En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Fermez les Centres de Rétention !

Face à la crise sanitaire, l’enfermement administratif des personnes étrangères doit immédiatement cesser

Les Cercle des Voisins du Centre de Rétention de Cornebarrieu a lancé cette pétition adressée à Emmanuel Macron (Président de la République française.)

 

Lire la lettre au Président      Signer la pétition

 

La dépêche | 04/04/2013 

 


«Cela m'a fait froid dans le dos», dit-elle. Alors qu'elle effectuait des recherches aux Archives nationales et départementales sur les enfants juifs cachés au Château de la Hille, la documentariste toulousaine Neus Viala a frémi : «C'était l'époque de Sarkozy ministre de l'Intérieur, et j'ai senti que tout se resserrait autour des sans-papiers comme autour des enfants juifs pendant l'Occupation et plus tard, autour des Républicains espagnols en exil. Cette idée que tout était planifié, organisé.»

 

Neus Viala défend les sans-papiers

 

La cinéaste, auteure de dix documentaires principalement historiques, se penche alors sur la question des centres de rétention. «Il fallait montrer ce qu'il se passe aujourd'hui, ne pas attendre cinquante ans pour le raconter.» Elle soutient en 2012 la campagne Open Access qui demande le droit de visite par les journalistes des centres de rétention et rencontre une Péruvienne installée en Espagne et arrêtée à Perpignan alors qu'elle allait visiter de la famille en Italie. Lorsqu'elle en parle autour d'elle, c'est la suspicion, la méfiance : te disent-ils la vérité, ces détenus ? La documentariste espagnole, qui vit à Pibrac, ne reconnaît plus les valeurs de son pays d'adoption : «On parle à la télévision des sans-papiers comme de délinquants. La façon dont on les traite, les lois sur l'immigration et leur application font qu'ils sont forcément suspects. Les mentalités évoluent dans un sens qui n'est pas celui de la France.»

Caméra au poing, Neus Viala a rencontré des détenus, mais aussi des avocats, des juges, des associations et des familles de détenus, venues aux portes du CRA donner au parent enfermé un pull, un manteau. Ces rencontres sont des devenues un film, «Contre les murs», qui sera présenté demain vendredi, à 19 heures, à l'Utopia Toulouse. La cinéaste relance aujourd'hui un appel à la souscription pour en assurer une diffusion optimale.

Appel à souscription : renseignements et informations à www.ldh-midi-pyrenees.org

Plus jamais ca signons pour le jour dapres[Pétition] Plus jamais ça, signons pour le jour d’après

À la suite de la tribune « Plus jamais ça, préparons le jour d’après », seize organisations lancent une pétition nationale pour défendre des mesures urgentes et de plus long terme, porteuses de profonds changements politiques.

Collectif 20 juin

Journée mondiale des réfugiés 20 juin 2020 " contre les murs "

Journée mondiale des réfugiés 20 juin 2020 " la traversée du désert "

Depuis 4 ans, chaque année à Toulouse le "collectif 20 juin Toulouse" organise la Journée Mondiale des Réfugié·e·s.
Du fait de l’épidémie de COVID-19 et des restrictions sanitaires, le collectif a dû annuler, à contre cœur, les deux belles journées événements qu'il avait préparées pour cette édition 2020...
Il était malgré tout important pour nous de faire quelque chose. C'est pourquoi nous avons décidé de vous faire vivre ce temps dédié aux réfugié·e·s de façon virtuelle !

Archive

Powered by mod LCA