En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

 

Midi Libre | 28/06/2012
L’établissement, rue de la Méditerranée, est doté d’une classe de primo-arrivants.
L’établissement, rue de la Méditerranée, est doté d’une classe de primo-arrivants. (JEAN-MICHEL MART)

 

L’annonce est tombée lundi matin comme un couperet : Sona, son frère et ses parents vont être reconduits dans les prochains jours à la frontière, direction l’Arménie d’où est originaire cette famille installée en France depuis plusieurs années et demandeur d’asile.

Face à cette décision "intolérable", les enseignants et les parents d’élèves de l’école Jules-Simon ont décidé de se mobiliser. "Sona, âgée de 7 ans, est scolarisée ici depuis plus de trois ans. Elle et son frère, qui est maintenant au collège, sont des élèves brillants et épanouis, souligne une enseignante. Cette expulsion est d’autant plus injuste que la famille est très appréciée et impliquée au sein de l’école et du quartier."

Selon Réseau éducation sans frontières, qui suit de près ce dossier, Artiom, le père de Sona, a été "torturé dans son pays pour avoir exercé son métier de journaliste". Depuis plusieurs années maintenant, il demande à la France l’asile politique qui ne lui est pas accordée.

"Si la famille Gevorgyan retourne dans ce pays, elle sera en grand danger car la situation n’a pas changé depuis leur fuite vers la France." Dans une lettre ouverte - adressée plus particulièrement aux autorités françaises ! - Artiom tente d’expliquer pourquoi "peu de personnes peuvent comprendre ou accepter les raisons pour lesquelles des hommes quittent leur patrie, leur maison, leurs proches, uniquement par convictions politiques et par amour de la liberté..."

Un témoignage et un ressenti que lui et sa famille tenteront de faire partager, ce soir, à partir de 18 heures, à l’école Jules-Simon (45 rue de la Méditerranée) dans le cadre de la soirée de mobilisation organisée par les parents d’élèves et les enseignants, "histoire de rappeler, une fois de plus, que la France reste encore le pays des droits de l’homme".

                                                                                                                                                         GIL LORFÈVRE


Plus jamais ca signons pour le jour dapres[Pétition] Plus jamais ça, signons pour le jour d’après

À la suite de la tribune « Plus jamais ça, préparons le jour d’après », seize organisations lancent une pétition nationale pour défendre des mesures urgentes et de plus long terme, porteuses de profonds changements politiques.

affichea3 acte4 03Acte 4 des Sans-Papiers : Liberté, Egalité, Papiers !

Le pouvoir fait partie du problème des crises de ce pays et les amplifie, semant la misère, le désespoir, le racisme et la haine là où il faut plus de solidarité, de liberté et d’égalité. Lors de la Marche nationale des Sans-Papiers nous avons montré que nous étions la solution.

Appel à l'Acte 4 et à des manifestations sur tout le territoire le 18 décembre

Régularisation des Sans-Papiers, Fermeture des CRA, Logement pour touTE

Archive

Powered by mod LCA