En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Ce qui vient de se passer à Angres (Pas-de-Calais près d'Arras) est suffisamment intéressant pour comprendre ce qui se met progressivement en place. En gros, des exilés du Vietnam cachés dans les bois ont été attaqués, au début de septembre, par des passeurs mafieux et se sont défendus jusqu'à s'arranger pour en livrer certains à la police.
Les militants de Fraternité Migrants d'Angres ont constaté que justice et police se désintéressaient de la question.
En revanche, la PAF est revenue le vendredi 18 septembre, interpeller des victimes.
Bref, Angres est l'illustration que :
- les Etats livrent les exilés aux passeurs mafieux
- les exilés font se qu'ils peuvent pour s'émanciper de cette tutelle
- justice et police n'en profitent guère pour faire la chasse à la mafia
- Besson, qui justifie son "éradication" des jungles" par sa lutte supposée contre les "filières mafieuses", ment effrontément comme d'hab.

Ce qui ressort de cette histoire vaut pour tout le nord-ouest de la France, pour Paris (Gare de l'Est) et aussi pour les pays riverains de l'Europe, laquelle leur imposent d'intercepter les migrants pour son compte (voir le très prochain rapport de Migreurop sur les frontière de l'UE).

Ce n'est donc pas seulement anecdotique.

"Libé-Lille" 17/09/2009

« Détruire la jungle renforce le pouvoir des passeurs »

CALAIS - Raser la « jungle » pour démanteler « l'outil de travail des filières clandestines »? Et si c'était l'inverse, le résultat ? L'argumentaire anti-passeurs d'Eric Besson, ministre de l'immigration, démonté par Jean-Pierre Alaux, du Gisti, le Groupe d'information et de soutien des travailleurs immigrés. Interview.

Eric Besson explique qu'en rasant la «jungle», il lutte contre les passeurs.

C'est exactement le contraire. Chaque fois qu'on rend plus difficile la poursuite du voyage, qu'on offre une liberté de circulation proche de zéro, outre qu'on porte atteinte à la Convention de Genève(1), on renvoie les exilés à des spécialistes du cheminement. Détruire la «jungle» renforce le pouvoir des passeurs. On les rend indispensables.

Comment ça ?

C'est la logique de Chicago, de la prohibition. Les gens ont absolument besoin de franchir les frontières, même si elles sont fermées. Du coup, il y a un marché. Les voyous essaient de s'en emparer. Les migrants, eux, essaient de voyager moins cher, de se rendre indépendants des mafias. Je reviens d'une mission pour Migreurop au Maroc. Les gens apprennent à nager, s'organisent entre compatriotes, pour des prix honnêtes, sans rançonner les familles, une forme d'artisanat. Mais plus les gens sont fragiles, plus on crée les conditions de la prospérité des mafias.

A Angres, les bénévoles racontent que les migrants ont tenté cette émancipation.

La semaine dernière, des migrants vietnamiens d'Angres, attaqués par des passeurs qui les rackettaient, se sont défendus sur l'aire d'autoroute et les ont livrés à la police. Je leur conseille de demander une carte de séjour pour dénonciation de trafic d'êtres humains.

Recueilli par Haydée Sabéran



































Il n'est plus possible d'ajouter des commentaires à cet article

Formation CESEDA

Le Cercle des voisins a proposé deux sessions de formation sur la nouvelle loi CESEDA animées par Maître Benjamin Francos (ADE) les samedi 19 novembre et 10 décembre.
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA