En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

La Dépêche | 08/07/2014

Fabienne Terral-Calmès se battait depuis trois ans pour la régularisation d’une famille gambienne dont les cinq enfants sont scolarisés à l’école Édouard Herriot d’Albi. La mort de l’institutrice, poignardée par une mère d’élève vendredi dernier, a-t-elle accéléré la procédure ? La préfecture du Tarn, par la voix de Josiane Chevalier, confirme en tous cas ce mardi que « le dossier suit son cours ». « La préfecture du Tarn s'est engagée à régulariser cette famille gambienne, à la demande du ministre Benoît Hamon », a annoncé de son côté le ministère de l’Education nationale.

Pourtant, la famille en question s’était vue signifier il y a peu l’obligation de quitter le territoire français. L’Etat serait finalement revenu sur sa décision après l’intervention des parents de Fabienne Terral-Calmès auprès de la préfète du Tarn. Ceux-ci voulaient que le combat mené par leur fille aboutisse malgré son décès. L’enseignante de 34 ans avait « choisi de soutenir cette famille car elle se retrouvait dehors » et qu'elle avait certains de ses enfants dans son école, a précisé Sylvie Puissegur, militante locale du Réseau éducation sans frontières (RESF).

600 personnes aux obsèques

Fabienne Terral-Calmès a été poignardée à mort sous les yeux de ses maternelles lors du dernier jour de classe, par une mère de 47 ans qui présentait au moment des faits « des troubles mentaux sévères sous forme d'idées délirantes de persécution » selon une première expertise. Elle a été mise en examen pour « assassinat » et placée en détention à l'hôpital psychiatrique.

Les obsèques de la victime ont par ailleurs eu lieu ce mardi matin dans la plus stricte intimité. Elles ont rassemblé près de 600 personnes à Cagnac-les-Mines, près d'Albi.

Plus jamais ca signons pour le jour dapres[Pétition] Plus jamais ça, signons pour le jour d’après

À la suite de la tribune « Plus jamais ça, préparons le jour d’après », seize organisations lancent une pétition nationale pour défendre des mesures urgentes et de plus long terme, porteuses de profonds changements politiques.

affichea3 acte4 03Acte 4 des Sans-Papiers : Liberté, Egalité, Papiers !

Le pouvoir fait partie du problème des crises de ce pays et les amplifie, semant la misère, le désespoir, le racisme et la haine là où il faut plus de solidarité, de liberté et d’égalité. Lors de la Marche nationale des Sans-Papiers nous avons montré que nous étions la solution.

Appel à l'Acte 4 et à des manifestations sur tout le territoire le 18 décembre

Régularisation des Sans-Papiers, Fermeture des CRA, Logement pour touTE

Archive

Powered by mod LCA