En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Source : Médiapart - Tenk - 02/04/2021

Il est rare que des décisions de justice nous donnent envie d’exulter, la relaxation définitive de Cédric Herrou est de celles-ci. Avec elle, c’est le délit de solidarité qui est enterré. Tout un symbole. Mais cette décision de justice ne peut pas nous faire oublier la France en particulier traite les migrant·e·s que la misère et des décennies de politiques néocoloniales balaient sur nos côtes.

Libre de Michel Toesca, notre coup de cœur est un film lumineux, plein d’humanité, qui nous emporte dans le combat de Cédric Hérrou trois ans durant. Mais sa portée n’est mesurable que si l’on prend le temps de plonger de l’autre côté du miroir. Fremd réalisé par Miriam Fassbender nous fait suivre le périple depuis le Mali jusqu'à la côte marocaine de Mohamed, sans cesse hanté par trois questions : "Vais-je me noyer dans la mer ? Vais-je réussir ? Ne vais-je pas être refoulé une fois arrivé là-bas ?"

Deux films qui, à leur échelle, en appelle à notre humanité, à la solidarité pour qu’à notre échelle nous puissions changer notre monde.

Libre

Réalisé par Michel Toesca (2018, 100 minutes)

Notre avis : L'hospitalité est à la fois disponibilité, rencontre et combat. Cédric Herrou se laisse bousculer par la réalité. En voisin, Michel Toesca est témoin de sa capacité d'accueil et de sa résistance à la fermeture des frontières et des esprits. Il prend sa vieille caméra DV Cam pour le suivre durant trois ans dans ses engagements. Avec quelques complices, ils filment dans l'urgence et l'improvisation, parfois avec des téléphones portables. C'est pourtant une des beautés de ce film d’être ainsi, sur le vif, le journal de lutte de quelques militants, la preuve d’un autre possible. Cette tonalité est soutenue par la musique de Magic Malik, qui a improvisé sur les images. Issu d'un financement participatif, avec le complément d’associations comme Médecins du monde ou Emmaüs, "Libre" a gardé son indépendance : un film libre !

Le résumé : La Roya, vallée du sud de la France frontalière avec l’Italie. Cédric Herrou, agriculteur, y cultive ses oliviers. Le jour où il croise la route des réfugiés, il décide, avec d’autres habitants de la vallée, de les accueillir. De leur offrir un refuge et de les aider à déposer leur demande d’asile. Mais en agissant ainsi, il est considéré hors la loi... Michel Toesca, ami de longue date de Cédric habitant aussi la Roya, l’a suivi durant trois ans.

Bande Annonce - Libre de Michel Tescoa © Tënk

Fremd    

Réalisé par Miriam Fassbender  (2011, 93 minutes)

Notre avis : L'espoir africain d'une réussite "ailleurs" a beau naître communautaire, villageois ou familial, pour celui qui en endosse la réalisation, il devient mission, puis, au cours de la traversée, fardeau, obsession, sort – heureux ou malheureux – la plupart du temps vécus seul. C'est cette expérience d'homme, son point de non-retour devenu une longue ligne erratique, qu'accompagne Miriam Fassbender dans "Fremd", film qui, fondé sur une confiance réciproque forte et une constante exigence esthétique, s'attache aux gestes de la survie au quotidien de son protagoniste. Un quotidien fait de précarité extrême, d'improvisation permanente et surtout d'attentes interminables. Où les semaines deviennent des mois et les mois des années, où le temps du voyage, mais aussi celui du tournage, se délite et l'espoir de voir son projet se réaliser est mis à rude épreuve, et ce des deux côtés de la caméra.

Le résumé : En route pour l'Europe ("...ce n'est pas le paradis, mais c'est le paradis d'Afrique"), Mohamed, aîné d'une famille de sept enfants, est sans cesse hanté par trois questions : "Vais-je me noyer dans la mer ? Vais-je réussir ? Ne vais-je pas être refoulé une fois arrivé là-bas ?" "Fremd" suit le long voyage du jeune homme depuis le Mali jusqu'à la côte marocaine, là où l'Europe se dessine à l'horizon et où le rêve semble à portée de main.

Bande-Annonce - Femd de Miriam Fassbender © Tënk
 
 

 


Plus jamais ca signons pour le jour dapres[Pétition] Plus jamais ça, signons pour le jour d’après

À la suite de la tribune « Plus jamais ça, préparons le jour d’après », seize organisations lancent une pétition nationale pour défendre des mesures urgentes et de plus long terme, porteuses de profonds changements politiques.

affichea3 acte4 03Acte 4 des Sans-Papiers : Liberté, Egalité, Papiers !

Le pouvoir fait partie du problème des crises de ce pays et les amplifie, semant la misère, le désespoir, le racisme et la haine là où il faut plus de solidarité, de liberté et d’égalité. Lors de la Marche nationale des Sans-Papiers nous avons montré que nous étions la solution.

Appel à l'Acte 4 et à des manifestations sur tout le territoire le 18 décembre

Régularisation des Sans-Papiers, Fermeture des CRA, Logement pour touTE

Archive

Powered by mod LCA