En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Source : Amnesty International - 21/8/2019

Anni Lanz, 73 ans, a été reconnue coupable et condamnée à une amende de 800 francs suisses (735 euros) en première instance ...pour avoir aidé un demandeur d’asile afghan qui dormait dans le froid. Elle a fait appel de cette décision.

Anni Lanz n’a rien fait de mal et n’a commis aucun crime.

Un acte de compassion et de solidarité

Anni Lanz a été accusée d’avoir facilité l’entrée illégale en Suisse d’un demandeur d’asile afghan, qui dormait devant une gare en Italie par des températures glaciales.

Elle avait rencontré cet homme dans un centre pour étrangers en instance d’expulsion à Bâle, en Suisse. Il souffrait de graves problèmes psychologiques à la suite de la mort présumée de son épouse et de son enfant, et voulait à tout prix rester chez sa sœur en Suisse.

Malgré les rapports médicaux fournis aux autorités suisses recommandant qu’il soit autorisé à séjourner chez sa sœur, il avait été renvoyé en Italie.

Après avoir appris qu’il n’avait pas de place dans le centre d’accueil en Italie et dormait dans les rues par moins 10 degrés, Anni est allée le chercher et lui a fait traverser la frontière suisse à bord de sa voiture.

Une injustice

L’article 116 de la Loi fédérale sur les étrangers en Suisse criminalise le fait de faciliter l’entrée illégale, le séjour et la circulation dans le pays. Bien que la loi prévoit des sanctions différentes pour ceux qui le font pour le profit et ceux dont ce n’est pas le cas, nous estimons que la justice pénale ne devrait jamais servir à punir des actes de solidarité.

Anni Lanz travaille sur les droits des réfugiés depuis 1985 et est très connue en Suisse.

En allant apporter son aide à ce jeune homme traumatisé, elle a agi par compassion et n’a nullement commis d’acte criminel.

La traîner en justice sur la base de chefs d’accusation surréalistes ridiculise le système judiciaire.

Les efforts des personnes et des ONG qui aident les gens en quête de sécurité devraient être applaudis et soutenus, et non considérés comme des infractions.

 

 


Ajouter un Commentaire


rencontre Karine Parrot 3 juin 2019 banniereKarine PARROT
«Carte blanche, l'État contre les étrangers»

Le 3 juin 2019 le Cercle des Voisins a invité Karine PARROT à l'occasion de la parution de son livre «Carte blanche, l'État contre les étrangers».
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA