En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

La Dépêche | 11-11-2010

 

Yasmina montrant ses lettres de soutien.
Yasmina montrant ses lettres de soutien.
Yasmina montrant ses lettres de soutien.

Elle s'appelle Yasmina et, à 20 ans, sa vie vient de basculer dans la clandestinité. Née en Algérie le 11 juin 1990, elle entre à 16 ans régulièrement en France avec un Visa C Schengen valide 3 mois renouvelables. Elle est scolarisée dès son arrivée dans l'hexagone et réside depuis lors chez sa sœur - de nationalité française, propriétaire de son logement et disposant de ressources suffisantes pour sa prise en charge. Sa grande sœur lui propose par la suite de l'adopter, afin de simplifier sa vie ici : Elles passeront tout d'abord par la procédure de la Kafala, qui aboutit dans les tribunaux Algériens en février 2007.
Cette procédure, une forme d'adoption simple en Algérie, est confirmée par un exécuteur quelque mois plus tard des tribunaux Français. Depuis, cette élève assidue obtient un Bac STL, et étudie en 1re année de BTS Génie Optique option photonique - il existerait uniquement 4 établissements de ce type. Elle a été élue déléguée de sa classe et « donne entière satisfaction » à ses professeurs. Et pourtant… Fin 2007, une demande de documents de circulation pour Yasmina, exprimée par ses parents adoptifs, leur est refusée. Surtout l'arrêt précise qu'elle pourrait « poursuivre sa vie dans son pays d'origine »[…] « où existent des structures lui permettant de poursuivre ses études ».
Elle avait alors un mois pour quitter le territoire, mais Yasmina et ses parents usent de tous les recours à leur disposition. Jusqu'en août dernier, lorsque, en ultime ressort, elle finit par solliciter une aide juridictionnelle auprès du conseil d'État. Mais des policiers viennent la chercher à son domicile début novembre…
Désormais clandestine, cette jeune femme de 20 ans, nous a confié sa peur du lendemain, sa détresse de vivre désormais cachée, incertaine de son avenir. L'affaire suscite beaucoup d'émoi. Les professeurs et les étudiants de son lycée, Deodat-de-Severac, avaient lancé ce lundi une pétition contre l'expulsion de Yasmina. Elle a déjà remporté plus 3 000 signatures.


 

Il n'est plus possible d'ajouter des commentaires à cet article

Formation CESEDA

Le Cercle des voisins a proposé deux sessions de formation sur la nouvelle loi CESEDA animées par Maître Benjamin Francos (ADE) les samedi 19 novembre et 10 décembre.
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA