En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

La Dépêche |  20/11/2010 08:01 

Yasmina à la sortie du lycée Déodat-de-Séverac./DDM Xavier de Fenoyl
Yasmina à la sortie du lycée Déodat-de-Séverac./DDM Xavier de Fenoyl
 
Yasmina à la sortie du lycée Déodat-de-Séverac./DDM Xavier de Fenoyl

C'est le soulagement pour Yasmina, cette élève en BTS au lycée Déodat-de-Séverac qui était sous le coup d'une procédure d'expulsion : la préfecture a décidé d'un sursis jusqu'à l'été prochain.

Elle ne sera désormais plus obligée de se cacher. Après l'annonce du sursis que lui a octroyé la préfecture, Yasmina peut enfin recommencer à se concentrer sur ses études. Entretien.

Qu'est-ce que vous ressentez après ce revirement de la préfecture ?

Je suis très heureuse et soulagée. Vivre cachée, c'était comme être en prison : on bouge pas, on ne voit plus ni famille ni amis, on ne sort plus, on a peur du lendemain. Tout ce qu'on fait tous les jours le plus naturellement du monde t'est enlevé. Je remercie beaucoup tous ceux qui m'ont soutenue ; c'est grâce à une forte mobilisation que je peux enfin aborder sereinement la fin de mon année de BTS. Le premier contact que j'ai eu, c'était avec une ancienne prof qui m'a mise en relation avec d'autres enseignants comme Jean-Pierre Bataille. Ils ont organisé une pétition qui a rassemblé plus de 7 500 signatures !

Que va-t-il se passer à la fin de l'année ?

C'est la contrepartie; je vais devoir retourner en Algérie pour formuler une nouvelle demande d'entrée sur le territoire ; pour cela, je vais me rendre à la préfecture la semaine prochaine afin de mettre en place les modalités de ma demande de visa une fois que j'y serais. La préfecture s'est engagée à me fournir un soutien et une aide technique pour que je puisse revenir dès septembre 2011 en France, date de la reprise des cours.

Quels sont maintenant vos projets ?

Je ne compte pas m'arrêter au BTS : je voudrais aller plus loin, par exemple faire une licence professionnelle afin d'être mieux valorisée sur le marché de l'emploi. Ma spécialité, la photonique, qui à trait au laser, pourrait m'amener plus tard à apporter une expertise dans le secteur, en plein essor, de la fibre optique. Je suis en ce moment même à la recherche d'un stage de deux mois que je compte mener à la fin de l'année scolaire dans les télécommunications - car ils utilisent de la fibre optique - ou dans la recherche, au CNRS.

Comment se passe le retour à la normale ?

Je peux enfin souffler, et retrouver les bancs du Lycée Déodat-de-Séverac où je suis heureuse de pouvoir retrouver mes professeurs.

Youssef, son père adoptif, ajoute : « si on a choisi de l'adopter, c'est surtout pour qu'elle puisse poursuivre ses études dans de bonnes conditions. L'environnement social et matériel dans lequel nous vivons est solide ». Et Yasmina de conclure avec un grand sourire : « on l'a pas fait pour le moment mais on va bien fêter ça ! ».

« Les soutiens étaient à la fois inattendus, efficaces et très avenants. C'est parce qu'elle le mérite. »

Youssef Abdi, entrepreneur, père adoptif de Yasmina

 

 

Imprimer

Il n'est plus possible d'ajouter des commentaires à cet article

Formation CESEDA

Le Cercle des voisins a proposé deux sessions de formation sur la nouvelle loi CESEDA animées par Maître Benjamin Francos (ADE) les samedi 19 novembre et 10 décembre.
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA