En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Solidarite avec Mimmo Lucano

Source : Le Monde - 29/07/2020

L’opération d’évacuation des migrants, orientés vers différents centres d’hébergement et gymnases d’Ile-de-France, s’est terminée mercredi, peu après 11 heures.

Les forces de l’ordre ont évacué, mercredi 29 juillet au matin, le vaste campement de migrants situé au bord du canal de Saint-Denis à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) où plus de 1 500 personnes s’étaient progressivement installées ces dernières semaines, a constaté une journaliste de l’Agence France-Presse (AFP).

L’opération d’évacuation des migrants, qui doivent être orientés vers différents centres d’hébergement et gymnases d’Ile-de-France, a débuté peu après 6 heures, pour se terminer vers 11 heures, selon l’AFP. Le campement de fortune, où plus de 800 tentes étaient installées, est majoritairement constitué d’hommes seuls, originaires de la Corne de l’Afrique ou d’Afghanistan. Beaucoup sont auparavant passés par d’autres campements à Paris, successivement démantelés, mais qui se recréent un peu plus loin, en banlieue nord. La préfecture notamment a invoqué le risque sanitaire pour justifier l’évacuation.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Je ne sais pas dans quel pays aller » : à Aubervilliers, plus d’un millier de personnes migrantes dorment à la rue
Les campements se recréent en banlieue nord

« Cette opération est la suite logique de toutes celles que nous avons conduites déjà depuis plusieurs mois », a déclaré à la presse Didier Lallement, le préfet de police de Paris, présent. « Je souhaitais évacuer les campements qui étaient en périphérie de Paris et faire en sorte que sur l’ensemble du secteur de la police de Paris et des trois départements limitrophes, [les migrants] ne se regroupent pas dans des camps », a-t-il ajouté.

Les forces de l’ordre évacuent le campement de migrants à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), le 29 juillet.

Les forces de l’ordre évacuent le campement de migrants à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), le 29 juillet.

CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

Au bord du canal de Saint-Denis, de nombreuses personnes attendaient d’être prises en charge, a constaté une journaliste de l’Agence France-Presse (AFP). La confusion a régné en début de matinée, provoquant des mouvements de foule et obligeant la police à filtrer les sorties du campement. « Les gens sont épuisés, pour certains c’est la dixième évacuation, ils savent qu’ils vont se retrouver dans des gymnases et la moitié va se retrouver dès ce soir à la rue », regrette auprès de l’AFP Silvana Gaeta, du collectif Solidarité Migrants Wilson.

« Ils poussent les migrants hors de Paris et, surtout, hors de la vue des gens, bien cachés, comme cela les gens pensent que tout se passe bien et que les migrants sont bien hébergés et bien pris en charge. Ce qui est faux », affirme la bénévole, qui effectuait des distributions de repas sur le campement.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Comment les opérations d’évacuation poussent les migrants aux portes de Paris
« Sentiment de déjà-vu »

Pour Alalisad, l’évacuation « est incompréhensible ». Ce Somalien de 32 ans en est à sa cinquième expulsion, en cinq années en France. « Je ne comprends pas, ils viennent nous chercher, nous mettent dans des hôtels pendant trois mois et puis après on revient dans la rue. Je ne comprends pas pourquoi le gouvernement français gaspille autant d’argent en nous mettant dans des hôtels au lieu de nous donner un hébergement sur le long terme », a déclaré Alalisad, qui ne porte pour bagage qu’un sac à dos, à l’Agence France-Presse.

Les associations d’aide aux migrants vivent cette évacuation comme « un sentiment de déjà-vu. Il y a de l’usure, du désespoir, presque cinq ans que cette situation dure. Ce film, on l’a déjà vu. L’Etat est incapable d’accueillir dignement », a aussi dénoncé Louis Barda, coordinateur général de Médecins du monde à Paris.

La nouvelle maire d’Aubervilliers, Karine Franclet (UDI), qui avait écrit au préfet de Seine-Saint-Denis pour réclamer l’évacuation du campement, s’est dit satisfaite de son démantèlement, tout en concédant que « la solution n’est pas pérenne. C’est une problématique qu’il faut régler à l’échelle nationale, mais là il y avait une urgence sanitaire à laquelle il fallait répondre », a-t-elle déclaré à l’AFP.

Après avoir longuement hésité, Ismaël Fatah s’est résolu à laisser sa tente au bord du canal et attend patiemment d’embarquer dans un bus. « C’est la quatrième fois que je suis dans un camp, la vie est difficile en France, je ne m’attendais pas à cet accueil. Mon pays est en guerre, je n’ai pas le choix d’être là », explique ce jeune père de famille de 29 ans, originaire du Soudan et dont le fils est né en France.

 

 

 

Plus jamais ca signons pour le jour dapres[Pétition] Plus jamais ça, signons pour le jour d’après

À la suite de la tribune « Plus jamais ça, préparons le jour d’après », seize organisations lancent une pétition nationale pour défendre des mesures urgentes et de plus long terme, porteuses de profonds changements politiques.

affichea3 acte4 03Acte 4 des Sans-Papiers : Liberté, Egalité, Papiers !

Le pouvoir fait partie du problème des crises de ce pays et les amplifie, semant la misère, le désespoir, le racisme et la haine là où il faut plus de solidarité, de liberté et d’égalité. Lors de la Marche nationale des Sans-Papiers nous avons montré que nous étions la solution.

Appel à l'Acte 4 et à des manifestations sur tout le territoire le 18 décembre

Régularisation des Sans-Papiers, Fermeture des CRA, Logement pour touTE

Archive

Powered by mod LCA