En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

cdv logo  

Le Cercle des Voisins

Informe de l'atteinte à la dignité et aux droits humains que représente l’existence et le fonctionnement du «Centre de Rétention Administrative de Cornebarrieu», défend la libre circulation des personnes et dénonce le système mis en place pour l’expulsion des personnes privées de papiers.

logo EGM Toulouse

Source : Slate - Philippe Boggio - 28/08/2017

Si ses ressortissants représentent la nation la plus importante aux guichets des demandes d’asile dans l’Hexagone, c'est parce que la frontière entre immigration politique et économique, et entre persécution collective et individuelle, est plus complexe qu'on ne le croit.

Ils ont été la plus mauvaise surprise, au chapitre des migrations, d’Édouard Philippe et de Gérard Collomb à leur arrivée au gouvernement, au point que le Premier ministre et le ministre de l’Intérieur ont l’un et l’autre jugé nécessaire de leur consacrer un paragraphe de l’une de leurs premières interventions respectives. Des Albanais! Des Albanais dans les files d’attente des demandeurs d’asile, en France, alors que leur pays d’origine figure sur la liste dite des pays «sûrs», établie par le conseil d’administration de l’Office français pour la protection des réfugiés et des apatrides (OFPRA), une décision confirmée par le Conseil d’Etat fin 2016.

Le label «pays d’origine sûr» attribué à un Etat condamne en principe les ressortissants de celui-ci à être déboutés de toute demande d’asile, dans la majorité des cas. Il existe même une procédure particulière, dite «accélérée», pour de telles démarches, qui permet en fait à l’administration de les éconduire plus rapidement. Alors, que font des Albanais parmi toutes les victimes de persécutions, de privations de leurs droits fondamentaux, qui sollicitent le bénéfice d’une protection politique auprès de la France?

Et surtout, en si grand nombre? Édouard Philippe et Gérard Collomb ne pouvaient pas les manquer. En pleine guerre de Syrie, et alors que quatre millions de Syriens sont dispersés, avant même d’envisager un départ pour l’Europe, entre le Liban, la Jordanie et la Turquie; en pleine réactivation de la filière «libyenne», empruntée par les Africains de l’Est et de l’Ouest, via la Méditerranée; sous la pression aussi des candidats à l’exil afghans, irakiens, pakistanais, voilà que des cousins européens, juste venus des Balkans voisins, réussissent le tour de force de représenter la nation la plus importante aux guichets des demandes d’asile dans l’Hexagone. Entre janvier et novembre 2016, les Albanais ont déposé 5.769 dossiers de candidature. Plus que l’ensemble des Syriens. Devant encore tous les Afghans réunis, tous les Soudanais, ou ces milliers d’Haïtiens qui tentent de forcer la frontière du Maroni (Guyane). «Aujourd’hui, 75% des demandes d’asile déposées en Europe par des Albanais le sont en France», s’inquiète le ministre de l’Intérieur.

À Metz, l’une des portes d’entrée des migrants venus des Balkans, les demandes d’asile ont bondi de 63% au premier trimestre, avec 1.268 enregistrements. On en avait déjà compté 2.700 l’année précédente. Parmi elles, 70% de candidatures balkaniques, dont 40% d’Albanaises. Le centre d’accueil, installé sur un parking de l’avenue de Blida, dans le chef-lieu mosellan, a été submergé de longues semaines durant. À Besançon, des familles sont apparues, un soir, devant la gare, des familles au tour de taille de clans familiaux, grands-parents compris, et n’ont plus bougé de leur sitting improvisé. La préfecture a finalement organisé leur transfert vers des régions plus éloignées, déjà pour qu’elles ne croisent pas les activités des mafias de délinquants ou de passeurs albanais, qu’on soupçonne d’être clandestinement installées en France.

Les agents de l’OFPRA ont l’habitude de telles poussées migratoires venues de l’est. «Elles sont cycliques», explique-t-on avec philosophie. Les ressortissants de ces pays finissent par être déboutés de leurs demandes d’asile, et renvoyés. Mais on reconnaît qu’ils encombrent. Juste avant cette «saison albanaise», l’administration était enfin parvenue à décourager les Kosovars, en majorité Roms, des provinces justement proches de l’Albanie voisine, de leur engouement chronique pour la France depuis presqu’une décennie. Des habitudes prises pendant la guerre du Kosovo, à la fin des années 1990, quand des colonnes de refugiés serbo-Kosovars ou de Kosovars albanophones avaient reçu un accueil bienveillant en Allemagne, en France, en Suisse ou en Suède, au nom de la solidarité entre les peuples européens.

«Nous voulons leur dire: ne venez pas!»

L’Allemagne et la France font d’ailleurs cause commune dans tous les signes du changement d’époque, du retournement d’opinion dont témoigne l’agacement des grands pays d’accueil. Depuis 2012, Paris et Berlin menacent conjointement, par l’intermédiaire de l’Europe, les États des Balkans d’être condamnés à voir se réinstaurer une «politique de visas», dont leurs citoyens sont exemptés, pour l’Espace Schengen, si les demandes d’asile «abusives» continuent. L’Allemagne a simplement un peu d’avance dans le durcissement du point de vue national à l’égard de ces très insistantes populations immigrantes.

Le gouvernement d’Angela Merkel règle en effet peu à peu «sa» question albanaise. De haute lutte, il faut dire, à l’usure, même, puisque la chancelière réclamait déjà à la Communauté européenne, au plus fort de la «vague migratoire» de 2015, le classement des pays des Balkans, en particulier du Kosovo, de la Macédoine et de l’Albanie, parmi les pays d’origine «sûrs». Elle avait même mis en balance, alors, son accord pour l’accueil, en Allemagne, de plusieurs centaines de milliers de Syriens qui fuyaient la guerre par la Turquie et les Balkans. Après les Kosovars, le gouvernement d’Angela Merkel est parvenu à assécher cette immigration albanaise aux demandes d’asile jugées abusives. Au prix fort: l’an dernier, quelques 15.000 des 50.000 procédures de «retour volontaire», c’est à dire avec assistance financière, concernaient des Albanais.

Ceux qui se présentent maintenant en France sont d’abord les éconduits d’Allemagne, et si, en 2016, le pourcentage des bénéficiaires du droit d’asile parmi les Albanais est tombé à 0,4%, outre-Rhin, il était encore de 16% (après recours) sur notre territoire. Les diplomates français et les agents de l’OFPRA n’ont plus qu’à retourner dans les Balkans, cette fois à Tirana, après les campagnes pédagogiques de Pristina (Kosovo), à la suite de leurs homologues allemands, qui se sont succédés, deux ans durant, en Albanie, à la télévision nationale ou dans les universités, pour tenter de dissuader les jeunes et les familles d’aller tenter leur chance dans une ville allemande. Thomas de Maizière, le ministre allemand de l’Intérieur, expliquait déjà, en 2015: «Nous voulons envoyer un message clair à ceux […] qui ne fuient pas la guerre ou qui ne sont pas victimes de persécutions. Nous voulons leur dire: ne venez pas!»

C’est au tour de Gérard Collomb d’entreprendre ce voyage. Le 20 juillet, celui-ci a reçu son homologue albanais, venu lui promettre de mettre en place un plan pour limiter l’émigration vers la France. «Dans trois mois, lui a répondu le locataire de la place Beauvau, j’irai à Tirana pour faire le point des mesures qui auront été mises en œuvre. Il sera essentiel d’obtenir des résultats concrets […]» Les Albanais auront-ils peur de Gérard Collomb? Depuis l’hiver dernier, l’ambassadeur de France en Albanie ne cesse d’entretenir le gouvernement de la forte augmentation des départs vers la France. En particulier des plus jeunes, des célibataires, confrontés à un chômage de 30%, ou des familles des régions agricoles, parmi les plus pauvres d’Europe.

Ils se savent mal aimés dans l’Hexagone, assimilés aux mafias que comptent leurs rangs, souvent coupables, comme les Kosovars, d’avoir formé des réseaux de cambriolages, de prostitution ou des passeurs. Mais ils partent tout de même, par les aéroports de Skopje ou de Pristina, la capitale voisine. Ou alors ils font la chasse aux passeports bulgares, depuis que Sofia s’est mise en tête de trouver à beaucoup d’Albanais ou de Macédoniens des origines bulgares méritant sauf-conduit.

Un peuple pas comme les autres

C’est que ce peuple n’est pas comme les autres. On devrait lui rendre hommage, à l’heure du retour des tensions identitaires un peu partout en Europe, d’être lui dénué de tout nationalisme, il est vrai après avoir vécu soixante-dix ans d’enfermement communiste. L’Albanie ne tient pas dans ses frontières. Elle est partout chez elle, plutôt que sur place, et toute disposée à épouser le nationalisme de l’autre pour peu qu’on lui fasse une petite place. Les Albanais sont tous un peu des Albanais d’ailleurs, au moins de cœur. D’une diaspora culturelle. De Grèce ou d’Italie, de Macédoine ou de Turquie, évidemment du Kosovo –qui a été province albanaise avant que le communisme yougoslave ne l’en prive. Puis, de plus loin, des États-Unis et d’Australie, avant les chapitres allemand et français de sa chronique d’expatriation récente.

Depuis la chute du Mur, et la démocratie recouvrée, l’Albanie voit loin, au delà même de l’horizon. Ce pays candidat à tous les jumelages compte 2,9 millions d’habitants pour plus d’un million d’Albanais à l’étranger. Et l’on voudrait que le ministre de l’Intérieur français soit entendu quand il viendra exiger l’arrêt de l’émigration vers Metz ou Besançon? Peine perdue. Comme les Allemands, les Français devront y ajouter la contrainte –ou l’intéressement. L’Albanie fait comme les pays pauvres, en ces temps d’échanges marqué par un libéralisme décomplexé: elle vit d’abord des ressources levées par les siens de par le monde. Elle rançonne, à travers ses ressortissants? Oui, indirectement, mais avec la manière. En manifestant une vive attirance pour ses pays hôtes.

Si l’Europe était plus attentive, elle réaliserait que, par son sud, sud-est, elle est, ici et là, aussi albanaise. Comme il ne fallait pas toucher aux Indiens d’Amérique et aux aborigènes d’Australie, il pourrait y avoir risque de malheur à s’en prendre aux Albanais d’Europe. Il existe des peuples sacrés, c’est comme ça, on ne sait trop pourquoi, comme les Roms, qui, passées la Hongrie et la Roumanie, sont tous plus ou moins Albanais. On en connaît beaucoup, des langues si largement parlées? En Turquie, Bulgarie, Roumanie, Hongrie, Macédoine, Grèce, même en Italie, où l’albanais bénéficie d’une protection linguistique?

Une fois Édouard Philippe et Gérard Collomb revenus de leur émotion, on pourrait leur suggérer, dans le temps qui s’annonce, de l’éviction plus systématique des Albanais, de ne pas tout à fait agir comme les Allemands. Le Premier ministre et le ministre de l’Intérieur mettent en avant, on le comprend, cet exemple parlant pour convaincre des bien-fondés de la réforme de l’asile prônée par le président de la République, qui souhaite mettre fin à l’immigration dite économique, par opposition à l’asile politique. Or, ce n’est pas pour rien, non par négligence, que l’OFPRA a encore permis, en 2016, à 16% des «demandeurs» albanais de profiter d’une protection. L’office sait mieux que quiconque, pour avoir multiplié les enquêtes aux quatre coins du monde, combien il reste de cas de persécutions individuelles au milieu des bataillons d’immigrés dits économiques.

Femmes victimes des milices et armées privées, qui considèrent, en Afrique, le viol systématique comme une arme de guerre, mauvais traitements à enfants, ségrégation à l’égard des homosexuels… Racisme, interdictions religieuses, emprises de mafias, guerres de clans familiaux, pouvoirs abusifs des pères sur les fils, des fils sur les filles, des caïds de tous les continents sur les plus faibles, etc. Faire comme les Allemands, tenter de parvenir à 0,4% de statuts de réfugiés accordés, et, chose faite, le considérer comme un acquis, et non comme une atteinte à ses propres valeurs, c’est forcément contrevenir aux recommandations de la Convention européenne sur les réfugiés. Il y est écrit, à l’article 3: «Les Etats contractants appliqueront les dispositions de cette convention aux réfugiés sans discrimination quant à la race, la religion ou le pays d’origine.»

Tentation de l'éviction générale

Quant justice aura été par exemple rendue, au guichet des demandeurs d’asile, aux femmes battues d’Albanie, aux victimes de clans à Tirana, simplement aux individus abandonnés par la protection de leur police et de leur justice locales, au plus loin, en Albanie, il restera, vis à vis de ce pays-là comme des autres, même très officiellement inscrits sur la liste des pays «sûrs», à statuer sur le sort des nouveaux esclaves de l’exil migratoire.

Ce phénomène, aux mains des mafias de passeurs, est en constante augmentation, à toutes les étapes de la route vers l’Europe. À Agadez (Niger) comme à Tripoli (Libye); dans le sud de l’Italie, et même en France. Endettés auprès de passeurs, des migrants sont contraints de se laisser employer, souvent à des conditions inhumaines. Souvent des femmes, comme domestiques. Mais aussi dans les services ou le bâtiment. Comme autrefois, sur les marchés d’esclaves, il arrive que les «clients» des passeurs viennent prendre livraison, directement sur le port d’arrivée des bateaux.

Aussi pourrait-on suggérer à Édouard Philippe et Gérard Collomb de se garder de toute tentation d’éviction générale de l’immigration économique. De laisser l’OFPRA poursuivre une mission de droit humanitaire, telle qu’elle a été définie au sortir de la dernière guerre par des humanistes, et continuer à séparer le bon grain de l’ivraie, dans ses files d’attente, même si l’opération est fastidieuse et coûteuse.

Ce serait même l’occasion, pourquoi pas, rêver n’est pas interdit, de présenter la France d’Emmanuel Macron comme un laboratoire des nouvelles visions du droit d’asile. Et pourquoi pas de la défense des femmes du monde, même quand celles-ci ne sont plus, au regard des ambitions gouvernementales, que de simples migrantes économiques.

 

Il n'est plus possible d'ajouter des commentaires à cet article

Vite dit

29/9/2018 - Ils sont vraiment désespérés pour risquer leur vie
A bord de l’Aquarius, qui fait route vers la Méditerranée centrale, quand le Dr Carlos Jaramillo pense aux migrants qu’il se prépare à secourir en mer, il se repasse les images du 11 septembre 2001. Celles de ces femmes et de ces hommes sautant par les fenêtres du World Trade Center, leur corps lancé dans une chute vertigineuse et sans issue. « Il devait y avoir l’enfer derrière ces fenêtres pour qu’ils se jettent dans le vide », dit-il. Comme ces gens qui choisissent de tenter la traversée de la Méditerranée dans des embarcations de fortune. « Ils sont vraiment désespérés pour risquer leur vie en mer », résume Carlos Jaramillo.

⚫️

reves jeunesse24/9/2018 - On n'a pas le droit de tuer les rêves de la jeunesse !
Nous sommes accoutumés à ce que nos jeunes voyagent à travers le monde, par Erasmus mais aussi bien souvent, sans qualification particulière, en Angleterre voire en Australie qui semble exercer sur eux une forte attraction. La plupart du temps au bout de quelques mois ou quelques années ils reviennent dans leur pays d'origine.
Comment ne pas comprendre que des jeunes nés au sud ne partagent pas ce rêve de découvrir un jour ce qu'ils voient sur leur télé ou leur portable ? 
Nous avons reçu un jeune venu de son village du fin fond de la Gambie dont le rêve était de voir le PSG ! Un autre après avoir erré entre Paris et Limoges et être mis en rétention, au vu de l'accueil reçu ici, nous disait "Finalement on est mieux chez nous".
Il est bien évident que ceux qui ont réussi à arriver après un parcours périlleux n'ont pas vraiment envie de repartir et cela d'autant moins qu'ils n'ont aucun moyen matériel pour rentrer chez eux, sans parler du fait qu'ils doivent bien souvent rembourser des sommes exorbitantes aux familles qui les ont aidé.
Donnons leur la chance de sortir de chez eux. 
On n'a pas le droit de tuer les rêves de la jeunesse !

⚫️

4/9/2018 - Dans quel monde vivons-nous ?
Comment une famille venant d’Ukraine avec deux enfants de 3 et 5 ans, après avoir déposé une demande d’asile, s’est retrouvée à la rue sans aucun hébergement et rapidement sans ressources a fini, au bout de 40 jours, par s’installer dans l’aéroport de Blagnac pour pouvoir être à l’abri, et qu’il ait fallu l’entremise d’un policier de la PAF qui nous a prévenus pour que nous puissions leur trouver une solution transitoire grâce aux réseaux de solidarité ?
Comment encore aujourd’hui n’ont-ils pas de solution digne qui leur soit proposée ?
Dans quel monde vivons-nous ?

⚫️

9/9/2018 - IRTF
Créées en 2016, les interdictions de retour du territoire français (IRTF), d'une durée d'un à cinq ans, ont connu en 2017 
une augmentation de 1 097% par rapport à 2016 : elles  passent de 1 859 à 19 901 sur un total de 85 268 obligations à quitter le territoire délivrées (OQTF). 23% des OQTF ont été assorties d’une interdiction de retour en 2017.
Ces mesures représentent une monstrueuse épée de Damoclès utilisée pour dissuader, précariser et contrôler.
Il n’existe aucune procédure d’abrogation de droit de cette mesure pour tenir compte d’éventuelles évolutions de la situation personnelle.
En savoir plus

⚫️

30/8/2018 - « Urgence, papa expulsé, trois enfants en danger »
Certains ont pu s’indigner de la barbarie de Trump qui séparait les enfants des parents sans papiers emprisonnés, quand, en toute discrétion, ici, on fait la même chose !
Samuel GAZARIAN, arménien, a été arrêté à Tarbes et placé au Centre de rétention de Cornebarrieu. Ce papa arménien a 3 enfants scolarisés en primaire et collège. Ce père de famille risque à tout instant d’être embarqué pour Erevan, laissant son épouse et ses enfants sur notre territoire. Cette situation est intolérable et cette séparation est d’une cruauté inconcevable.
Comment la préfecture des Hautes-Pyrénées peut faire acte d’une telle inhumanité avec cette famille investie dans la vie associative tarbaise ?! Aucune des meilleures raisons du monde ne peut autoriser un pays civilisé à procéder de cette méthode d’un autre âge, d’un autre temps.

⚫️

injustice8/8/2018 - Chauffard ivre, administration ivre, tous les deux responsables et coupables
Un chauffard ivre est considéré par la justice comme responsable des accidents qu'il provoque. Une administration qui met en place une machine à expulser à pleine vitesse doit savoir qu'il est certain qu'une partie des procédures seront mal faites, voire faussées volontairement pour atteindre les objectifs chiffrés exigés. Ce ne sont donc pas des "erreurs de procédure", mais des décisions prises en amont qui, à l'instar du chauffard qui décide de boire, sont de la responsabilité de ceux qui les ont prises.
Documents manquants, contradictions entre des témoignages de tiers et ceux de la police, informations déformées ou faussées, voire inventées de toutes pièces font légion, mais il n'y a rien d'innocent dans ces "erreurs de procédure", quelqu'un a décidé !
Malheureusement les conséquences sont tout aussi graves, des personnes renvoyées aux pays desquels elles ont fui sont condamnées à des traitements inhumains ou dégradants, et même à la mort.
L'article 2 de la Convention européenne des droits de l'homme dispose que "le droit de toute personne à la vie est protégé par la loi". L'article 3 de cette même convention "interdit aux États de pratiquer la torture, ou de soumettre une personne relevant de leur juridiction à des peines ou des traitements inhumains ou dégradants". Il s'agit d'une des rares dispositions de la Convention qui ne soit pas assortie d'exceptions.
Des "erreurs de procédure" graves de l'administration, nous en voyons trop régulièrement dans les tribunaux pour les étrangers, et elles restent impunies, et même ignorées par ces tribunaux, en totale violation de la constitution, de la loi, et des valeurs de la France.

⚫️

7/8/2018 - Violation des conventions internationales, la France persiste et signe
Notre gouvernement se permet de critiquer les USA sur la violation de conventions internationales, mais "en même temps" elle se permet l'hypocrisie de le faire elle même en toute impunité.
Les conventions internationales et européennes des droits des enfants, adoptée et signée par la France en 1989 (quand les droits de l'homme n'étaient pas encore que des mots sur un papier) les protège de toute maltraitance, dont la privation de liberté. Or, une juge du JLD a décidé autrement en maintenant en rétention dans la zone d'attente de l'aéroport de Blagnac une famille de journalistes demandeurs d'asile congolais, avec leur enfant de deux ans et une mère enceinte de six mois, souffrante, qui ont dû fuir en urgence leur pays parce que menacés de mort par leur gouvernement. La juge a certainement considéré que garder cette famille en rétention quelques jours de plus en attendant leur entretien avec l'OFPRA n'allait pas ajouter grande chose au traumatisme déjà subit par leur fuite et l'abandon de leur vie derrière eux.
Certes, les enfants s'adaptent à tout, mais il ne faut pas se leurrer, ils gardent les traces.
La "protection de la France" justifie-t-elle d'ajouter encore à la détresse de cet enfant et de cette famille ?

⚫️

juge magicien29/7/2018 - Ici on ne rend pas justice, on applique la loi !
C'est ce qu'a répondu il y a quelque temps une juge du JLD à un retenu.
La loi dispose qu'un document officiel d'un pays étranger, tel un acte de naissance prouvant la minorité d'un.e jeune, de surcroit confirmé authentique par le consul de ce pays en France, doit être accepté et prit en compte par la justice, et doit primer sur toute autre considération.
La loi dispose qu'en cas de doute sur sa minorité, ce doute doit profiter au jeune.
La loi dispose que quand l'état formule une accusation il est tenu d'apporter des preuves.
Et pourtant, suivant l'avis de la préfecture de Toulouse, un tel document n'a pas été considéré "crédible" par un juge du Tribunal Administratif de Toulouse, qui a condamné Nakachia, mineure de 14 ans, à être renvoyée dans son pays, où elle risque en plus d'être mariée de force à un vieil homme de 70 ans.
La raison ? La préfecture a "des doutes", POINT. Point de preuves aussi, juste des soupçons.
Donc, on applique la loi quand la justice ne convient pas, et on rend "justice" quand la loi ne convient pas.
C'est å se demander à quoi bon payer cette armée de parlementaires et tous ces juges si de toute façon l'État se débrouille très bien tout seul pour faire le travail à leur place.
En savoir plus ici et

⚫️

Formation CESEDA

Le Cercle des voisins a proposé deux sessions de formation sur la nouvelle loi CESEDA animées par Maître Benjamin Francos (ADE) les samedi 19 novembre et 10 décembre 2016.
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA