En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

La Dépêche | 11/09/2010 | Sébastien Barrère


Ali et ses parents à leur arrivée au tribunal administratif de Toulouse./ Photo DDM, T. B.
Ali et ses parents à leur arrivée au tribunal administratif de Toulouse./ Photo DDM, T. B.
Ali et ses parents à leur arrivée au tribunal administratif de Toulouse./ Photo DDM, T. B.

Hier, le juge du tribunal administratif a ordonné la reconduction à la frontière d'une famille d'origine algérienne, sans-papiers. Leur fils Ali, âgé de 3 ans et demi, venait d'entamer sa scolarité à l'école Jules-Julien à Toulouse. Un argument qui n'a, semble-t-il, pas ému le tribunal.

Ali est reparti du tribunal administratif escorté par trois policiers. Une scène ordinaire dans un palais de justice. Sauf qu'Ali a 3 ans et demi. Hier, le juge a signifié à ses parents, Aziz et Amira, en situation illégale sur le territoire français car sans-papiers, leur reconduction à la frontière. À l'annonce de la sentence, Ali, encore insouciant, gardait le sourire. Ses parents, les yeux rougis par la déception, restaient dignes.

Lundi, les forces de l'ordre ont fait irruption dans l'appartement familial et arrêté ses occupants. Une opération policière menée à bien « grâce » à une dénonciation anonyme. « Ces méthodes me rappellent les heures les plus sombres de notre pays », peste Nicole, membre du Réseau éducation sans frontière (RESF). Placés au centre de rétention de Cornebarrieu, Amira, Aziz et Ali s'apprêtent donc à être expulsés vers l'Algérie, leur pays d'origine. « Je suis effondré, lâche Amine, frère d'Amira. Ce sont des personnes discrètes, qui souhaitaient, en venant en France, offrir des conditions de vie meilleures à leur fils. » L'avocat des parents, Me Julien Brel, ne comprend pas cette décision : « Ces gens sont parfaitement intégrés. Ils louent un appartement, Aziz possède une promesse d'embauche, Ali était scolarisé… Cette décision répond à la politique du chiffre imposée par le gouvernement. »

Quatre jours avant d'être conduit au centre de rétention, Ali avait intégré les bancs de l'école maternelle Jules-Julien, à Toulouse. Une scolarité qu'il poursuivra, contre son gré, de l'autre côté de la Méditerranée.

 

 

Il n'est plus possible d'ajouter des commentaires à cet article

Formation CESEDA

Le Cercle des voisins a proposé deux sessions de formation sur la nouvelle loi CESEDA animées par Maître Benjamin Francos (ADE) les samedi 19 novembre et 10 décembre 2016.
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA