En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Source : France Bleu Berry et France Bleu Creuse - Audrey Tison - 18/9/2018

Aucune négociation n'a été possible entre les soutiens du jeune Soudanais et le Secrétaire général de la préfecture. La délégation refusait de quitter les lieux, elle a été sortie de force. Le combat pour Abdel se poursuivra devant la justice.

C'était la deuxième journée de mobilisation autour d'Abdel, jeune Soudanais hébergé depuis 10 mois à Faux-la-Montagne. Convoqué à la gendarmerie à Guéret ce lundi, il a été conduit en centre de rétention (à Palaiseau, près de l'aéroport d'Orly), en vue de son renvoi en Italie, là où ces empreintes ont été enregistrées pour la première fois (Procédure de Dublin).

Après une nuit de camping dans une salle de la mairie de Guéret, les soutiens du jeune homme ont enfin pu échanger avec le Secrétaire général de la préfecture. Ce dernier reçoit une délégation de six personnes ce mardi matin, mais la discussion tourne court. La préfecture ne changera pas d'avis sur le sort d'Abdel : La loi, c'est la loi, il doit être "réadmis" en Italie, c'est la "procédure normale"

La délégation dénonce un dialogue impossible, et décide de rester dans la salle de réunion, jusqu'à obtenir satisfaction, c'est à dire la possibilité pour Abdel de déposer sa demande d'asile en France. A l'extérieur du bâtiment, une soixantaine de manifestants s'échauffent. Ils appellent à la démission de la préfète, le dialogue ne reprendra pas. Au bout de deux heures, les occupants sont évacués par la gendarmerie, trois d'entre eux sont traînés au sol jusqu'à l'extérieur.

Les militants décident finalement de mettre fin à leur mobilisation à Guéret. Ils sont en contact téléphonique avec le jeune Soudanais, et comptent l'aider à distance. Il peut contester sa mise en rétention administrative et son futur renvoi en Italie, devant le tribunal administratif. Les habitants du plateau de Millevaches n'ont donc pas dit leur dernier mot. 

 


Ajouter un Commentaire


rencontre Karine Parrot 3 juin 2019 banniereKarine PARROT
«Carte blanche, l'État contre les étrangers»

Le 3 juin 2019 le Cercle des Voisins a invité Karine PARROT à l'occasion de la parution de son livre «Carte blanche, l'État contre les étrangers».
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA