En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

La Dépêche | 10/06/2011

Centre de rétention de Cornebarrieu./Photo DDM
        Centre de rétention de Cornebarrieu./Photo DDM

 

 

Dans le bâtiment du centre de rétention administratif de Cornebarrieu, une famille kosovare est dans l'attente d'une décision concernant leur avenir. En France depuis 2 ans, le couple et leur enfant étaient installés à Clermont-Ferrand après avoir échappé aux violences subies dans leur pays par des extrémistes albanais. Le droit d'asile ne leur a pas été accordé car le Kosovo est considéré comme un pays sûr. Détenus au centre depuis le 24 mai, ils ont comparu devant le juge des libertés et de la détention qui leur a imposé 15 jours de rétention. À présent, ils espèrent la clémence de la préfecture de Clermont-Ferrand car rentrer au Kosovo est une idée dure à supporter suite à ce qu'ils ont vécu.

Ces cas ne sont pas isolés mais pourtant les expulsions sont passées sous silence. « Les voitures sont banalisées, personne n'est au courant de leur présence forcée dans les avions, tout se fait en cachette », explique Michel Plassat, membre de l'association du Cercle des voisins. Ce collectif d'habitant de Cornebarrieu, Blagnac et Colomiers fait parti des associations scandalisées par la situation de cette famille et de toutes les affaires similaires.

 

 

Il n'est plus possible d'ajouter des commentaires à cet article

IMPORTANT

L'inscription au bulletin hebdomadaire fonctionne à nouveau.
Pour vous inscrire, cliquez sur le bouton "Inscription au Bulletin" en haut à droite des pages.
Nous vous prions de bien vouloir nous excuser pour la gêne occasionnée.

Archive

Powered by mod LCA