En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Source : AIDeS - 2/7/2019

Après une bataille acharnée de plus de 466 jours, la Cour nationale du droit d'asile (CNDA) vient de rendre publique sa décision : Moussa obtient l’asile en France. La mobilisation de nos associations a été sans faille, durant une procédure qui n’a cessé de remettre en cause la sincérité et la bonne foi de Moussa. Il aura fallu 18 mois de lutte pour obtenir un droit qui lui était dû dès la première heure.

Depuis le 22 mars 2018, date de son arrestation en France, Moussa était menacé d’expulsion vers son pays natal, la Guinée. Pays dont la législation condamne l’homosexualité par des peines de prison ferme allant jusqu’à trois ans, et où Moussa était persécuté en raison de son orientation sexuelle.

Après deux tentatives d’expulsion par l’État français, empêchées grâce à la mobilisation de tous ses soutiens et de très nombreuses associations dont AIDES, l’APTI, l’Ardhis, le CLGBTI de Lyon, la LGP Lyon, les Méduses, RESF, Moussa a tout de même été emprisonné durant deux mois. Il a ensuite pu redéposer une demande d’asile, rejetée à nouveau par l’Office Français de Protection des Réfugiés et des Apatrides (OFPRA) en juillet 2018.
Cette décision a suscité une incompréhension collective, compte tenu de la solidité des éléments apportés à son dossier : témoignages des membres de sa famille, de ses amis-es en France, articles parus dans la presse faisant état de son homosexualité et montrant le danger qui pesait sur lui en cas de retour dans son pays d’origine. Tous ces éléments prouvaient la réalité des percussions homophobes et le danger de mort auquel il était exposé.
« Nous sommes tous et toutes soulagé-es de cette annonce. Mais nous regrettons qu’il ait fallu tant se battre, se mobiliser, résister, multiplier les procédures pour faire valoir ce qui aurait dû être de droit » a déclaré Aurélien Beaucamp, président de AIDES.
Il aura fallu attendre que la CNDA se prononce pour aboutir à une décision conforme aux engagements de la France en matière de protection des droits humains. AIDES et l’Ardhis poursuivront leur combat pour la reconnaissance du droit d’asile pour toutes les personnes étrangères persécutées, en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre.

Combien de situations, comme celles de Moussa, faudra-il encore pour que les autorités françaises respectent le droit ?  

À propos de AIDES

Créée en 1984, AIDES est la première association de lutte contre le sida et les hépatites en France et en Europe. Elle est reconnue d'utilité publique et labellisée "don en confiance" par le Comité de la Charte.
AIDES agit depuis 30 ans avec et auprès des populations les plus vulnérables au VIH/sida et aux hépatites pour réduire les nouvelles contaminations et accompagner les personnes touchées vers le soin et dans la défense de leurs droits. Plus globalement, l'association joue un rôle majeur dans l'amélioration de la prise en compte des malades dans le système de santé en France, l'évolution des droits des personnes vulnérables et la lutte contre les discriminations.

Ses principes : respect, indépendance, confidentialité et non-jugement.

CONTACT PRESSE

Anne-Charlotte Chéron
06 10 41 23 86 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 


Ajouter un Commentaire


rencontre Karine Parrot 3 juin 2019 banniereKarine PARROT
«Carte blanche, l'État contre les étrangers»

Le 3 juin 2019 le Cercle des Voisins a invité Karine PARROT à l'occasion de la parution de son livre «Carte blanche, l'État contre les étrangers».
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA