En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Source : Le Monde avec AFP et Reuters - 20/8/2019

Dans la soirée de mardi, le procureur d’Agrigente, en Sicile, a ordonné le débarquement des migrants et demandé que le navire humanitaire espagnol soit saisi après avoir été bloqué dix-neuf jours en mer.

Voilà dix-neuf jours que le navire humanitaire Open-Arms était bloqué en mer Méditerranée, avec une centaine de migrants à son bord. L’Italie, par la voix de son ministre de l’intérieur, Matteo Salvini, lui refusait en effet l’accès à l’un de ses ports pour débarquer ses passagers secourus en mer. Mais dans la soirée du mardi 20 août, le navire a accosté au port de l’île italienne de Lampedusa après que la justice l’eut ordonné un peu plus tôt, et les migrants à son bord ont pu enfin débarquer.

Après une inspection de la police judiciaire et de deux médecins, le procureur d’Agrigente, Luigi Patronaggio, a décidé que la situation difficile à bord obligeait à débarquer les rescapés dans les prochaines heures sur la petite île sicilienne. M. Patronaggio a également décidé de mettre préventivement sous séquestre le navire espagnol, dans le cadre d’une enquête ouverte contre X pour « séquestration de personnes, omission et refus d’actes officiels ». M. Salvini a affirmé, sur Facebook, que cette enquête le vise directement.

« Si quelqu’un pense me faire peur avec la énième plainte et demande de procès, il se trompe. Ce serait une blague d’être parvenu à convaincre l’Espagne d’envoyer un navire (pour récupérer les migrants) et maintenant d’œuvrer à les faire débarquer en Italie et faire juger le ministre de l’intérieur qui continue de défendre les frontières du pays », a-t-il ainsi écrit.

Lire aussi Imbroglio européen autour du sort des 107 migrants à bord de l’« Open-Arms »

« La situation est hors de contrôle »

Plus tôt dans la journée, Madrid avait annoncé l’envoi d’un navire militaire à Lampedusa pour récupérer les migrants à bord du navire. Le bateau qui devait partir en fin d’après-midi « naviguera pendant trois jours jusqu’à Lampedusa où il prendra en charge les personnes recueillies par l’Open-Arms » afin de les conduire jusqu’au port de Palma de Majorque, aux Baléares, avait fait savoir le gouvernement espagnol dans un communiqué. Joint par l’Agence France-Presse, le gouvernement espagnol n’était pas en mesure de dire s’il rebrousserait chemin après l’annonce de la justice italienne.

Un migrant est intercepté par les autorités italiennes après avoir sauté à la mer depuis le navire humanitaire « Open-Arms », mardi 20 août. 

« La situation est hors de contrôle », avait tweeté mardi l’ONG. Une quinzaine de migrants – dont certains sans gilets de sauvetage – se sont en effet jetés par-dessus bord pour tenter de rallier l’île italienne de Lampedusa à la nage. Selon une porte-parole de l’association, ils ont été « secourus » par les gardes-côtes italiens et « évacués vers Lampedusa ». Le bateau comptait 147 migrants à bord à son arrivée près de Lampedusa et un peu plus de 80 après l’évacuation vers Lampedusa des migrants ayant sauté à l’eau mardi et de plusieurs dizaines de mineurs ou de malades ces derniers jours.

L’ONG espagnole avait signalé dès lundi qu’un autre passager s’était jeté par-dessus bord, vidéo à l’appui. On y voit un bateau des gardes-côtes italiens lui barrer la route. « Jour 19 : une nuit de panique et un homme à la mer. La nuit a commencé par une évacuation médicale urgente et, ce matin, un homme a sauté à l’eau pour essayer d’atteindre la terre ferme (…). La situation est désespérée », avait tweeté Open Arms. L’homme en question, de nationalité syrienne, a finalement été recueilli par les autorités italiennes, a ensuite rapporté une porte-parole de l’ONG.

Lire aussi Malgré les obstacles, les ONG de secours résistent en Méditerranée

Madrid accuse Rome de violer le droit de la mer

Madrid avait proposé dimanche à l’équipage de gagner le port espagnol le plus proche pour y débarquer, mais l’ONG a jugé que le voyage mettrait « en danger l’intégrité et la sécurité des passagers secourus et de l’équipage ». Lundi, le gouvernement espagnol a en outre accusé les autorités italiennes de violer le droit de la mer en interdisant l’accostage du navire, malgré l’accord de répartition de ses passagers que Rome a conclu la semaine dernière avec les six pays européens précités. Mardi, la ministre de la défense espagnole, Margarita Robles, avait assuré que Madrid allait faire une nouvelle proposition « dans les heures qui viennent » pour résoudre cette « urgence humanitaire », sans donner plus de précisions.

Dans un entretien publié mardi par El Pais, le fondateur de Proactiva Open Arms, Oscar Camps, a demandé que les migrants puissent débarquer à Lampedusa avant d’être transférés par avion en Espagne. Le ministre des transports italien, Danilo Toninelli (Mouvement 5 étoiles), s’est montré pour sa part disposé à ce que les gardes-côtes italiens conduisent les migrants jusqu’en Espagne. Mais à condition que Madrid retire son pavillon à l’Open-Arms.

 

 


Ajouter un Commentaire


rencontre Karine Parrot 3 juin 2019 banniereKarine PARROT
«Carte blanche, l'État contre les étrangers»

Le 3 juin 2019 le Cercle des Voisins a invité Karine PARROT à l'occasion de la parution de son livre «Carte blanche, l'État contre les étrangers».
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA