En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

L'Humanité | 01/03/2012

 

Des pères de famille ont tenté de mettre fin à leurs jours pour empêcher leur expulsion.

Trois hospitalisations hier, deux autres mardi… Les tentatives de suicide et les automutilations se multiplient au centre de rétention administrative (CRA) de Palaiseau, en Seine-et-Marne. Claude Peschanski, de l’Observatoire citoyen de ce centre, y voit les « premières conséquences de la loi Besson votée cet été », qui allonge la durée d’enfermement jusqu’à quarante-cinq jours. « Comment voulez-vous rester enfermé tout ce temps sans rien faire, comme une bête en cage, alors que vous n’avez commis aucun délit, s’interroge la militante. Les retenus ne voient pas d’autres issues. »

Hier matin, Bilal Benyahia, Algérien vivant en France depuis onze ans, a donc avalé des lames de rasoir pour prouver sa volonté de rester en France auprès de sa femme, française et enceinte de huit mois. Emmené aux urgences, il en est ressorti pour comparaître devant le juge des libertés hier après-midi. Début février, il s’était lacéré la poitrine et le cou pour ne pas être expulsé vers l’Algérie.

C’est aussi la méthode qu’a choisie un Géorgien au centre de rétention de Cornebarrieu, près de Toulouse, en se tailladant l’avant-bras devant l’un de ses enfants, mardi matin. L’homme, son épouse et leurs quatre enfants avaient été arrêtés la veille à la préfecture de Gironde. La famille devait être renvoyée vers la Pologne.

 

Il n'est plus possible d'ajouter des commentaires à cet article

rencontre Karine Parrot 3 juin 2019 banniereKarine PARROT
«Carte blanche, l'État contre les étrangers»

Le 3 juin 2019 le Cercle des Voisins a invité Karine PARROT à l'occasion de la parution de son livre «Carte blanche, l'État contre les étrangers».
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA