En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Source : InfoMigrants - La rédaction - 31/03/2021

Après une vaste opération d'évacuation mardi, le camp de migrants de l'ancien Conforama à Coquelles, près de Calais, a été remplacé par d'imposants rochers. Le propriétaire du terrain, soutenu par la mairie, veut éviter que des migrants viennent s'y réinstaller.

C'est un espace qui est régulièrement investi depuis des années par les candidats à l'exil outre-Manche : le campement de migrants situé autour de l'ancien magasin Conforama à Coquelles, dans le Pas-de-Calais, a été démantelé mardi 30 mars, annonce la police nationale dans un tweet. 

Dans un communiqué, la préfecture indique que "76 personnes ont été prises en charge et mises à l'abri dans différentes structures d’hébergement du département (à Merlimont, Nédonchel et Croisilles)". L'opération qui a mobilisé 14 camions de CRS intervient après que le propriétaire du terrain évacué a saisi le tribunal judiciaire de Boulogne-sur-Mer. Celui-ci avait rendu ordonnance d’expulsion le 18 mars dernier.

La préfecture précise que des maraudes ont été effectuées en amont de l'évacuation afin de proposer aux migrants qui le souhaitent d'être redirigés vers des centres d'accueil du Pas-de-Calais. Mais les intéressés sont généralement peu nombreux, la commune de Coquelles, juste à l'ouest de Calais, étant située près de l'entrée du tunnel sous la Manche. La plupart des migrants sur place visent donc une traversée vers l'Angleterre plutôt qu'une prise en charge en France.

Déversement de rochers pour éviter un nouveau campement

Les autorités ne se sont pas contentées de déloger les exilés du campement de l'ex-Conforama, elles ont également procédé à un enrochement de la zone pour éviter que les migrants puissent s'y réinstaller à l'avenir. Cette mesure a été prise à la demande du propriétaire des lieux et du futur acquéreur, souligne la Voix du Nord.

"De futurs travaux vont avoir lieu sur la zone. Les choses sont désormais réglées", a commenté le maire de Coquelles, Michel Hamy, interrogé par le quotidien local. L'édile assure avoir reçu de nombreuses plaintes des commerçants quant à la présence de dizaines de tentes de migrants dans la zone tous les soirs.

Les autorités locales recourent régulièrement à des installations pour entraver l'accès des migrants ou de leurs soutiens dans la région. Une opération similaire d’enrochement a ainsi été organisée au fort Nieulay, entre les plages de Calais et Sangatte, en décembre pour empêcher le passage des associations d’aide aux migrants non mandatées par l’État.

Plus récemment, fin janvier, ce sont des arceaux de vélos qui ont été installés dans le centre-ville de Calais pour empêcher la reconstitution de camps de migrants, au lendemain d'une évacuation.

>> À (re)lire : Déboisements à Calais : "On empêche les gens de s'installer mais aussi de s'abriter, c'est cruel"

Des opérations de déboisement ont également été menées afin de supprimer les lieux où s'abritaient les migrants et des murs ainsi que des grillages sont régulièrement érigés autour de terrains en friche et de routes menant à l'Eurotunnel.

 

 


Plus jamais ca signons pour le jour dapres[Pétition] Plus jamais ça, signons pour le jour d’après

À la suite de la tribune « Plus jamais ça, préparons le jour d’après », seize organisations lancent une pétition nationale pour défendre des mesures urgentes et de plus long terme, porteuses de profonds changements politiques.

affichea3 acte4 03Acte 4 des Sans-Papiers : Liberté, Egalité, Papiers !

Le pouvoir fait partie du problème des crises de ce pays et les amplifie, semant la misère, le désespoir, le racisme et la haine là où il faut plus de solidarité, de liberté et d’égalité. Lors de la Marche nationale des Sans-Papiers nous avons montré que nous étions la solution.

Appel à l'Acte 4 et à des manifestations sur tout le territoire le 18 décembre

Régularisation des Sans-Papiers, Fermeture des CRA, Logement pour touTE

Archive

Powered by mod LCA