En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Source : Le Monde - Julia Pascual - 22/1/2019

Alors que Paris et Londres ont lancé, début janvier, un plan pour endiguer l’essor des traversées de la Manche, des ONG évoquent « un harcèlement policier » côté français.

Le phénomène a remis Calais sur le devant de la scène. Depuis le démantèlement de la « jungle » fin 2016, la ville portuaire était retombée dans un anonymat relatif à l’échelle nationale. Jusqu’à ce que des migrants, à bord de petits canots pneumatiques, tentent la nuit de traverser le détroit du Pas-de-Calais pour gagner l’Angleterre.

Dans une mer à huit degrés, ventée, où la houle se lève vite et les courants de marée sont forts, ils ont voulu parcourir les trente-deux kilomètres qui les séparent du rêve anglais. Sur une véritable autoroute de la mer, où transitent quelque 400 navires tous les jours, ils ont cherché à se frayer un chemin pour atteindre ces falaises blanches qui par beau temps paraissent à leur portée.

En 2018, les autorités françaises ont dénombré soixante et onze traversées ou tentatives de traversées de la Manche – concentrées sur le quatrième trimestre –, contre douze en 2017 et vingt-trois en 2016. Depuis le début de l’année, treize tentatives et sept traversées ont déjà été répertoriées. Dans la nuit du dimanche 20 au lundi 21 janvier, deux embarcations avec vingt-trois migrants à leur bord ont été secourues par les autorités britanniques. Parfois, un Zodiac déchiqueté ou des gilets de sauvetage abandonnés sont retrouvés sur une plage.

Calais, le 16 janvier 2019. Sur la plage située à deux pas de la zone industrielle des dunes et de la "jungle" démantelée au mois d'octobre 2016. SAMUEL GRATACAP POUR « LE MONDE » 

La France et le Royaume-Uni ont mis en œuvre, début janvier, un plan pour endiguer l’essor de ces traversées. Les magasins de matériel nautique ont été invités à renseigner les autorités sur d’éventuels clients suspects, des patrouilles terrestres et maritimes ont été renforcées, dotées de lunettes à vision nocturne, de drones ou encore de motocross. A Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), le plus grand port de pêche français s’est équipé en vidéosurveillance et en éclairage et chaque migrant intercepté fait désormais l’objet d’un placement en garde à vue pour aide à l’entrée et au séjour irréguliers.

Arrivée de migrants iraniens

Pour expliquer la recrudescence du phénomène, le préfet du Pas-de-Calais, Fabien Sudry, évoque une « conjugaison de raisons », parmi lesquelles une mer plus clémente et des filières de passeurs qui se réorganisent face à la difficulté croissante de passer par le port de Calais et le tunnel sous la Manche. L’augmentation des traversées a aussi coïncidé avec l’arrivée d’une population iranienne à Calais.

D’après un recensement associatif récent, ils représenteraient plus d’un tiers du demi-millier de migrants présents à divers endroits de la ville. « Avant, ils étaient dix peut-être », note Yolaine, de l’association Salam, qui participe à la distribution de repas tous les jours à proximité de l’ancienne « jungle », dans un campement d’une soixantaine de tentes où une majorité d’Iraniens sont réunis.

Autour de Yolaine, des hommes se pressent pour demander un bonnet, des chaussettes, une couverture… Le matin, les forces de l’ordre ont mené une opération d’expulsion, comme elles le font à cet endroit un jour sur deux, et emporté une partie des affaires.

Calais, le 17 janvier lors du démantélement du camp 'Hospital'. Un jour sur deux, les migrants se font expulser par la police puis rejoignent le lieu même de leur expulsion quelques minutes plus tard. Des mesures visant à dissuader les personnes de rester sur place. SAMUEL GRATACAP POUR "LE MONDE" 

Payam, 33 ans, est arrivé il y a six mois en France. Il explique avoir quitté l’Iran à cause des persécutions qu’y subissent les chrétiens. Il montre sa croix autour du cou. En Angleterre, il veut rejoindre son père et son frère. Hamid, 38 ans, a la Grande-Bretagne en ligne de mire car, assure-t-il, « ils donnent plus facilement des papiers ». En France, le taux de protection des demandeurs d’asile iraniens était de 32,5 % en 2017 contre 47 % outre-Manche, où ils sont, avec 2 654 demandes fin septembre 2018, les premiers demandeurs d’asile.

La crainte du Brexit

Hamid a déjà essayé trois fois de traverser la Manche. « En camion, c’est trop cher, entre 6 000 et 10 000 euros. » Deux fois, il a fait demi-tour à cause de mauvaises conditions météo. Une autre fois, il a été arrêté sur la plage. « J’ai fait quarante-quatre jours de rétention et j’ai été renvoyé en Autriche [où ses empreintes digitales ont été enregistrées] mais je suis revenu. »

Le soir, les migrants se réchauffent devant des feux de camp. Autour de l’un d’eux, Mustapha. Il a quitté l’Iran, sa femme et leur fils de 8 ans il y a trois ans. Il a déjà passé deux ans dans le camp de migrants de Moria, sur l’île grecque de Lesbos. « J’y ai perdu 20 kilos », dit-il.

A côté de lui, un homme montre sur son téléphone des images de pendaisons publiques glanées sur Internet. « La France et l’Angleterre soutiennent le régime islamique, vous devriez avoir honte, sermonne-t-il. C’est pour ça qu’on est là aujourd’hui. »

Mustafa est Iranien, il me montre des photographies qu'il a réalisées dans le camp de la Moria, à Lesbos (Grèce). Dans le camp de Pont Trouille, à Calais, le 16 janvier. SAMUEL GRATACAP POUR « LE MONDE » 

Malgré leur retentissement médiatique, les traversées ou tentatives de traversée de la Manche restent marginales. A côté des quelque 500 personnes qu’elles ont concernées en 2018, 20 000 ont été interpellées à Calais, dans des voitures ou des poids lourds, alors qu’elles voulaient gagner l’Angleterre par le tunnel sous la Manche ou le port. « C’est deux fois moins qu’en 2015 et 2016, lorsqu’il y avait jusqu’à 10 000 personnes sur la jungle », souligne toutefois le préfet du Pas-de-Calais.

Si l’hypothèse d’un Brexit « dur » fait craindre, en même temps que le retour de contrôles douaniers, la résurgence de files d’attente de camions et des tentatives d’intrusion de migrants, la situation est, aux yeux des autorités, sous contrôle. Des barrières ont été érigées tout autour du port et de la rocade. La sécurisation des infrastructures est d’ailleurs la principale destination des 190 millions d’euros d’aide déboursés par Londres depuis 2014.

Démantèlements quotidiens de campements

« Nous avons aussi mené un travail de lutte contre les filières », fait valoir le préfet. Avec pour effet d’éloigner les réseaux. La présence migratoire et les tentatives de rejoindre l’Angleterre se reportent en partie le long du littoral et notamment au Havre (Seine-Maritime) et à Ouistreham (Calvados). En outre, « plus de la moitié des personnes interpellées à bord de camions ou de véhicules à Calais sont montées en Belgique », fait remarquer M. Sudry.

Troisième volet au service de cette stabilisation de la présence migratoire : les démantèlements quotidiens de campements. « On est en train de casser psychologiquement les gens, considère Maya Konforti, de l’Auberge des migrants. Dans les campements d’Iraniens, il y a eu jusqu’à deux démantèlements par jour. » Nicole (le prénom a été modifié), bénévole de 69 ans au Secours catholique, parle de « harcèlement policier ». « C’est le désespoir » et les « conditions de survie abominables que l’Etat impose » aux migrants qui « poussent les exilés à risquer leur vie sur des canots pneumatiques », ont dénoncé, le 18 janvier, onze associations de défense des réfugiés, parmi lesquelles le Secours catholique ou encore l’Auberge des migrants.

« L’Etat n’organise pas l’accueil », regrette à son tour Damien Carême, le maire Europe Ecologie-Les Verts (EELV) de Grande-Synthe (Nord). L’élu a ouvert un gymnase de 250 places fin décembre 2018 pour y abriter une partie des quelque 500 migrants présents sur son territoire. Une centaine de tentes se sont aussitôt greffées tout autour du bâtiment, dans lesquelles des gens attendent qu’une place au chaud se libère.

Il est presque 9 heures quand plusieurs camions de gendarmes mobiles se garent à proximité d’un petit campement d’Afghans à Calais, entre l’autoroute et l’hôpital de la ville. Certains migrants sont allés s’abriter sous le pont autoroutier, anticipant leur expulsion. Dans quelques minutes à peine, ils installeront de nouveau leur tente et des couvertures, sur une terre trempée et jonchée de déchets, au milieu des buissons. Un adolescent de 14 ans marque un temps d’arrêt, visiblement découragé. Un autre le prend dans ses bras. Tandis qu’un troisième lâche, blasé : « This is my life. »

Voir aussi « C’est ma vie » : le banal démantèlement des camps migrants à Calais

Julia Pascual (Calais, Pas-de-Calais, envoyée spéciale)

 


Ajouter un Commentaire


rencontre Karine Parrot 3 juin 2019 banniereKarine PARROT
«Carte blanche, l'État contre les étrangers»

Le 3 juin 2019 le Cercle des Voisins a invité Karine PARROT à l'occasion de la parution de son livre «Carte blanche, l'État contre les étrangers».
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA