En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.


 

Prison pour étrangers de Vincennes. Jeudi 31 décembre 2009, 22h.

 

"il y a eu deux tentatives de suicides aujourd'hui. Une cet après-midi, un gars qui a des problèmes psy, il a avalé une vis. Il est allé à l'hôpital. Ils lui on donné des gouttes pour le calmer. Il est revenu au centre. L'autre, c'était il y a 1h30, un mineur. Il était dans sa chambre, il a tenté de se pendre avec une écharpe qu'il a accroché au détecteur de fumée. Heureusement, il y a un gars qui est passé devant à ce moment-là, il l'a vu et il l'a sauvé. Ensuite, il a appelé la police. Les flics, ils l'ont amené comme un chien, ils étaient à quatre sur lui. Ils ont même pas appelé les pompiers. On ne sait pas où ils l'ont amené, il est pas à l'infirmerie. Je l'ai vu passé vers le chalet des visites. Les flics disaient : "il fait le malin pour sortir". C'est n'importe quoi ! On a demandé à parler au responsable mais il y a rien qui se passe. De toutes façons, ici, ils nous traitent comme des chiens. Les flics sont racistes. On a aucun droit. On est entre leurs mains. Il faut faire quelque chose d'autre. Il faut alerter les médias. J'ai dit aux policiers : "dehors ils vont savoir qu'il y a eu deux tentatives de suicide". Hier, il y en avait déjà eu une, les pompiers ont amené le type à l'hôpital. A l'infirmerie ici, ils donnent n'importe quoi, des médicaments bizarres après les gens deviennent bizarres. Je ne sais pas si c'est un ordre. "

 

 

Il n'est plus possible d'ajouter des commentaires à cet article

rencontre Karine Parrot 3 juin 2019 banniereKarine PARROT
«Carte blanche, l'État contre les étrangers»

Le 3 juin 2019 le Cercle des Voisins a invité Karine PARROT à l'occasion de la parution de son livre «Carte blanche, l'État contre les étrangers».
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA