En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

La Dépêche | 28/06/2011

Départ de la manifestation devant l'école Eugène Montel. Aïcha, Mohamed et leurs enfants, accompagnés d'élus municipaux, de parents d'élève et de membres du collectif des sans papier./Photo DDM, A. V.
Départ de la manifestation devant l'école Eugène Montel. Aïcha, Mohamed et leurs enfants, accompagnés d'élus municipaux, de parents d'élève et de membres du collectif des sans papier./Photo DDM, A. V.

Une centaine de personnes a défilé jeudi en fin de journée derrière Aïcha, Mohamed et leurs trois enfants, Yliès (9 ans), Sarah (6 ans) et Fayçal (4 mois). Une famille aujourd'hui en difficulté, menacée de séparation et soutenue par le collectif cugnalais des sans papier et les parents d'élèves de l'école Eugène Montel, dans laquelle Yliès et Sarah sont scolarisés. C'est avec pudeur et dignité qu'Aïcha a accepté de revenir sur leur histoire avant de rejoindre le cortège des manifestants. Une histoire commencée en Algérie. Elle et son époux y sont nés et pour des raisons professionnelles, ont choisi de s'installer en Espagne dans un premier temps avant de rejoindre la France en 2009. « Cela fait 21 ans que mon mari réside en Europe, 8 ans pour moi », précise Aïcha. « Nous possédons nos papiers de résidants européens, qui doivent aujourd'hui être appuyés par une attestation de travail auprès de la préfecture pour être valides ». Et c'est là que ça coince… A son arrivée à Cugnaux, là où réside sa sœur et certains de ses cousins, Aïcha apprend le français et travaille pendant deux mois à la mairie de Cugnaux. Mais elle est aujourd'hui sous le coup d'une OQTF (obligation de quitter le territoire français) et dispose d'un bref délai (jusqu'au 13 juillet) avant d'être expulsée de la France. Mohamed, lui, possède une promesse d'embauche (dans le secteur des transports en tant que chauffeur). Mais sans une autorisation de travailler de la préfecture, cette promesse reste en suspend et la famille refuse l'idée du travail au noir. Aujourd'hui, elle est hébergée chez des amis et change régulièrement d'endroit, après avoir connu des hébergements insalubres et malfamés. C'est à ce moment-là de notre conversation que les yeux d'Aïcha s'illuminent : « Merci à tous les gens qui nous soutiennent et qui nous accompagnent au quotidien. Sans eux… ». 626 personnes ont jusqu'ici validé la pétition de soutien à la famille. Une lutte pour le droit de rester à Cugnaux qui ne va pas en rester là. Le collectif de soutien espère dans l'urgence que la préfecture va réexaminer ce dossier. Un dossier soutenu par la municipalité.

 

 

Il n'est plus possible d'ajouter des commentaires à cet article

Formation CESEDA

Le Cercle des voisins a proposé deux sessions de formation sur la nouvelle loi CESEDA animées par Maître Benjamin Francos (ADE) les samedi 19 novembre et 10 décembre 2016.
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA