sont retirés du sauvetage à la fin de l’année 2014, les ONG se retrouvent quasiment seules à patrouiller le long de la route maritime empruntée par les migrants, en plus des autorités compétentes, à savoir les garde-côtes italiens et libyens. Elles sont pourtant la cible d’une violente campagne de dénigrement, visant à les décrédibiliser aux yeux des opinions publiques européennes, les accusant de « collusion avec les passeurs ».

Plutôt que d’encourager leurs actions, les États membres, pour éviter que les embarcations ne parviennent sur leurs côtes, financent les garde-côtes libyens afin qu’ils les interceptent avant qu’elles n’entrent dans les eaux internationales, et les ramènent en Libye. Le cynisme de cette politique atteint son comble puisqu’il est de notoriété publique que ce pays maltraite les migrants et que ses garde-côtes non seulement n’hésitent pas à faire usage de leurs armes, mais aussi travaillent main dans la main avec les passeurs. Comme si cela ne suffisait pas, des groupes identitaires européens se font mousser en récoltant des fonds – plus de 57 000 euros en quelques jours – pour empêcher les opérations de sauvetage.

Rédigé par l’équipe de recherche du laboratoire Forensic Architecture de Goldsmiths (université de Londres), un rapport, « Blâmer les sauveteurs », rendu public le 9 juin 2017, démonte les critiques dont font l’objet les ONG depuis six mois. Parmi ses auteurs, les chercheurs Charles Heller et Lorenzo Pezzani, qui avaient documenté le cas du « bateau abandonné à la mort » en mars 2011 impliquant plusieurs armées de pays européens.

« Cette campagne de délégitimation et de criminalisation, observent-ils, est venue non seulement de Frontex, l’Agence européenne de gardes-frontières et de garde-côtes, mais également de responsables politiques et de médias. » Elle semble avoir été initialement lancée par un obscur think tank hollandais, Gefira (pour « Global Analysis from the European Perspective »), avant d’être largement diffusée par le biais d’un article du Financial Times, qui, comme le quotidien britannique l’a reconnu plus tard, a « exagéré » des allégations issues de notes internes de Frontex.

Dans cet article aux effets déflagratoires, publié le 15 décembre 2016, le journaliste Duncan Robinson expliquait que, selon un rapport confidentiel qu’il avait pu consulter, « des indications claires [avaient été données aux migrants par les passeurs] avant le départ sur des directions précises dans le but d’atteindre les bateaux des ONG ». Dans un autre rapport, l’agence aurait fait mention du « premier cas rapporté où des réseaux criminels ont introduit clandestinement des migrants sur des bateaux d’ONG ». Elle aurait aussi lié la hausse des traversées aux lumières des bateaux d’ONG, qui serviraient de repère aux embarcations, et reproché aux ONG d’opérer trop près des côtes. Dans un billet de blog, le journaliste affirmait que Médecins sans frontières (MSF) se trouvait parmi les ONG mises en cause.

 2017 06 17 10.04.40 am
Cette organisation – qui est venue en aide à plus de 56 000 personnes, selon son décompte, depuis le début de ses opérations en mai 2015 – a aussitôt dénoncé des attaques « destructrices et infondées », réfutant tout contact avec les passeurs. Rappelant que sa mission consistait purement et simplement à sauver des vies en mer, elle a souligné que s’aventurer aussi près que possible des eaux territoriales libyennes était la seule manière d’éviter les naufrages.

« Le moins longtemps les personnes restent sur l’eau dans des bateaux surchargés, le moins de chance elles ont de mourir », rappelait Aurélie Ponthieu, responsable de MSF, en février 2017, alors que la polémique se poursuivait. L’intervention des ONG, soulignait MSF, répond à un mode opératoire précis, encadré par le droit, qui fait du Centre de coordination des secours en mer (MRCC) de Rome le chef d’orchestre des opérations : quand un navire en détresse est signalé, l’information lui est transmise et la décision des moyens à mettre en œuvre et de l’endroit où débarquer les réfugiés lui revient.

Basée à Catane, en Sicile, Mathilde Auvillain, responsable de la communication de SOS Méditerranée, qui affrète L’Aquarius en partenariat avec MSF, insiste elle aussi sur le fait que « les ONG n’ont strictement aucun lien avec les passeurs ». « Nous ne prenons aucune initiative en mer : c’est le MRCC qui nous demande ou pas d’intervenir. Nous ne nous approchons des embarcations en péril que sur ordre de cet organisme », confirme-t-elle, soulignant que L’Aquarius « ne rentre jamais dans les eaux territoriales libyennes, car cela serait une violation de la souveraineté de cet État. » Le bateau se positionne à 20 milles marins (30 la nuit, par mesure de sécurité), tandis que les eaux territoriales s’étendent jusqu’à 12 milles.

« Qui paie ces “taxis de la Méditerranée” ? Et dans quel but ? »

Après avoir passé deux semaines à bord du Prudence, au printemps, l’écrivain italien Erri de Luca a trouvé les mots justes, dans Le Monde, pour décrire la situation : « Des écervelés disent que les bateaux pneumatiques partent parce qu’il y a des navires de secours au large […]. Il y a 20 ans que des radeaux à moteur voyagent sur la Méditerranée sans aucun secours. Maintenant qu’il existe enfin une communauté internationale d’intervention rapide en mer, ce serait de sa faute si les bateaux pneumatiques partent. C’est comme si l’on disait que les maladies existent à cause des médicaments. Si les dauphins venaient en aide aux disparus en mer, ces écervelés les accuseraient de complicité avec les trafiquants. En réalité, ils accusent les sauveteurs d’interrompre le déroulement normal du naufrage. »

Couverture du rapport « Blâmer les sauveteurs » : sauvetage lors du week-end de Pâques 2017 © Moonbird Airborne Operation / www.sea-watch.org, www.hpi.swiss 
Que les passeurs sachent localiser les navires de sauvetage et en profitent pour diriger vers eux les canots pneumatiques est une évidence (ils peuvent se renseigner comme tout un chacun sur le site marinetraffic.com, qui donne en temps réel la position des bateaux). Que des migrants (parmi les plus fortunés) soient en contact, par téléphone satellitaire, avec des ONG est une possibilité (selon Mathilde Auvillain, L’Aquarius ne s’est jamais retrouvé dans ce cas de figure).

Mais en conclure que les ONG sont de mèche avec les réseaux mafieux constitue un raccourci injustifié, estiment Charles Heller et Lorenzo Pezzani, qui analysent aussi, dans leur rapport, le renversement rhétorique fallacieux visant à accréditer l’idée selon laquelle l’action humanitaire serait la cause des passages, alors qu’elle n’est que la réponse à une situation de détresse. Ce contentieux n’est pas nouveau. Quelques mois auparavant, l’opération militaro-humanitaire italienne Mare Nostrum en avait déjà fait les frais : il lui avait été reproché de créer un « appel d’air » en sauvant la vie des migrants en péril. Cette fois-ci encore, la présence en mer des ONG constituerait un « facteur d’attraction ».

Les chercheurs constatent, de leur côté, que l’augmentation des traversées en 2016 s’inscrit dans une tendance à la hausse ayant débuté avant l’arrivée de bateaux spécifiquement dédiés au sauvetage. L’accroissement des passages, d’après eux, est davantage le résultat de l’aggravation des crises politiques et économiques dans les pays de départ et de transit, que celui des actions de sauvetage. L’arrêt de Mare Nostrum, rappellent-ils, n’avait pas entraîné une diminution des traversées au début de l’année 2015, mais une élévation du nombre de décès.

Selon leurs détracteurs, les ONG seraient aussi responsables de la dégradation des conditions des traversées (recours accru à des bateaux pneumatiques de mauvaise qualité au lieu des bateaux en bois plus robustes ; fourniture de moins de carburant, de nourriture et d’eau ; bateaux de plus en plus surchargés). Si les chercheurs admettent que les passeurs adaptent leurs pratiques à la présence à proximité des ONG, ils notent aussi que certains de ces changements sont liés à d’autres facteurs, parmi lesquels la mission de l’UE contre les passeurs, Eunavfor Med, qui, en interceptant et en détruisant les gros bateaux, a conduit les passeurs à les remplacer par des embarcations moins coûteuses, mais aussi plus dangereuses. Ou l’usage répété – et documenté – de la violence par les garde-côtes libyens, qui a poussé les ONG à se rapprocher des côtes libyennes.

Malgré leur malhonnêteté, ces attaques ont été relayées au-delà des sites d’extrême droite. Après un week-end de Pâques au cours duquel près de 8 500 réfugiés ont été secourus, la parole s’est déchaînée. En Italie, la Ligue du Nord a été rejointe par le Mouvement cinq étoiles : sur son blog, le chef du M5S a pointé du doigt, le 21 avril 2017, des ONG aux financements et aux motivations « opaques ». « Qui paie ces “taxis de la Méditerranée” ? Et dans quel but ? » a surenchéri le vice-président de la Chambre des députés Luigi Di Maio (M5S). La campagne, qui a conduit à l’audition d’ONG devant une commission d’enquête du Sénat italien, ainsi que le comité Schengen du Parlement italien, a commencé à produire ses effets. « Pour l’opinion, nous sommes discrédités », a regretté Loris de Filippi, le président de MSF en Italie, constatant les dégâts lors d’une conférence de presse organisée au Sénat, à Rome, début mai.

Cette mise en cause des ONG est d’autant plus détestable qu’elle permet de détourner l’attention des obligations morales et légales pesant sur l’Union européenne, et ce faisant de sa responsabilité dans les drames en Méditerranée. En bloquant les voies d’accès légales au continent européen, les États membres alimentent mécaniquement le trafic de migrants. En finançant les autorités libyennes (à hauteur de 200 millions d’euros lors d’un versement connu – lire notre article) pour empêcher les départs, ils font le choix de soutenir un pays, non signataire de la Convention de Genève sur les réfugiés, où les migrants sont pourchassés, exploités et détenus dans des conditions indignes ; en acceptant d’équiper et de former les garde-côtes libyens, les dirigeants européens ne peuvent ignorer que ces agents sont eux-mêmes accusés de co-organiser avec les passeurs les départs des embarcations (lire le reportage de Yann Merlin) et de tirer sur les migrants… et les ONG.

« Deux garde-côtes libyens, en uniforme et armés, sont montés à bord »

Lors d’une opération de L’Aquarius ayant eu lieu le 23 mai 2017, MSF raconte les avoir vus à l’œuvre. Alors que deux bateaux en difficulté avaient été repérés et que les transferts étaient en cours, un navire des garde-côtes libyens s’est approché, intimidant les passagers en tirant des coups de feu en l’air. « Deux garde-côtes libyens, en uniforme et armés, sont montés à bord de l’un des bateaux pneumatiques. Ils ont pris des téléphones, de l’argent et d’autres biens appartenant aux passagers », a expliqué Annemarie Loof de MSF, dans un communiqué.

Leur agressivité aurait provoqué une panique générale, qui se serait terminée avec plus de 60 personnes à la mer. « Beaucoup de passagers – qui heureusement avaient déjà reçu des gilets de sauvetage avant que les coups de feu ne commencent – ont sauté à la mer, apeurés », a-t-elle ajouté. « Les garde-côtes libyens se sont montrés très peu intéressés par le bien-être des gens à bord des bateaux en détresse », a-t-elle poursuivi, dénonçant un « comportement imprudent, voire même carrément menaçant ». « De savoir que la garde-côtière libyenne reçoit une formation et un soutien de l’Union européenne rend cet incident d’autant plus perturbant », a-t-elle conclu.

Le 10 mai 2017, les garde-côtes libyens mettent en péril l'embarcation de sauvetage de l'ONG Sea Watch (regarder la vidéo ci-dessous) © Sea Watch 
 
Des garde-côtes italiens auraient eux-mêmes essuyé des tirs des garde-côtes libyens, alors qu’ils se situaient dans les eaux internationales, d’après deux publications italiennes (lire ici et ), qui rapportent que les autorités libyennes se seraient excusées de leur acte en affirmant qu’elles pensaient que des migrants se trouvaient à bord…

Un autre sujet de préoccupation monte du côté des organisations de défense des droits des étrangers, qui s’inquiètent du retour des pratiques de refoulement des migrants, pourtant contraires au droit international et européen. L’ONG allemande Sea Watch a rapporté qu’elle s’apprêtait, le 10 mai 2017, à porter secours à un bateau transportant 500 migrants lorsque les garde-côtes libyens ont intercepté son propre bateau, alors même qu’il voguait dans les eaux internationales (théoriquement hors de sa zone de compétence). Selon Sea Watch, cette intervention libyenne aurait été autorisée par le MRCC de Rome. Elle aurait mis en péril les deux navires, celui des migrants et le sien. Les passagers ont été reconduits sur le sol libyen, où ils se sont retrouvés placés dans des centres de détention. L’ONG avait déjà dénoncé un semblable « pushback » des militaires libyens le 21 octobre 2016.

2017 06 17 10.11.30 am

Il n’est pas impossible que cette ambiance délétère ait favorisé le lancement d’initiatives jamais vues jusque-là. En moins de trois semaines, des groupes identitaires xénophobes européens, parmi lesquels Génération identitaire, seraient parvenus à rassembler plus de 57 000 euros dans le but d’entraver les opérations de sauvetage en Méditerranée, selon une enquête du Guardian, sans susciter de condamnations officielles de la part de responsables politiques de haut rang en Italie ou en France. Certains de leurs membres ont déjà tenté, en vain, d’empêcher le départ de L’Aquarius au mois de mai depuis son port d’attache, Catane. Dans cette ville officie le procureur Carmelo Zuccaro, qui a lui-même jeté de l’huile sur le feu en dénonçant, sans preuves à l’appui, l’existence de liens entre les ONG et les trafiquants. Ces groupes envisageraient d’autres actions racistes cet été.

Il n'est plus possible d'ajouter des commentaires à cet article

Commentaires

0 # Les tartuffestartuffe006 12-06-2018 21:56
Le 12 juin 2018 l’Aquarius est en péril, les conditions météorologiques s’annoncent mauvaises:les Espagnols comme les Italiens ont fini par faire ce qu'ils avaient à faire, en tant qu'Hommes.L'Humanité se doit de les remercier.Le gouvernement français n'a RIEN fait, strictement RIEN.Il n’a pas même levé le petit doigt.Enfin, si, par la voix de son 1er représentant la France a fait la leçon, vertement qui plus est.C'est une honte. :oops:

Vite dit

systeme ecrase17/5/2019 - Encore un.e jeune brisé.e.
Rafaël, Joseph et tant d'autres. Des jeunes venus en France motivés par l'espoir d'apprendre un métier, d'être autonomes, de participer positivement à notre société.
Pas assez pour l'administration française, qui les poursuit, les place en rétention, puis les expulse vers un futur incertain dans leurs pays, dont ils savent qu'ils n'auront que peu d'espoir de s'y épanouir et d'y vivre dignement.
Pas assez quoi ?

Pas assez intelligents ? Ils et elles le sont.
Pas assez motivé.e.s ? Ils et elles le sont.
Pas assez travailleurs et persévérants ? Ils et elles le sont.
Pas assez français ? Non, en effet. C'est bien la France qu'ils et elles ont choisie pour s'y intégrer, et ils ont fait des efforts considérables pour y arriver, toujours appréciés par leur entourage, mais l'administration leur refuse des papiers parce que pas assez quelque chose.
En fait on les condamne pour un seul "crime" : ne pas être né.e.s en France.
Nos dirigeants aiment se gargariser de ce que la France a besoin de jeunes plus motivés, prêts à étudier et à travailler. En voilà quelques-uns.e.s. Ils et elles n'attendent que d'être reconnus comme tels par l'administration.
Emmanuel Macron (ONU, 20 septembre 2017) : "Nous passons beaucoup de temps, beaucoup d’énergie, beaucoup d’argent à régler les problèmes de ce monde et les grandes crises, mais l’éducation c’est ce qui - parmi les réponses qui sont à notre portée - permet de les régler bien plus que les autres".
Une vérité incontestable. Dommage que ce ne soient que des paroles.

⚫️

2/4/2019 - Quoi ? Encore !?!? La loi est pourtant bien claire là-dessus en disposant que les séances du JLD sont publiques.
Publiques ! Cela veut dire que quiconque ne portant pas d'armes ou assimilables armes, a le droit d'assister aux audiences, à l'heure prévue, et durant toute la durée, jusqu'à ce que la ou le juge disent : "L'audience est levée".
Ce n’est pas compliqué non ? Et pourtant, le Cercle des Voisins doit se battre encore et encore pour que nos membres puissent assister aux permanences que nous assurons aux audiences. Mais cela ne concerne pas que nous. Des familles et ami.e.s de retenu.e.s peuvent aussi être bloqués aux portes du tribunal.
Est-ce le gouvernement ou le président du TGI qui ont ainsi décidé ? Ben non, ce sont de simples vigiles, d'une société privée qui assure la sécurité de l'entrée au tribunal, qui s'autodésignent policiers, juges et bourreaux, et décident, en fonction de leur propre
s imagination ou idéologie, si tel ou tel a ou pas le droit d'assister aux audiences.
Société privée ça passe encore, mais une justice privée ?
Le tribunal n'aurait donc pas le contrôle de ses troupes ? Ce serait difficile à croire, mais une chose est certaine, "quelqu'un" doit faire le nécessaire pour que ces violations répétées du Droit cessent.

⚫️

9/3/2019 - Respect des êtres humains ? Bof !
Cet AM, la PAF du CRA de Cornebarrieu a appelé Alain et Catherine, militants du Cercle des Voisins. Mr X, retenu au CRA, était dehors, soi-disant suite à une décision de justice.
Alain et Catherine sont allés le récupérer; en guise de dossier médical les policiers de la PAF leur dont donné une enveloppe vide et 2 comprimés de Doliprane, mais comme Mr X est atteint d'une maladie psychiatrique grave, il a absolument besoin d'un traitement contre la schizophrénie, ils l'ont amené aux urgences psy.
Après 2h30 aux urgences psy, ils sortent avec 2 Temesta (Lorazépam) et rassurés (+ou- ) sur un éventuel comportement dangereux. Il passe la nuit chez nos militants sans problème. Le lendemain matin re-problème. La PAF du CRA ignore ou se trouve son dossier médical. Après une dizaine d’appels, ils obtiennent une réponse peu coopérante au début : venez lundi (ça rouspète dur !!!), mais finalement ils les rappellent : l’infirmière avait préparé le dossier avec 5 jours de traitement, mais les policiers de service ne le savaient pas (et c’est bien le dernier de leur souci).... Ils sont donc allés chercher ce dossier avec, bien évidemment, Mr X. Retour à la maison et achat d’un billet sur OUI BUS pour la destination qu'il souhaitait. Ils l'ont laissé devant le bus.
Un cas exceptionnel ? Malheureusement non. Les policiers de la PAF et l'État français déchargent leur responsabilité régulièrement sur les associations de soutien aux retenus avec une désinvolture qui ne peut qu'être assimilé à la mise en danger d'autrui, ou du moins à la non-assistance à personne en danger.
Jusqu'à quand, sous prétexte de protéger la France de cette "horde d'étrangers envahissants", allons-nous permettre au gouvernement de violer et piétiner les droits fondamentaux des êtres humains, ces droits mêmes qui feraient de la France le grand pays qu'elle prétend être ?

⚫️

22/2/2019 - L’acharnement des préfets dépasse les bornes
Ibrahim (son prénom a été changé) est un jeune qui a fui le Niger en 2015 ; parti à l’âge de 17 ans, il a fêté ses dix-huit ans en Lybie ; tout le monde comprend ce que cela signifie… courageux il l’est vraiment ce gars ; son périple, par la méditerranée puis l’Italie a duré plus de trois années…. il est passé par l’Allemagne. Malheureusement son petit séjour au pays de Goethe s’est mal passé ; De violentes agressions à caractère raciste l’ont poussé à reprendre la route. Le voilà en France, et bien sûr, en guise d’accueil, la France lui colle une procédure de réadmission Dublin vers l’Allemagne. Heureusement, il trouve refuge au cœur de la France profonde sous l’aile bienveillante du réseau RESF.
Arrêté le 11 février, il est conduit au CRA de Cornebarrieu (1er voyage).
Le 13 février passage devant le JLD : Ibrahim est assigné à résidence chez lui ; il est recueilli par le Cercle des Voisins.
Le 14, le CdV organise son retour chez lui (2ème voyage).
Le 20, il se rend à la gendarmerie sur convocation ; et que fait l’Administration ? Ibrahim est de nouveau arrêté et amené sous escorte à Cornebarrieu (3ème voyage).
Le matin du 21, Ibrahim est conduit à l’avion menotté et entravé ; deux policiers l’escortent jusqu’à Paris (4ème voyage)
Arrivé à Paris, la police lui annonce que la Préfecture a décidé de le libérer ; Ibrahim, qui n’a rien compris se retrouve dans un avion entre deux policiers direction Toulouse (5ème voyage). Il est conduit au CRA de Cornebarrieu pour y signer des documents auxquels il ne comprend rien : il refuse de signer, et le voilà libre, sans bagage et sans aucun justificatif.
Grace à l’efficacité du réseau, il est récupéré, passe une bonne nuit à Toulouse et reprend le train vers son village d’adoption (6ème voyage).
Bilan :

  • Quatre voyages à trois personnes aux frais du contribuable (le coût dépasse certainement les 5000€ car il faut y intégrer les salaires des policiers de l’escorte)
  • Deux voyages aux frais des associations de bénévoles.
  • Tout ça pour revenir au point de départ…

Vous appelez ça une politique d’asile respectueuse des personnes ?
Et en plus un gâchis d’argent public.

⚫️

13/2/2019 - MERCI de votre aide, Monsieur

Qu'est ce que ça fait du bien de rencontrer à l'accueil de la gare Matabiau, un agent SNCF prêt à outrepasser son strict travail de base.
Aider c'est déjà être à l'écoute de la personne, l'aider à formuler sa demande quand il ne parle bien le français, lui donner les renseignements sur les différentes possibilités de voyager. Ce soir là, la demande était d'aller vers Paris. Il y avait 2 solutions le train très cher et le bus Ouibus plus abordable.
Ce soir là, suite à notre demande, cet agent nous a tout simplement offert cette possibilité de choisir entre ces 2 solutions.
La base de son travail c'est de renseigner et vendre des billets SNCF, mais pas d'aller chercher la solution du bus. Il l'a fait et nous l'en remercions sincèrement. Mais il avait aussi deviné la vulnérabilité de la personne qui allait voyager. Cette personne était ce qu'on appelle, un sans-papiers sortant du centre de rétention de Cornebarrieu.
La gare est un des endroits les plus contrôlés de Toulouse et donc un endroit à éviter quand on n'est pas en règle avec l'administration française.

⚫️

19/1/2019 - « Occupation illégale de la voie publique »
C'est ce qu'a osé dire le porte-parole de la préfecture lors de l'audience du juge de la liberté et de la détention pour justifier l'interpellation de cet homme SDF, victime d'un accident du travail. Sans le papier l'autorisant à rester sur le territoire français mais avec une besace lourdement chargé de toute la paperasse qui contient la trace de son histoire personnelle, de sa vie.
Personne ne dirait qu’il est peu « fou », juste franchement malade, malade de la rue qui épuise et broie les organismes. Il n’a rien à faire au CRA  mais il doit y rester!
Ne serait-il pas mieux de lui proposer un peu de réconfort, un abri décent et des soins adéquats ?

⚫️

26/11/2018 - Théoriquement libre
Libéré par le juge judiciaire ce jour, le jeune M. ne pourra voyager aux côtés de son papa venu spécialement de Paris, assister à l'audience.
En effet, dépourvu de papier d'identité, il lui est interdit de prendre le bus, transport en commun le plus accessible (car subventionné). Comment rejoindra-t-il sa famille qui habite Paris? 
Par le train en payant un billet 2 ou 3 fois plus cher que le prix du bus, en prenant le risque d'être débarqué en cours de route ?
Quelle possibilité reste-il à un sortant du CRA, sans papier,  de regagner son domicile parisien ?

⚫️

29/9/2018 - Ils sont vraiment désespérés pour risquer leur vie
A bord de l’Aquarius, qui fait route vers la Méditerranée centrale, quand le Dr Carlos Jaramillo pense aux migrants qu’il se prépare à secourir en mer, il se repasse les images du 11 septembre 2001. Celles de ces femmes et de ces hommes sautant par les fenêtres du World Trade Center, leur corps lancé dans une chute vertigineuse et sans issue. « Il devait y avoir l’enfer derrière ces fenêtres pour qu’ils se jettent dans le vide », dit-il. Comme ces gens qui choisissent de tenter la traversée de la Méditerranée dans des embarcations de fortune. « Ils sont vraiment désespérés pour risquer leur vie en mer », résume Carlos Jaramillo.

⚫️

Formation CESEDA

Le Cercle des voisins a proposé deux sessions de formation sur la nouvelle loi CESEDA animées par Maître Benjamin Francos (ADE) les samedi 19 novembre et 10 décembre 2016.
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA