En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Fermez les Centres de Rétention !

Face à la crise sanitaire, l’enfermement administratif des personnes étrangères doit immédiatement cesser

Les Cercle des Voisins du Centre de Rétention de Cornebarrieu a lancé cette pétition adressée à Emmanuel Macron (Président de la République française.)

 

Lire la lettre au Président      Signer la pétition

 

Source : Migreurop - 2/4/2020

Les hotspots grecs dans lesquels sont entassé·e·s les exilé·e·s sans protection de leurs droits ou de la pandémie exemplifient la précarisation de leurs trajectoires par les politiques sécuritaires des États. Migreurop dénonce les violences infligées aux exilé·e·s exercées au nom de la « guerre contre le virus », l’inégalité de traitement à leur égard face à la pandémie, et demande la fermeture immédiate de tous les espaces de détention pour garantir leur droit à être protégé·e·s.

Migreurop publie aujourd’hui une vidéo dénonçant l’existence et le fonctionnement des hotspots, ces espaces de tri des personnes migrantes déployés par l’Union européenne (UE) en Italie et en Grèce en 2016. Dans ce dernier pays, ni les relocalisations vers les États membres1 ni les renvois vers la Turquie en vertu d'un « troc indigne » 2 ne se sont matérialisés à la hauteur des engagements et sont aujourd’hui bloqués. Les hotspots ont ainsi été de facto transformés en prisons à ciel ouvert. Plus de 42 000 personnes migrantes sont actuellement parquées dans 5 hotspots grecs, dont la capacité est de 6 000 places. Celui de Moria, sur l’île de Lesbos, en contient à lui seul 20 000 (pour 2 800 places). A l’intolérable surpopulation, au manque d’infrastructures sanitaires (eau potable, douches, toilettes) et de nourriture, à l’hébergement sous tentes qui se solde chaque année par des morts par hypothermie, aux incendies à répétition, s’ajoute aujourd’hui le Covid-19. Face à cette pandémie, les États demandent à leurs citoyen·ne·s de prendre des mesures pour se protéger, notamment à travers l’auto-confinement, mais les personnes migrantes n’ont pas ce privilège. Le 22 mars 2020, les autorités grecques ont annoncé le confinement forcé des exilé·e·s dans les camps sur le territoire grec, dont les hotspots3 . Leur surpopulation rend la prévention de la propagation du virus pratiquement impossible, malgré les efforts des exilé·e·s qui s'auto-organisent4 . Ces mesures les exposent sciemment à un risque grave et imminent de contamination5 . La situation dans les camps grecs est emblématique de l’amplification de la violence liée au contrôle des migrant·e·s sous les effets du virus et des politiques sécuritaires visant à contenir sa propagation. Alors que dans ce but les États européens ont limité les mouvements de population tant à l’intérieur que vers l'extérieur de l’UE, ils amalgament la « guerre contre le virus » avec la guerre contre les migrant·e·s illégalisé·e·s qu’ils mènent depuis des années6 . Le durcissement des politiques de fermeture et la suspension des procédures d’asile dans plusieurs pays européens exacerbent encore la précarisation des trajectoires des personnes migrantes, alors que les raisons qui les poussent à fuir la violence sous toutes ses formes pour chercher protection ne sont pas moins impératives.

En tentant de traverser la Méditerranée, les exilé·e·s ne peuvent compter sur la présence d’aucun secours puisque les ONG de sauvetage en mer ont été contraintes de cesser leurs activités après la fermeture des ports italiens et les risques liés au virus7 . Les refoulements sous-traités aux garde-côtes libyens continuent de plus belle, tout comme ceux exécutés par les autorités grecques ou chypriotes8 . Les actes de violence à l’égard des exilé·e·s se multiplient également tout au long de la route des Balkans9 et celles et ceux-ci font face à des conditions de précarité extrêmes amplifiées par le virus. Les violences aux frontières sont exacerbées également à l’intérieur du territoire de l’UE : les autorités françaises par exemple continuent de refouler vers l'Italie, alors que ce pays est actuellement l'un des épicentres de la pandémie. La fermeture des frontières devient la règle, même pour les populations les plus vulnérables, ce alors même que les expert·e·s remettent en question l’efficacité de ces mesures pour empêcher la propagation du Covid-19,10 et que des réponses alternatives existent. Le HCR a ainsi appelé les États à ne pas fermer les routes vers l'asile, mais à adopter des « tests de dépistage » lors du passage des frontières11 . A l’heure de la pandémie, la logique du « chacun chez soi » domine12 . Or les politiques de confinement ne peuvent suspendre le droit de fuite saisit par les exilé·e·s face à la violence sous toutes ses formes13 . Nous dénonçons les violences et les dénis des droits à l’égard des migrant·e·s exercés au nom de la « guerre contre le virus », ainsi que leur inégalité de traitement face à la pandémie. Nous saluons l’initiative du Portugal de régulariser les personnes migrantes pour garantir leurs accès aux soins, et demandons l’extension de cette mesure à travers l’Europe et qu'elle soit rendue permanente14 . Migreurop dénonce depuis sa création la politique d’enfermement des exilé·e·s dans les camps formels et informels et se joint aujourd’hui aux appels demandant la fermeture immédiate des camps grecs surpeuplés15 , ainsi que de tout autre espace de détention de personnes migrantes en Europe et aux frontières de celle-ci. Cette fermeture immédiate et le relogement des exilé·e·s dans des lieux où ils/elles puissent vivre dignement, y compris dans d'autres pays européens si nécessaire, sont les conditions pour qu’ils/elles puissent exercer leurs droits fondamentaux, dont le droit à être protégé·e·s du virus16 .

1 http://www.aedh.eu/fin-relocalisations-bilan/

2 http://www.migreurop.org/article2968.html

3 https://legalcentrelesvos.org/2020/03/24/greece-move-asylum-seekers-migrants-to-safety-immediate-hotspot-decongestion-needed-toaddress-covid-19/

4 https://standbymelesvos.gr/2020/creation-of-corona-awareness-team-in-moria-camp/

5 https://www.msf.org.uk/article/covid-19-evacuation-squalid-greek-camps-more-urgent-ever-light-coronavirus-pandemic

6 https://www.opendemocracy.net/en/can-europe-make-it/what-happens-freedom-movement-duringpandemic/?fbclid=IwAR2MYSd4eIzvcUlGf1i_7Vuj-tYfXDe9JTVuOMSArbxxmAhWomszsO1p5ec2 avril 2020

7 https://www.repubblica.it/cronaca/2020/03/18/news/coronavirus_le_ong_fermano_le_missioni_di_salvataggio_in_mare_migranti_senza _piu_soccorsi-251590974/

8 https://kisa.org.cy/21st-march-international-day-against-racism-2/

9 https://www.courrierdesbalkans.fr/Refugies-la-haine-se-reveille-tout-au-long-de-la-route-des-Balkans

10 https://www.courrierinternational.com/article/vu-ditalie-malgre-le-coronavirus-la-france-continue-de-refouler-les-migrantsvintimille?fbclid=IwAR0MRzOKeptooa3tLDfJAGge4lZJdjhCkQ1gvnGG6myq9NkHl8rrUJLaC8Y ;

11 https://www.heidi.news/articles/rony-brauman-le-coronavirus-rappelle-que-sans-etat-les-plus-vulnerables-sont-ecrases

12 https://blogs.mediapart.fr/nicanor/blog/150320/coronavirus-ferme-les-frontieres

13 https://www.opendemocracy.net/en/can-europe-make-it/what-happens-freedom-movement-duringpandemic/?fbclid=IwAR2MYSd4eIzvcUlGf1i_7Vuj-tYfXDe9JTVuOMSArbxxmAhWomszsO1p5ec

14 https://news-24.fr/le-portugal-traitera-les-migrants-comme-des-residents-pendant-la-crise-des-coronavirus-2/

15 https://www.msf.org.uk/article/covid-19-evacuation-squalid-greek-camps-more-urgent-ever-light-coronavirus-pandemic;

https://www.mediapart.fr/journal/fil-dactualites/230320/coronavirus-des-eurodeputes-appellent-evacuer-les-migrants-les-plusvulnerables-des-camps-grecs?onglet=full;

https://legalcentrelesvos.org/2020/03/25/protect-the-most-vulnerable-to-ensure-protection-foreveryone-restore-legality-to-protect-refugees-and-the-society-at-large-amidst-the-pandemic/

16 https://www.liberation.fr/debats/2020/03/18/l-inegalite-des-vies-en-temps-d-epidemie_1782169?fbclid=IwAR3WMovh7- DNptjNNb6qhWiR0n-w75PEy5DSFsmIXSN0B3qCdcIf5DYMyrY

 


Plus jamais ca signons pour le jour dapres[Pétition] Plus jamais ça, signons pour le jour d’après

À la suite de la tribune « Plus jamais ça, préparons le jour d’après », seize organisations lancent une pétition nationale pour défendre des mesures urgentes et de plus long terme, porteuses de profonds changements politiques.

petition2 Macron
«La santé est un droit universel. Signez pour que tout le monde puisse se protéger et être soigné du Coronavirus.»

M. Macron, votre gouvernement doit être la première barrière au coronavirus

Archive

Powered by mod LCA