En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

J'ai vu de plus près que d'habitude ce qu'il y avait derrière la vitrine de la justice du pays France, patrie des libertés. En particulier en ce qui concerne le traitement de l'immigration. Un jugement favorable à une remise en liberté prononcé par un juge du TGI, peut être rejugé sur requête du Parquet le lendemain de façon exactement contraire. Sous le prétexte d'une simple explication: les multiples fautes de procédures faisant plusieurs fois jurisprudence sont parées du masque d'une "garde à vue de confort"-sic-, d'un concours de circonstance, (ça s'est passé un Dimanche...) etc  Bref, ils n'ont pas fait exprès, et c'était pour le bien du justiciable.

Après avoir fait venir la compagne d'Alexandre depuis le TGI de Toulouse jusque devant le Centre de Rétention Administrative de Cornebarrieu, où elle devait attendre la décision du 2eme jugement, elle s'est vu refuser le droit de rester à l'intérieur. Et c'est donc dehors, au bord de la route qu'elle fut obligée de "patienter". Une route très passante. Pas de banc, pas de trottoir, pas de gazon, pas de robinet d'eau, pas d'ombre, pas d'abris, pas de voisins civilisés. Un habitant juste en face du centre de rétention a même alerté la police du centre pour faire déguerpir nos amies qui étaient assises sur une murette privée de SA maison.

Maryse, heureusement était venue soutenir N... ce matin depuis Mérignac par le train. Elles pensaient repartir ce soir vers Bordeaux avec Alexandre libre. Quelle déception!  Pendant ce temps les victimes de la "jungle" de Calais venaient d'être enfermés dans le même centre pour leur plus grand bien.

Impossible de comprendre ni d'accepter cela. Si Alexandre est renvoyé dans le pays d'origine, considéré comme un déserteur, il risque très gros, si vous voyez ce dont il s'agit. Il est en France depuis plus de 6 ans, il travaille, il n'a pas commis d'autre délit que celui de vivre ici. Certains d'entre vous ont déjà eu quelques informations sur l'histoire d'Alexandre qui a refusé d'utiliser la violence des armes pour réprimer une manif .

Nous vous proposons de constituer un comité de soutien, rapidement, pour examiner et mettre en oeuvre tout ce que nous pouvons : médias, élus, population, justice, institutions, associations.

NOTA: un comité de soutien existe  à BEGLES (33), nous travaillerons ensemble, et jamais sans le plein accord des principaux intéressés. A bientôt , dès que nous aurons plus de renseignements, les pièces écrites des derniers jugements et tout autre document qui seront les plus utiles pour élargir le soutien.














Il n'est plus possible d'ajouter des commentaires à cet article

Formation CESEDA

Le Cercle des voisins a proposé deux sessions de formation sur la nouvelle loi CESEDA animées par Maître Benjamin Francos (ADE) les samedi 19 novembre et 10 décembre 2016.
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA