En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Source : Le monde - Carine Rolland et Mego Terzian - 12/07/2021

Dans une tribune au « Monde », les présidents de Médecins du monde et de Médecins sans frontières dénoncent la situation de « non-accueil » subie par les mineurs non accompagnés, qui transforme la protection de l’enfance en instrument de politique migratoire.

Tribune. Dimanche 27 juin ont eu lieu les élections départementales. Parmi les dossiers prioritaires, les élus auront notamment pour charge d’assurer la protection des enfants et adolescents en danger présents sur leur territoire. La situation des mineurs non accompagnés (MNA) est actuellement préoccupante. Ils sont, de façon croissante, la cible d’attaques, de désinformation et d’instrumentalisation au profit de discours xénophobes. En dépit des obligations légales, les responsables politiques remettent systématiquement en cause leur prise en charge.

Aussi, le 16 juin 2021, un projet de loi relatif à l’enfance a été présenté en conseil des ministres. Au lieu d’assurer un véritable « cadre sécurisant et serein » pour l’enfant, celui-ci propose des dispositions renforçant l’approche sécuritaire vis-à-vis des mineurs non accompagnés. Parmi elles, la généralisation de l’utilisation du fichier national biométrique dit « d’appui à l’évaluation de la minorité », dénoncé de longue date par nos associations.

Lire aussi « Nous ne supportons plus les déclarations mensongères, voire délirantes, au sujet des mineurs isolés étrangers »

Sous couvert de « mieux garantir la protection de l’enfance », ce fichier s’inscrit en réalité dans la politique de « non-accueil » que subissent ces jeunes en danger et transforme la protection de l’enfance en instrument de politique migratoire.

S’ajoute à cela une modification de la clé de répartition territoriale de leur prise en charge, en fonction de nouveaux critères qui ne tiennent en aucun cas compte de l’intérêt de l’enfant : rien sur les délais interminables de transferts entre certains départements qui retardent leur prise en charge ; rien sur les « doubles évaluations » qui conduisent des départements à remettre en cause la mesure de protection prise à l’initiative d’autres départements et à renvoyer des enfants à la rue.

Livrés à eux-mêmes

Comme le prévoit la loi, parce qu’ils sont âgés de moins de 18 ans et qu’ils se trouvent temporairement ou définitivement privés de la protection de leur famille, ces jeunes relèvent de la protection de l’enfance et donc des conseils départementaux, comme tout enfant en danger, sans condition de nationalité.

Lire aussi Des associations demandent à l’ONU d’enquêter sur le traitement des migrants mineurs en France

Pourtant, dès leur arrivée en France, ils sont confrontés au rejet, à la suspicion, à la remise en cause de leur identité, de leur âge, de leur histoire. Sur la base d’évaluations sociales sommaires, subjectives et inadaptées, et alors même qu’ils ne bénéficient pas de mesures de protection minimales, ils se trouvent exclus de toute prise en charge. En attendant une décision judiciaire, qui, pour plus de la moitié d’entre eux, reconnaîtra leur statut de mineurs en danger, ils sont livrés à eux-mêmes pendant de longs mois, sans pouvoir accéder à un hébergement, aux soins, à l’éducation, à un suivi éducatif ou à la satisfaction de leurs besoins fondamentaux (nourriture, vêtements, hygiène…). Ce qui dégrade encore davantage leur état de santé somatique et psychologique et compromet gravement leur accès aux soins.

Lire aussi Au pied de la tour Eiffel, des jeunes migrants isolés à la dérive

Chaque jour, nous rencontrons des enfants démunis, abîmés par leurs parcours de vie et migratoires. A cela s’ajoute, une fois arrivés en France, le non-respect du cadre légal existant relatif à l’accueil et à la prise en charge de ces enfants en danger ainsi que les nombreuses violations de leurs droits fondamentaux, ce qui ne fait que renforcer leur vulnérabilité.

La période qui s’ouvre est cruciale. Il faut replacer l’accueil et la solidarité au cœur des discours et des politiques publiques et en finir avec la mise en œuvre d’une politique du soupçon, qui a de graves conséquences sur l’accès aux droits et à la santé de ces enfants. Les MNA sont des enfants en danger qui doivent être considérés et protégés comme tels. Nous appelons les élus à prendre des engagements concrets et à renforcer les moyens humains et financiers pour assurer la protection et le respect des droits de tous les enfants en danger sur le territoire.

Carine Rolland est présidente de Médecins du monde ; Mego Terzian est président de Médecins sans frontières.

 

 


Plus jamais ca signons pour le jour dapres[Pétition] Plus jamais ça, signons pour le jour d’après

À la suite de la tribune « Plus jamais ça, préparons le jour d’après », seize organisations lancent une pétition nationale pour défendre des mesures urgentes et de plus long terme, porteuses de profonds changements politiques.

affichea3 acte4 03Acte 4 des Sans-Papiers : Liberté, Egalité, Papiers !

Le pouvoir fait partie du problème des crises de ce pays et les amplifie, semant la misère, le désespoir, le racisme et la haine là où il faut plus de solidarité, de liberté et d’égalité. Lors de la Marche nationale des Sans-Papiers nous avons montré que nous étions la solution.

Appel à l'Acte 4 et à des manifestations sur tout le territoire le 18 décembre

Régularisation des Sans-Papiers, Fermeture des CRA, Logement pour touTE

Archive

Powered by mod LCA