En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Source : L'Obs - L.B. - 8/8/2018

Les policiers cherchent à retracer le parcours des migrants tombé dans le piège de ce réseau, notamment en France.

C'est un "vaste réseau d'esclavagisme moderne" qui vient d'être démantelé en France et en Espagne. Suspectées d'avoir fait entrer clandestinement en France 350 migrants clandestins venus d'Afrique de l'Ouest, sept personnes ont été arrêtées dans la région de Saint-Sébastien, au nord de l'Espagne, révèle Europe 1 ce mercredi 8 août. Ils promettaient un "eldorado" français à des Maliens, Sénégalais, Ivoiriens ou Guinéens, mais, à leur arrivée en France, les migrants étant revendus à d'autres réseaux, notamment pour des activités de mendicité :

"C’est du pur crime organisé. [...] C’est du trafic d’êtres humains", résume auprès d'Europe 1 Jose Nieto Barroso, l'inspecteur en chef chargé du renseignement et de l’analyse des risques au sein de l'unité centrale de lutte contre l'immigration illégale.

"Il y a des gens en France, en Grande-Bretagne, en Allemagne, qui vont acheter quatre, cinq, sept personnes africaines et ils les envoient devant les portes des églises, des supermarchés pour mendier ou bien ils les font travailler dans des écuries", détaille un policier auprès d'Europe 1. [...] On parle vraiment d’esclavage. L’esclavage du XXI siècle."

Centaines de milliers d'euros

Le travail des policiers a permis de retracer le parcours des migrants tombé dans le piège de ce réseau – lequel aurait accumulé "des centaines de milliers d'euros" : les trafiquants fournissaient de faux papiers, organisaient leur voyage jusqu'en Espagne en bateaux puis leur "faisaient même passer quelques jours dans des centres de soins".

Le transfert vers la France se faisait ensuite en train, bus ou avec la complicité d'un chauffeur de taxi, écrit "Europe 1".

Désormais, les enquêteurs se concentrent sur l'exploitation des téléphones portables et agendas des sept hommes incarcérés afin d'identifier à qui les migrants ont été vendus à leur arrivée en France.

L.B.

 


Ajouter un Commentaire


rencontre Karine Parrot 3 juin 2019 banniereKarine PARROT
«Carte blanche, l'État contre les étrangers»

Le 3 juin 2019 le Cercle des Voisins a invité Karine PARROT à l'occasion de la parution de son livre «Carte blanche, l'État contre les étrangers».
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA