En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Source : GISTI - 28/5/2019

Communiqué de la campagne Stop Dublin

Libération immédiate des personnes exilées arrêtées le 25 mai !

Mise à jour : Le 28 mai, le Juge des Libertés et de la Détention a confirmé le maintien en rétention de 3 personnes (soudanaises et sénégalaise). La Cour d’appel a été saisie, elle doit se prononcer le 29 mai. Deux d’entre eux risquent une expulsion vers leurs pays d’origine. Mobilisons-nous !

Samedi 25 mai 2019, alors que le cortège parisien de la manifestation européenne Stop Dublin s’apprêtait à partir de La Chapelle pour exiger l’abrogation du règlement Dublin III et en dénoncer les effets dévastateurs, des contrôles de police ont été mis en place entre le lieu de départ de la manifestation (métro La Chapelle) et la Porte de la Chapelle - où des centaines de personnes exilées vivent dans des campements insalubres.

Neuf personnes ont été emmenées au commissariat suite à un contrôle au métro Marx Dormoy, dont cinq se rendaient à la manifestation. Parmi ces cinq manifestants, trois Soudanais originaires du Darfour, un Sénégalais et un Malien. Parmi les autres personnes arrêtées, il y avait deux Maghrébins, un Indien et un Afghan. Tous ont été contrôlés au faciès, ce qui a créé une vive réaction parmi les passants.

L’un des Soudanais a été libéré, car il était déjà sous assignation à résidence en procédure Dublin. Mais ses deux compatriotes, également en procédure Dublin, sont toujours retenus au centre de rétention de Vincennes. Le premier risque un renvoi forcé vers l’Espagne. Le second risque un renvoi direct vers... le Soudan ! Bien qu’il soit en procédure de réadmission Dublin vers l’Italie, et malgré les menaces qui pèsent sur lui en cas de retour dans son pays d’origine. Le Sénégalais est lui aussi menacé d’expulsion vers le Sénégal. Comme trop souvent, c’est l’arbitraire qui domine.

Nous n’avons pour l’instant pas d’informations sur la situation des autres personnes arrêtées lors de ce contrôle.

Il est intolérable que l’exercice de la liberté de manifestation, avec les premiers concernés, soit remis en cause à des fins de répression des personnes dublinées et sans-papiers !

L’État maintient les personnes exilées dans l’invisibilité. A grand renfort de policiers qui les harcèlent quotidiennement, il contraint des hommes, femmes et enfants à survivre dans des conditions absolument inhumaines dans des zones à l’abri des regards. Il est intolérable que ceux qui ont voulu résister à cette invisibilisation, ceux qui ont osé demander le respect de leurs droits subissent aujourd’hui une telle répression !

Nous demandons la libération immédiate des personnes arrêtées et enfermées le 25 mai !

Stop à l’intimidation, liberté de manifester sans crainte pour tous !

 

28 mai 2019

Premiers signataires :

Coordination Française pour le Droit d’Asile
Etats Généraux des Migrations
Collectif pour une Nation Refuge

ACAT, ARDHIS, AA88, ASTI de Romans, ASTI 66, Assemblée Citoyenne des Originaires de Turquie - ACORT, Assemblée locale 57 des Etats Généraux des Migrations, Autremonde, Allamma Internationale, Ah Bienvenus Clandestins !, BAAM, Bruxelles Pantheres (Belgique), La Cimade, COMEDE, Collectif des Travailleur-ses de l’Asile, Collectif de soutien aux demandeurs d’asile d’Appoigny, C3V, Collectif Sénonais de soutien aux migrants et aux réfugiés, Comité Varois du Mouvement de la Paix, Collectif Ganges Solidarités, Collectif des Etudiants Etrangers de Lyon Solidaires et Sans-Papiers - CEELSPS, Collectif de soutien de l’EHESS aux sans-papiers et aux migrant-es, Collectif de soutien aux sans papiers 95, Collectif de soutien de l’EHESS aux sans-papiers et aux migrant-es, CNT, Conseil National des Associations Familiales Laiques, Collectif Migrants Bienvenue 34, Collectif réfugiés du Vaucluse, Collectif Saint-Lois d’Aide aux Migrants, Coalition internationale des sans-papiers et migrant.e.s (CISPM), Collectif AERèS 28, Collectif pour l’avenir des foyers - COPAF, Cercle Louis Guilloux, Centre Primo Levi, D’ailleurs Nous Sommes d’Ici 67, Dom’asile, Droits Ici et Là-bas (DIEL), association ESSOR, Encrages, ELENA, Femmes Solidaires 66, Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives - FTCR, Fédération des Associations de Solidarité avec Tou-te-s les Immigré-e-s - FASTI, GAS, GISTI, Justice & Libertés (Strasbourg), association KOLONE, Ligue des Droits de l’Homme, La Cabane Juridique, Mouvement pour une Alternative Non-Violente - Île-de-France, MRAP - fédération de Paris, Paris d’Exil, Petits Déjeuners Solidaires, Réseau Soutien Migrants (RSM89), Rassemblement Humain, RESF 06, RESF43, RESF 44, RESF 48, Secours catholique Caritas France, Tous Migrants, Terre des Hommes-Cognac, TPC Maison Solidaire, TadamunExil70, Tous Migrants Savoie, Terre des Hommes - Doubs, Ecole THOT, United Migrants, Union syndicale Solidaires, Utopia 56, Union Juive pour la Paix - UJFP, Association WISE.

En soutien : Europe Ecologie les Verts Languedoc-Roussillon

Pour signer le communiqué : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Ajouter un Commentaire


rencontre Karine Parrot 3 juin 2019 banniereKarine PARROT
«Carte blanche, l'État contre les étrangers»

Le 3 juin 2019 le Cercle des Voisins a invité Karine PARROT à l'occasion de la parution de son livre «Carte blanche, l'État contre les étrangers».
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA