En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Source : La Depêche - B.dv. - 27/7/2018

Nakachia a-t-elle l'âge de ses os ? C'est finalement autour de cette seule question qu'ont tourné, hier après-midi les débats du tribunal administratif de Toulouse. Sur ses papiers, Nakachia est âgée de 14 ans. Elle a fui la Côte d'Ivoire pour échapper à son oncle qui voulait la marier de force à un vieil homme de 70 ans. Après un parcours chaotique en bus, un passage dans les geôles Libyennes, et une agression sexuelle subie lors de sa remontée de l'Italie, la jeune femme finit par arriver épuisée à Perpignan. En désespoir de cause elle frappe à la porte d'un commissariat de police qui la dirige vers les services du conseil départemental des Pyrénées Orientales. Pendant trois mois, c'est le répit. Elle est prise en charge en tant que mineure isolée et commence à croire qu'elle va pouvoir recommencer sa vie en France. Mais lorsqu'elle est convoquée pour subir des tests osseux ses projets tournent court : pour les médecins, elle n'a plus 14 ans, mais son âge probable oscille entre 19 et 23 ans. Convaincu qu'elle a menti sur son âge dans l'espoir de rester en France, le préfet des Pyrénées Orientales lui notifie une obligation à quitter le territoire (OQTF) assortie de trois ans d'interdiction de retour. Nakachia, se retrouve au centre de rétention de Cornebarrieu et le 26 juin, le tribunal administratif de Toulouse confirme la validité de l'OQTF et lui réserve un vol dans un avion qui décollera pour Abidjan le 21 juillet. Mais Nakachia refuse d'embarquer et tente de régulariser sa situation administrative. Elle contacte sa mère restée en Côte d'Ivoire qui lui fait parvenir un acte de naissance. Pour Maître Laure Galinon qui défendait hier la jeune femme devant le juge administratif, cet acte de naissance dûment identifié mardi 24 juillet par le consul honoraire de la Côte d'Ivoire établit une bonne fois pour toutes que la jeune femme est bien née le 30 décembre 2003. Quant aux tests osseux «ils ne peuvent constituer le seul élément qui prouve la majorité d'un individu». Pas plus du reste, aux yeux de l'avocate, que les commentaires «subjectifs» de l'éducateur qui après deux heures d'entretien avec Nakachia a jugé ses propos trop mûrs pour une adolescente. Mais pour le conseil de la préfecture des Pyrénées Orientales, la jeune femme a déjà présenté par deux fois des documents d'état civil contrefaits, ce qui enlève tout crédit à ce nouvel acte de naissance même officiellement visé par le consul. Pour Maître Emmanuel Hilaire seuls comptent les résultats des tests osseux et ceux-ci disent que la jeune africaine est âgée de 19 à 24 ans. Une fourchette jugée raisonnable et qui exclut totalement sa minorité. Le jugement sera rendu aujourd'hui. S'il conclut à la minorité de Nakachia, un avion décollera le 31 juillet à destination d'Abidjan, avec à son bord une jeune femme qui a traversé le Sahara et la Méditerranée pour tenter d'échapper à l'homme de 70 ans qu'on avait choisi de lui imposer comme époux.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Formation CESEDA

Le Cercle des voisins a proposé deux sessions de formation sur la nouvelle loi CESEDA animées par Maître Benjamin Francos (ADE) les samedi 19 novembre et 10 décembre 2016.
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA