En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Solidarite avec Mimmo Lucano

Source : Le courrier de l'Atlas - Seif Soudani - 20/6/2020

Ebruitée par des médias italiens locaux vendredi 19 juin, la scène de « cruauté ordinaire » se serait déroulée dans un centre de détention de migrants, non loin des côtes sud-ouest de la Sicile.

Une enquête a été ouverte par le procureur auprès du tribunal d’Agrigente suite à la diffusion d’une vidéo d’une durée d’environ une minute sur les réseaux sociaux. On peut y voir un groupe d’au moins cinq policiers affectés au centre de détention de cette ville de l’île italienne. Visiblement plus âgé et plus gradé, leur chef y fait preuve de violences gratuites et mises en scène.

Une volonté délibérée d’humilier

 

Vidéo contenant des actes de cruauté et de violences, âmes sensibles s’abstenir
 

A plusieurs reprises, il va frapper des migrants de nationalité tunisienne. Au moins l’un d’entre eux serait un mineur d’après plusieurs sources concordantes. Il les oblige ensuite à se gifler mutuellement, jusqu’à ce que l’un d’eux s’écroule de douleur.

Les faits sont récents selon les analystes puisqu’on y voit les policiers porter des modèles de masques apparus avec la pandémie de Covid-19.

>> Lire aussi : Tunisie. Naufrage au large de Kerkennah : 34 corps repêchés

Vraisemblablement filmée par l’un des migrants détenus, on peut entendre distinctement l’officier de police s’adresser à l’un des jeunes Tunisiens en italien en ces termes : « Vous devez respecter la loi ! Maintenant tu dois gifler ton ami. Sois un homme ! ». « Frappe-le plus fort que ça ! » lui lance-t-il, lorsque la gifle n’est pas suffisamment brutale, estime le policier irrité.

Celui-ci gifle alors le même jeune en s’agaçant : « C’est comme ça qu’il faut le frapper ! », pendant que le reste du groupe de détenus font mine d’en rire. Silence complice de la part des autres policiers, qui assistent à la scène sans sourciller.

Certaines ONG anti racistes ont d’ores et déjà condamné ces exactions. Elles considèrent que le policier a « sciemment et méthodiquement humilié les jeunes Tunisiens », soulignant qu’il s’agit là d’un acte aggravé par le statut de mineur de la victime. Elles ont appelé à engager des mesures disciplinaires pour violences et abus de pouvoir. De son côté le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES) a fermement dénoncé « une atteinte de plus à la dignité des migrants tunisiens ». Le forum propose son aide pour toute action en justice auprès des instances européennes des droits de l’Homme.

D’après des médias italiens dont Il Fatto nisseno, les migrants Tunisiens entrés récemment sur le sol Italien, auraient tenté de fuir le centre de détention où ils ont été placés en quarantaine. Ils furent aussitôt capturés par l’unité qui patrouillait à proximité.

 

 

Plus jamais ca signons pour le jour dapres[Pétition] Plus jamais ça, signons pour le jour d’après

À la suite de la tribune « Plus jamais ça, préparons le jour d’après », seize organisations lancent une pétition nationale pour défendre des mesures urgentes et de plus long terme, porteuses de profonds changements politiques.

affichea3 acte4 03Acte 4 des Sans-Papiers : Liberté, Egalité, Papiers !

Le pouvoir fait partie du problème des crises de ce pays et les amplifie, semant la misère, le désespoir, le racisme et la haine là où il faut plus de solidarité, de liberté et d’égalité. Lors de la Marche nationale des Sans-Papiers nous avons montré que nous étions la solution.

Appel à l'Acte 4 et à des manifestations sur tout le territoire le 18 décembre

Régularisation des Sans-Papiers, Fermeture des CRA, Logement pour touTE

Archive

Powered by mod LCA