En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Fermez les Centres de Rétention !

Face à la crise sanitaire, l’enfermement administratif des personnes étrangères doit immédiatement cesser

Les Cercle des Voisins du Centre de Rétention de Cornebarrieu a lancé cette pétition adressée à Emmanuel Macron (Président de la République française.)

 

Lire la lettre au Président      Signer la pétition

 

Source : La Croix - Anne Le Nir - 23/6/2020

La crise économique liée à la pandémie est la première source d’inquiétude des Italiens, détrônant le sujet de l’immigration. Mais les flux migratoires ont repris et le gouvernement veut assouplir des dispositions très restrictives décidées par Matteo Salvini quand il était ministre de l’intérieur.

Il y a un an, l’immigration était placée par 44 % des Italiens en tête de leurs préoccupations. Mais depuis février, c’est la pandémie du Covid-19 qui accapare l’attention, avec le douloureux bilan de 34 500 morts. Selon l’institut Demos, seuls 9 % des Italiens considèrent la question des migrants comme une priorité.

Toutefois, la donne pourrait changer. L’été arrive et, d’après les services de renseignement italiens, « 20 000 personnes sont prêtes à quitter les côtes libyennes » pour rejoindre l’île de Lampedusa. Par ailleurs, les arrivées en provenance de Tunisie ne se sont jamais interrompues. Entre le 1er janvier et le 20 juin, le ministère de l’intérieur a enregistré le débarquement de 5 832 migrants, la plupart originaires du Bangladesh, de Tunisie et de Côte d’Ivoire, contre 2 242 à la même période en 2019.

Vers une modification des « décrets sécurité »

Actuellement, deux navires humanitaires sont en mer. Le Sea-Watch 3, battant pavillon allemand, a récupéré 211 migrants et signalé plusieurs embarcations en difficulté. Le Mare Jonio, de l’ONG Mediterranea, en a secouru soixante-dix. Battant pavillon italien, il a reçu l’autorisation des garde-côtes de les débarquer dans le port de Pozzallo, en Sicile. Un troisième bateau, l’Ocean Viking de SOS Méditerranée, a repris ses opérations lundi 22 juin.

Dans ce contexte, le gouvernement se penche sur la modification des « décrets sécurité » de 2018 et 2019 pris par Matteo Salvini, le leader de la Ligue, alors ministre de l’intérieur et farouchement hostile à l’immigration. Ils prévoient la fermeture des ports aux bateaux des ONG, des amendes – jusqu’à un million d’euros – aux armateurs ou propriétaires de bateaux secourant des migrants et la saisie des navires. En outre, le système de protection des demandeurs d’asile et des réfugiés a été supprimé. Lors de leur signature, le chef de l’État, Sergio Mattarella, avait émis de fortes réserves.

La droite et l’extrême droite fulmine

Au stade actuel des négociations, le chemin s’annonce épineux entre la ministre de l’intérieur, Luciana Lamorgese, attentive au sort des réfugiés, et les représentants des partis au pouvoir, le Parti démocrate et le Mouvement 5 étoiles (M5S). Le premier demande un nouveau « décret immigration ». Le second propose une simple correction : la réduction des amendes pour les ONG et l’annulation de la saisie de leurs bateaux.

L’opposition de droite et d’extrême droite fulmine par ailleurs contre une opération de régularisation massive de sans-papiers, travailleurs agricoles ou à domicile, lancée le 5 juin et devant s’achever le 15 août (lire ci-dessous). Selon un sondage de l’institut Ixè publié le 17 juin, la Ligue garde une forte assise en Italie, avec 24,3 % des intentions de vote, devant le Parti démocrate (22 %) et le M5S (16 %).

Une régularisation temporaire visant 220 000 personnes

Le gouvernement italien a lancé début juin une procédure de régularisation temporaire de clandestins valable jusqu’au 15 août. La population ciblée est estimée à 220 000 personnes.

Le but est de lutter contre des pratiques illégales d’exploitation de la main-d’œuvre et d’assurer une couverture santé, dans le contexte de la pandémie de Covid-19. Il s’agit aussi de compenser l’absence de centaines de milliers de travailleurs étrangers saisonniers, qui n’ont pu venir en raison de la pandémie.

En deux semaines, 32 000 demandes de régularisation ont été enregistrées, 90 % provenant du secteur de l’aide à la personne, et notamment des « badante », des auxiliaires de vie, souvent originaires des pays de l’Est, qui aident les personnes âgées à domicile.

Les employeurs doivent déposer une demande en payant une contribution forfaitaire de 500 €, tandis que les étrangers dont le titre de séjour est arrivé à échéance peuvent demander un titre temporaire.

 

 

 


Plus jamais ca signons pour le jour dapres[Pétition] Plus jamais ça, signons pour le jour d’après

À la suite de la tribune « Plus jamais ça, préparons le jour d’après », seize organisations lancent une pétition nationale pour défendre des mesures urgentes et de plus long terme, porteuses de profonds changements politiques.

Collectif 20 juin

Journée mondiale des réfugiés 20 juin 2020 " contre les murs "

Journée mondiale des réfugiés 20 juin 2020 " la traversée du désert "

Depuis 4 ans, chaque année à Toulouse le "collectif 20 juin Toulouse" organise la Journée Mondiale des Réfugié·e·s.
Du fait de l’épidémie de COVID-19 et des restrictions sanitaires, le collectif a dû annuler, à contre cœur, les deux belles journées événements qu'il avait préparées pour cette édition 2020...
Il était malgré tout important pour nous de faire quelque chose. C'est pourquoi nous avons décidé de vous faire vivre ce temps dédié aux réfugié·e·s de façon virtuelle !

Archive

Powered by mod LCA