En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

 

La Dépêche | 07/03/2011

 


Après avoir été incarcérée au centre de rétention de Cornebarrieu puis remise en liberté deux jours plus tard, la jeune Turque Kéziban fait de nouveau l'objet d'une mise en rétention depuis mardi dernier. Ses soutiens s'organisent pour garantir sa liberté.

Le mutisme est de rigueur, la situation compliquée. Mardi dernier, la cour d'appel de Toulouse rendait son avis et contredisait la décision de la juge des libertés et de la détention de remettre Kéziban en liberté. Dès lors, la jeune Turque fait l'objet d'une prolongation de sa mise en rétention de quinze jours supplémentaires mais n'a toujours pas été interpellée par les forces de l'ordre.

Actuellement en vacances scolaires, « elle aurait dû effectuer un stage en entreprise dans le quartier de la Cépière mais ne peut pas à cause de sa situation actuelle. Nous sommes très inquiets pour la poursuite de son année scolaire, compromise par cette affaire injuste », confie sa marraine républicaine, membre du collectif de soutien aux sans-papiers de Cugnaux. Soutiens, amis, proches y compris le maire de Cugnaux, tous déclarent « ne pas savoir où se trouve Kéziban en ce moment ».

La peur d'un contrôle est omniprésente et « pose des questions pour la bonne reprise de ses études à la rentrée, la semaine prochaine ». D'ici là, en attendant le jugement rendu par la cour d'appel de Bordeaux pour contester la mesure d'éloignement et l'obligation de quitter le territoire français, les soutiens expliquent « s'organiser autour des valeurs républicaines. Il existe une solidarité exemplaire entre les citoyens pour préserver cette jeune fille dans sa liberté. Elle n'a rien fait de mal, c'est une jeune qui aspire simplement à étudier et vivre librement. L'idée de la retrouver enfermée nous est insupportable, inconcevable, impensable ».

Philippe Guérin, le maire de Cugnaux estime quant à lui que « chacun aurait intérêt à sortir par le haut de cette histoire et de bénéficier d'une considération républicaine. Cette situation est irréaliste, malheureuse et kafkaïenne ».



 

Il n'est plus possible d'ajouter des commentaires à cet article

Formation CESEDA

Le Cercle des voisins a proposé deux sessions de formation sur la nouvelle loi CESEDA animées par Maître Benjamin Francos (ADE) les samedi 19 novembre et 10 décembre 2016.
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA