En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Source : La Depêche - Agathe David - 11/1/2020

Après une semaine de grève contre leur régime autonome de retraite, les avocats ont de nouveau manifesté leur mécontentement ce vendredi lors d’une audience devant la juge des libertés et de la détention. La veille, ils ont tapé très fort en paralysant littéralement un procès d'assises.

 

Cet après-midi, 13 avocats ont souhaité intervenir pour défendre 8 étrangers retenus au centre de rétention administrative qui étaient présentés devant la juge des libertés et de la détention (JLD). 13 avocats pour chaque retenu ce qui signifiait 104 plaidoiries ... avant que la juge ne les coupe dans leur élan. Dès la fin de la plaidoirie du premier avocat, la juge n’a pas souhaité en entendre plus et n’a pas donné la parole aux 12 autres. Elle s’est retirée en estimant être assez éclairée pour juger le dossier, et ce, sous la réprobation des avocats. 

Rassemblement lundi, à 11 heures, au palais de justice

À son retour dans la salle d’audience, de nombreux avocats s’étaient rassemblés pour « faire masse ». Accompagnée du Procureur de la République, la juge a repris place. « Vous tentez de nous faire taire! Vous pouvez faire le travail de la préfecture si vous le souhaitez » fustige Me Julien Brel qui sollicite que les étrangers soient libérés n’ayant pas bénéficié d’un temps suffisant pour consulter leurs dossiers (voir notre édition papier de vendredi). 

Pour chaque dossier, plusieurs avocats sont intervenus successivement en soulevant chacun un moyen de droit différent : seule solution trouvée pour ne pas être interrompus par la juge. Tour à tour, les avocats n’ont pas manqué de rappeler à la juridiction les motifs de leur contestation : « Ce n’est pas que pour aujourd’hui qu’on s’arrête, est-ce que demain on sera encore là pour défendre ces gens? Nous, la réponse on l’a : cela ne sera plus possible! ».

Après une semaine de grève, les avocats restent mobilisés et manifesteront dès ce lundi matin à 11 heures, sur les marches du palais de justice de Toulouse contre la réforme des retraites. 

 
Agathe David
 
 

rencontre Karine Parrot 3 juin 2019 banniereKarine PARROT
«Carte blanche, l'État contre les étrangers»

Le 3 juin 2019 le Cercle des Voisins a invité Karine PARROT à l'occasion de la parution de son livre «Carte blanche, l'État contre les étrangers».
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA