En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Source : Mediapart - Marc Evelyne Dumont - 24/12/2019

« On nettoie les écoles, on nettoie la Mairie. Sans papiers. Ça suffit ! » Voilà ce que chantait la quarantaine de personnes qui se sont réunies, une fois de plus, en soutien aux sans papiers, jeudi soir 19 décembre, devant la Mairie de Sèvres.

Une heure plus tard, débutait un conseil municipal pas comme les autres. Sous la protection de quatre cars de police, de deux  bonnes dizaines de policiers et des Renseignements Généraux... 

Plutôt que de recevoir les employés qui manifestaient, bon enfants, sous la pluie, durant trois heures, le conseil municipal de droite préfère causer au chaud de problèmes budgétaires interminables, tout en montant la sono afin de couvrir les slogans, les « ça suffit ! » Le tout sous la protection des forces de l’ordre - une première à Sèvres…

Placé en point 17, c’est à dire tard dans la soirée, une motion prévoyait de discuter d’un problème scandaleux. Le Maire Grégoire de la Roncière (LREM… mais chut, il ne veut pas trop que cela se dise !) découvrait il y a quelques semaines que la société privée chargée par ses services de s’occuper de l’entretien des bâtiments municipaux, employait des sans-papiers. La CPN, Compagnie Parisienne de Nettoyage emploie près de cent cinquante salariés. Son plus gros contrat est avec la ville de Sèvres, pour un contrat d’1,2 millions d’euros par an. Contrat qui remonte à plus de dix ans. Une particularité à Sèvres est que la CPN possède un local, un placard, dans les locaux de la Mairie où les ouvriers viennent chercher leur matériel pour travailler dans les étages ou dans les écoles alentour. Ce qui n’empêche pas les élus de droite de « déplorer les manifestations qui se tiennent sur son territoire alors même que le siège de CPN est à Gennevilliers. » Ainsi, c’est la Mairie qui délègue, paye et se lave les mains de ce qui se passe dans ses propres locaux.

Des représentants d’EELV, du PS, du PC et de LFI avaient rencontré, en novembre, une dizaine de ces hommes d’une dignité qui en remontrerait à beaucoup. Leurs témoignages ouvraient sur un monde de brutalité sociale, de mensonges et de mépris. 

Les conditions de travail parlent d’elles-mêmes : assurant des journées de 8h à 17h, parfois de 6 à 17, avec une demi heure pour déjeuner, ils reçoivent moins de 1.000 € par mois. C’est une gestion par la peur, qui leur refuse tout rendez-vous médical, toute possibilité de prendre un jour de congé ou des vacances, sous peine de licenciement. Ils viennent du Sénégal, de Mauritanie ou du Mali. Ils sont en France depuis un an et demi, trois ou cinq ans. 

Chaque employeur français est tenu d’employer des salariés dont les papiers sont en règle. La CPN, comme tant d’autres organismes, contourne la loi en faisant appel à des prête-noms, en règle. Cela permet officiellement de payer les cotisations légales. Et d’employer en sous-main des sans-papiers sous payés. Identité d’emprunt, faux papiers : la manoeuvre est bien connue des services fiscaux comme, désormais, de la Mairie. 

sp-2

Après avoir découvert l’affaire au moment de la première manifestation, le 5 octobre, dans le bulletin municipal de décembre, la majorité de droite écrivait : « Les contrôles que la Ville a effectués, conformément à la loi, sur l’entreprise n’ont pas révélé la présence d’employés étrangers sans autorisation de séjour valable. » Une belle pirouette pour se laver les mains. Car les papiers de séjour ont une durée très limitée et certains des ouvriers se trouvent bientôt sous la menace d’expulsion. En effet, lorsque les employés sèvriens ont demandé leur régularisation, encadrés par SUD PTT et la CGT, ils furent licenciés et se retrouvent donc au chômage, sans ressources. Sous la pression, l’entreprise CPN s’est engagé à régulariser individuellement ses ex-employés et à les réintégrer « dès qu’elles auront obtenu des papiers » Peut-on faire plus Tartuffe ?

Au moment de la suspension de séance, le Maire sous pression est descendu parler avec les manifestants et a finalement consenti à les recevoir le 27 décembre. Très tard dans la nuit, le point 17 a été amendé et adopté : quelques mots envoyés à la Préfecture des Hauts-de-Seine qui ne mangent pas de pain et n’engagent à rien. A la façon LREM.

Pourtant, une solution existe, elle est simple : que la Ville salarie directement - et donc légalement - ces ouvriers qui nettoient depuis des années les vitres et le bureau du Maire et qu’elle dénonce le mirobolant contrat avec CPN pour dissimulation et travail illégal. Elle y gagnerait financièrement - puisque c’est l’aune de toute réflexion de la municipalité actuelle. Elle y gagnerait surtout humainement, les employés pouvant alors faire valoir leurs droits légitimes et obtenir des papiers plus que mérités. 

Mais cela ne rentre pas dans les catégories, encore moins dans les priorités de la municipalité LREM-LR sortante ! 

Le lendemain avait lieu l’inauguration de l’Eglise de Sèvres rénovée à très grands frais : le budget initial de 2 millions d’euros a explosé… Joyeux Noël !

sp-3

 

Article du Monde du 5 octobre 2019 : https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/10/05/des-salaries-sans-papiers-investissent-la-mairie-de-sevres-pour-demander-leur-regularisation_6014385_3224.html

Article du Parisien du 30 octobre 2019 : http://www.leparisien.fr/hauts-de-seine-92/sevres-lueur-d-espoirs-pour-16-salaries-sans-papiers-30-10-2019-8183469.php

Communiqué de la Mairie de Sèvres du 31 octobre : https://www.sevres.fr/communique-2

Article du Parisien du 29 novembre 2019 : http://www.leparisien.fr/hauts-de-seine-92/sevres-les-sans-papiers-de-l-entreprise-de-nettoyage-ne-lachent-rien-29-11-2019-8205708.php

Compte rendu du Conseil Municipal du 19 décembre 2019 par Catherine Candelier (EELV - opposition municipale) :

https://sevres.eelv.fr/chroniques-du-conseil-municipal-du-19-decembre-2019/

 

 


Ajouter un Commentaire


rencontre Karine Parrot 3 juin 2019 banniereKarine PARROT
«Carte blanche, l'État contre les étrangers»

Le 3 juin 2019 le Cercle des Voisins a invité Karine PARROT à l'occasion de la parution de son livre «Carte blanche, l'État contre les étrangers».
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA