En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Source : Le Monde - Anne Guillard -04/07-2017

Les bénévoles dénoncent les difficultés croissantes auxquels ils sont confrontés pour porter assistance aux migrants. Chaque jour, ils distribuent eau et nourriture.

Ils sortent des bois et des bosquets par petits groupes, comme surgis de nulle part. Il est 8 heures du matin dans la zone industrielle des Dunes, à Calais. Ils sont là depuis quatre jours, trois mois, huit mois ou plus d’un an. Des Erythréens, des Ethiopiens et des Afghans, en majorité. Les visages et l’allure trahissent leur âge, jeune, très jeune pour une partie d’entre eux. Quelques femmes, de plus en plus nombreuses, sacs en bandoulière ou petites pochettes qui renferment quelques produits d’hygiène, se mêlent aux hommes seuls et aux mineurs étrangers isolés.

Des retraités et des anciens salariés de l’association La Vie active, qui avait été mandatée par l’Etat pour intervenir auprès des migrants dans l’ancienne « jungle », démantelée fin octobre, les attendent, rue des Verrotières. Yolaine, Danièle, Céline, Patricia, Gilbert, Michel… Comme chaque matin, ces bénévoles ont chargé le camion qui délivre, de 8 heures à midi, eau, thé chaud, pain, banane et sardines en boîtes. « Des dons » à ceux qui viennent faire une courte pause après des nuits sans sommeil, occupées à tenter de monter dans des camions qui embarquent pour le Royaume-Uni, ou à éviter les forces de l’ordre qui les harcèlent.

« Eviter la mise en place d’un point de fixation »

Ce jeune érythréen de 16 ans demande à pouvoir prendre une douche, le 28 juin 2016, dans la zone industrielle des Dunes, à Calais, lors d’une distribution de nourriture par une association.

Ce mercredi, il tombe une petite pluie fine. « Le pire, c’est l’humidité », dit une bénévole de l’association historique Salam, l’une des onze associations à avoir déposé conjointement un référé-liberté mi-juin pour dénoncer les conditions de vie des exilés dans le Calaisis. Yolaine est là tous les matins, sept jours sur sept, depuis dix ans. « J’ai une vie, mais je jongle ! », lance-t-elle, comme un défi à la misère et à la fatigue.

Elle assure n’avoir jamais vu une situation aussi difficile qu’aujourd’hui, du fait notamment des entraves et des obstacles rencontrés par les associations pour venir en aide aux migrants. « Ça nous donne encore plus envie d’aider ! », dit Yolaine. La voix encore emplie d’indignation, elle raconte que « les forces de l’ordre l’ont empêchée, une fois, de donner à boire à un garçonnet de deux ans ». 

Salam s’occupe des distributions du matin, qui ont lieu en trois endroits différents. Il faut « éviter la mise en place d’un point de fixation », selon ce que répètent à l’envi les autorités, qui veulent empêcher à tout prix qu’une « jungle » ne se recrée. Selon les associations, ce sont pourtant 600 personnes qui errent de nouveau aux alentours de la ville, privées de droits élémentaires.

Un Ethiopien de 16 ans cherche « Mama shower »

Les premiers bidons d’eau sont sortis des camions, aussitôt les gobelets se remplissent. Chacun part un peu à l’écart s’asperger le visage et se rincer la bouche et les mains. Enveloppé dans une couverture polaire, un Ethiopien de 16 ans dit que sa peau le démange. Seize jours qu’il ne s’est pas douché. Il cherche « Mama Shower », une bénévole qui ouvre sa porte pour que quelques-uns puissent se laver. Elle n’est pas là ce jour-là.

Les bénévoles font passer le message à ceux qui demandent s’ils peuvent changer de vêtements. « Cet après-midi, au Secours catholique, vous pourrez aller chercher un pantalon, une veste, des chaussures… » Mais pas, là non plus, prendre une douche, la municipalité ayant empêché l’association d’en installer une au cours de l’hiver.

Le 23 juin, le ministre de l’intérieur, Gérard Collomb, en visite à Calais pour la première fois, a déclaré « qu’il y a[vait] peut-être d’autres lieux que Calais où elles [les associations] pourraient déployer leur savoir-faire ». Des propos qui ont choqué responsables associatifs et bénévoles. « C’est lamentable. Les politiques sont en dessous de tout », juge Gilbert, un bénévole de Flandre Terre solidaire qui vient occasionnellement de Bailleul prêter main-forte à l’association Salam.

« On n’avait encore jamais entendu ce discours-là. Heureusement qu’il y a Toubon pour secouer le cocotier », enchaîne-t-il. Le défenseur des droits, Jacques Toubon, a alerté mi-juin sur les conditions « inhumaines » réservées aux exilés.

« Tous les jours, depuis un an, j’essaie de passer »

Abil, un Ethiopien de 24 ans, qui vient de boire un verre d’eau, cherche à rejoindre son oncle au Royaume-Uni. « Tous les jours, depuis un an, j’essaie de passer. » Il a connu l’ancienne « jungle ». « Au moins, on pouvait dormir, raconte-t-il. Aujourd’hui, nous avons des problèmes avec la police tous les jours. C’est très difficile. Mais c’est très important pour moi de retrouver mon oncle. Il est ma seule famille. »

Comme lui, beaucoup prennent de nombreux risques pour tenter la traversée. « Des gamins livrés à eux-mêmes », commente Yolaine. Après la distribution, ils repartent immédiatement vers le « parking », là où des camions stationnent. D’autres ont fait un autre choix. « Moi j’ai déposé une demande d’asile à Lille », dit Boy, arrivé il y a quelques semaines de Guinée-Conakry. « Monter dans les camions, c’est du suicide. »

Au parc Saint-Pierre, en face de la mairie, de jeunes Oromo – qui évitent de se mêler aux Ethiopiens – et quelques Afghans viennent se restaurer. Ils plaisantent avec les bénévoles qu’ils saluent de la main quand ils les voient passer. Des sourires barrent les visages fatigués. Effet ou non de la décision du juge des référés du tribunal administratif de Lille, qui a donné dix jours à l’Etat et à la ville pour « éviter que les migrants soient exposés à des traitements inhumains » et ordonné de ne plus entraver les distributions de nourriture, aucun membre des forces de l’ordre n’a été aperçu ce matin-là. La veille, ils avaient embarqué couvertures et autre sacs de couchage. « C’est bizarre », trouve Yolaine. « On devient peut-être aussi parano ! » lance-t-elle en souriant.

Lire aussi :   Migrants à Calais : la décision en référé est une « étape » pour les associations

En cette fin juin, la ville s’est parée de quelques bus à impériale londoniens pour attirer les Britanniques qui ont déserté les lieux depuis plusieurs années. Ironie involontaire quand des hommes et des femmes risquent chaque jour leur vie pour atteindre leur eldorado. D’ici dix jours, selon la décision de justice du 26 juin, ils devraient bénéficier de sanitaires, de douches et avoir accès à des points d’eau. « Des droits élémentaires », souligne Gilbert dans un soupir, pour qui « ce n’est pas demain la veille que ça va s’arranger ». Douze mille migrants ont été secourus entre dimanche et mardi au large de la Libye.