En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Fermez les Centres de Rétention !

La secrétaire générale de La Cimade dénonce : les enfermements arbitraires, les violences et les mises à l’isolement répétées, un climat de stigmatisation grandissante, les expulsions illégales

Solidarite avec Mimmo Lucano

Source : InfoMigrants - Maïa Courtois - 03/08/2021

À l'occasion d'un déplacement en Lituanie, dimanche 1er août, la Commissaire européenne en charge des Affaires intérieures a annoncé un soutien de 20 à 30 millions d'euros aux autorités pour renforcer leur contrôle frontalier. Cette déclaration s'inscrit dans un contexte d'augmentation des arrivées de migrants sur le territoire européen, via la frontière extérieure entre la Lituanie et la Biélorussie.

Alors que la Lituanie durcit sa politique migratoire face à un accroissement des arrivées, l'Union européenne (UE) vient de lui promettre un soutien financier dans sa lutte contre l'immigration. Vingt à trente millions d'euros seront débloqués afin d'appuyer les autorités dans le contrôle de leur frontière avec la Biélorussie, qui constitue un point d'entrée sur le territoire européen.

Cette annonce a eu lieu à l'occasion d'un déplacement, dimanche 1er août, de la Commissaire européenne aux Affaires intérieures, Ylva Johansson. Par ce financement, l'UE "soutient la Lituanie afin de défendre notre frontière extérieure commune avec la Biélorussie" a-t-elle déclaré, rapporte Associated Press (AP). "Nous devons montrer qu'il n'y a pas de libre accès au territoire de l'Union européenne", a-t-elle ajouté.

La Commissaire européenne a également indiqué qu'une délégation serait dépêchée sur place quelques jours, afin de "discuter en détails des possibilités de financer un système de contrôle frontalier efficient, incluant une surveillance et une protection contre les migrants illégaux". L'allocation de ces dizaines de millions d'euros, les objectifs poursuivis et le circuit par lesquels ils transiteront seront alors précisés.

La Biélorussie accusée d'être responsable des arrivées

Le jour de la venue de la Commissaire européenne, 287 migrants sont entrés sur le territoire européen depuis la Biélorussie, soit trois fois plus de personnes que sur toute l'année 2020 - un record. Au total, plus de 3 800 migrants ont été interceptés depuis le début de l'année en Lituanie, contre 81 en 2020, selon les autorités. "Nous avons atteint nos limites" en termes de capacités d'accueil et d'hébergement des arrivants, a affirmé lundi 2 août le directeur des garde-frontières, Rustamas Liubajevas, devant AP.

À (re)lire : La Lituanie se dit débordée face à l'afflux de migrants venus de Biélorussie

Les deux-tiers des personnes entrant sur le territoire sont irakiennes. C'est la raison pour laquelle, au-delà de la réduction du nombre d'arrivées, la "plus grande attente" des autorités lituaniennes vis-à-vis de l'Union européenne reste que celle-ci "utilise sa force de négociation avec le gouvernement irakien", a souligné la Première ministre lituanienne, Ingrida Simonyte.

Le gouvernement biélorusse voisin, mené d'une main de fer par Alexandre Loukachenko (exerçant son sixième mandat depuis août 2020), est accusé d'être responsable de cette augmentation des arrivées. Pour les autorités lituaniennes, celui-ci organise cet afflux avec le soutien de la Russie, en représailles aux sanctions économiques de l'UE et parce que la Lituanie accueille nombre d'opposants au régime. Sur place, Ylva Johansson a validé cette version, évoquant une "provocation du régime de Loukachenko".

"Nous finirons par construire le mur"

Le 9 juillet, les autorités lituaniennes ont annoncé la construction d'un mur le long de la frontière avec la Biélorussie. La première étape consiste à dérouler des barbelés, avant d'établir un mur long de 550 kilomètres. Coût de l'opération, selon le gouvernement lituanien : plus de 100 millions d'euros.

À (re)lire : La Lituanie construit un mur à la frontière avec la Biélorussie

L'argent de l'Union européenne participera-t-il à dresser ce mur ? Les responsables européens assurent que non : ces financements ne sont jamais censés prendre part à ce type de projets. Qu'une partie de l'argent puisse malgré tout y servir, ou non, ne changera rien selon les autorités lituaniennes. "Nous finirons par le construire, peu importe combien d'argent sera apporté par l'Union européenne", a ainsi martelé Ingrida Simonyte. Par ailleurs, 60 garde-frontières de Frontex, l'agence européenne de surveillance des frontières, sont attendus à la frontière entre la Lituanie et la Biélorussie d'ici fin juillet.

En parallèle de ce durcissement des contrôles frontaliers, le 21 juillet, la Lituanie a promulgué une loi restreignant le droit d'asile. Celle-ci réduit le traitement des demandes d'asile à 10 jours, complexifie les procédures de recours en cas de rejet, et surtout, autorise la détention des migrants jusqu'à six mois. Une loi qui "viole les principes fondamentaux des droits de l'Homme et de l'humanité", estime un chercheur de l'ONG lituanienne Diversity Development Group, joint par l'AFP.

 

 

Visites au CRA

Archive

Powered by mod LCA