En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Source : La nouvelle république - Rémi SIMONET - 12/02/2021

Le Réseau éducation sans frontières 36 dénonce une prise en charge « déplorable » des mineurs non accompagnés par l’Aide sociale à l’enfance. Le Département est directement mis en cause.

Le dialogue entre le Conseil départemental et le Réseau éducation sans frontières (RESF) de l’Indre semble fragilisé. « Nous sommes écoutés, mais on attend les actes », s’impatiente un représentant du réseau qui souhaite rester anonyme, comme les autres membres du collectif. Et le dernier rapport de la Chambre régionale des comptes ne va pas adoucir les liens entre ces deux organismes. En effet, il observe que les refus de reconnaissance de mineur non accompagnés, souvent arrivant d’Afrique de l’Ouest, sont, dans l’Indre, insuffisamment motivés. Un constat que le collectif RESF pointe du doigt depuis 2018.


« Des économies sur le non-respect du droit »

Selon le réseau, lorsqu’un mineur non accompagné pose un pied à Châteauroux, il se rend directement au commissariat : « C’est du bouche à oreille, ils savent ensuite qu’ils seront orientés vers l’Aide sociale à l’enfance (ASE). » Une ASE critiquée par le collectif.
Selon le Code de l’Action sociale et des familles, l’ASE, service du Département, a pour mission d’apporter « un soutien matériel, éducatif et psychologique » entre autres aux mineurs en danger. Ce que dénonce RESF dans l’Indre, c’est la façon « déplorable » dans laquelle se déroule la phase d’évaluation permettant de déterminer l’âge du demandeur d’asile. « Aujourd’hui, l’évaluation se fait en à peine une heure, un entretien trop rapide. Le Conseil départemental se défend en expliquant que c’est justement parce que tout est très bien mis en place que les décisions sont vite rendues », rapporte un membre du réseau.
Seule l’apparence physique serait prise en compte selon le RESF qui plaide pour une évaluation plus approfondie et sur plusieurs jours. « Le fait de le déclarer majeur permet d’économiser tous les frais d’hébergements. À un moment donné, on se rend compte que le Département fait des économies sur le non-respect du droit », dénonce un membre du collectif. En 2020, sur les 70 demandeurs d’asile passés par l’ASE dans l’Indre, 59 ont été refusés à l’évaluation. Dans le même temps le nombre de demandeurs d’asile sollicitant RESF après un refus de l’ASE est passé de 4 à 17 % entre 2018 et 2019, avant de bondir de 17 % à 73 % en 2020.

à chaud

Françoise de Gouville, directrice de la prévention et du développement social au Département dénonce des « contre-vérités ». « C’est scandaleux et insultant de venir dire qu’on décide du sort d’un jeune juste à son faciès, rétorque la directrice. Il y a un référentiel fixé par décret et on l’applique strictement. »
Concernant les économies que le Département ferait « sur le dos » des mineurs non accompagnés, là encore elle nie : « Nous prenons en charge aujourd’hui 84 jeunes et cet accompagnement coûte nettement plus cher que ce que l’État peut nous donner. » Enfin, à propos de l’évaluation, elle apporte une précision : « Le rapport de la Cour régionale des comptes couvrait les quatre ans antérieurs à 2018. À l’époque aucun référentiel n’existait. On manquait en effet d’outillage et d’expérience pour traiter ce sujet ce qui n’est plus le cas maintenant. »

 


Plus jamais ca signons pour le jour dapres[Pétition] Plus jamais ça, signons pour le jour d’après

À la suite de la tribune « Plus jamais ça, préparons le jour d’après », seize organisations lancent une pétition nationale pour défendre des mesures urgentes et de plus long terme, porteuses de profonds changements politiques.

affichea3 acte4 03Acte 4 des Sans-Papiers : Liberté, Egalité, Papiers !

Le pouvoir fait partie du problème des crises de ce pays et les amplifie, semant la misère, le désespoir, le racisme et la haine là où il faut plus de solidarité, de liberté et d’égalité. Lors de la Marche nationale des Sans-Papiers nous avons montré que nous étions la solution.

Appel à l'Acte 4 et à des manifestations sur tout le territoire le 18 décembre

Régularisation des Sans-Papiers, Fermeture des CRA, Logement pour touTE

Archive

Powered by mod LCA