En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Solidarite avec Mimmo Lucano

Source : Amnesty International - 20/5/2020

Depuis quelques années, les personnes ou organisations qui défendent les droits des migrants ou réfugiés subissent de plus en plus de pressions. Le phénomène est généralisé au sein de l’Union européenne, mais la France est particulièrement touchée.

Alors que les Etats devraient encourager et soutenir les initiatives de solidarité palliant leurs manquements, celles-ci sont aujourd'hui criminalisées. Les personnes apportant une aide aux migrants et réfugiés cherchent juste à sauver des vies et agissent de manière pacifique et désintéressée. Ce sont donc des défenseurs des droits humains qui ont droit à une protection spécifique et non pas à un harcèlement systématique.

Le droit international est par ailleurs très clair : aider des personnes réfugiées et migrantes n’est pas une infraction et aucune poursuite pénale ne devrait avoir lieu. Mais, depuis quelques années, nous faisons le constat inverse. En France, de Calais à la frontière avec l'Italie, ou encore en mer Méditerranée, les défenseurs des droits des migrants sont de plus en plus stigmatisés, attaqués, entravés dans leur action.

En savoir plus : Trois questions sur le « délit de solidarité »

Voir la carte-diaporama ci-dessous en pleine page.

Carte Amnesy International

Nos demandes

Nous demandons aux autorités françaises qu'elles mettent un terme définitif au « délit de solidarité », en modifiant le droit français pour le rendre conforme au Protocole de Palerme, qui exclut toute poursuite ou sanction à l’encontre des personnes qui apportent une aide désintéressée aux personnes exilées. Il est urgent également de mettre fin à toutes les entraves au travail des défenseurs et associations présents à Calais et ailleurs et d’œuvrer pour que toutes les allégations de violence ou d’abus, y compris de la part des forces de l’ordre, fassent l’objet d’enquêtes et que, le cas échéant, leurs auteurs soient traduits en justice. Enfin, les autorités françaises doivent reconnaître publiquement l’importance du rôle des associations qui travaillent en Méditerranée, à la frontière franco-italienne, ou encore à Calais pour sauver des vies et protéger les droits humains.

Au-delà, notre campagne vise à dénoncer la criminalisation de la solidarité et à rappeler aux États qu’ils doivent veiller à ce que les lois pénales, civiles et administratives ne soient pas dévoyées pour cibler et harceler les défenseurs des droits des migrants, demandeurs d'asile et réfugiés.

C’est tout simplement illégal au regard du droit international.

Les États doivent au contraire encourager la solidarité et la fraternité et protéger ceux qui défendent les droits des autres.

 

 

Plus jamais ca signons pour le jour dapres[Pétition] Plus jamais ça, signons pour le jour d’après

À la suite de la tribune « Plus jamais ça, préparons le jour d’après », seize organisations lancent une pétition nationale pour défendre des mesures urgentes et de plus long terme, porteuses de profonds changements politiques.

affichea3 acte4 03Acte 4 des Sans-Papiers : Liberté, Egalité, Papiers !

Le pouvoir fait partie du problème des crises de ce pays et les amplifie, semant la misère, le désespoir, le racisme et la haine là où il faut plus de solidarité, de liberté et d’égalité. Lors de la Marche nationale des Sans-Papiers nous avons montré que nous étions la solution.

Appel à l'Acte 4 et à des manifestations sur tout le territoire le 18 décembre

Régularisation des Sans-Papiers, Fermeture des CRA, Logement pour touTE

Archive

Powered by mod LCA