En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Fermez les Centres de Rétention !

La secrétaire générale de La Cimade dénonce : les enfermements arbitraires, les violences et les mises à l’isolement répétées, un climat de stigmatisation grandissante, les expulsions illégales

Solidarite avec Mimmo Lucano

Source : Médiapart - Agence France-Presse - 08/10/2021

Six migrants originaires d’Afrique subsaharienne ont été tués vendredi par balles par les gardes libyens d’un centre de détention à Tripoli, a indiqué le chef du bureau de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) dans la capitale libyenne.

L’incident s’est produit dans le centre de détention « surpeuplé » d’Al-Mabani à Tripoli où sont détenus quelque 3.000 migrants « dans des conditions terribles », a indiqué à l’AFP le responsable de l’OIM, Federico Soda. « Six migrants au total ont été tués par les gardes. »

« Nous ne savons pas ce qui a provoqué l’incident mais c’est en lien avec l’entassement des migrants dans le centre. Ils vivent dans des conditions terribles et tendues », a-t-il ajouté.

« Beaucoup de migrants se sont évadés pendant le chaos », a-t-il encore dit.

Selon lui, le centre de détention Al-Mabani a une capacité d’accueil de 1.000 détenus mais plus de 3.000 s’y entassaient, dont environ 2.000 hors du bâtiment principal mais dans le périmètre du complexe.

« Leur détention est arbitraire. Nombreux d’entre eux ont des papiers en règle mais sont bloqués dans le pays », a-t-il affirmé.

La Libye est un important point de passage pour des dizaines de milliers de migrants, majoritairement issus de pays d’Afrique saharienne, cherchant chaque année à gagner l’Europe par les côtes italiennes, distantes de quelque 300 km des côtés libyennes.

Plusieurs ONG et agences onusiennes dénoncent régulièrement les conditions déplorables dans les centres de détention en Libye, où passeurs et trafiquants ont profité ces dix dernières années du climat d’instabilité ayant suivi la révolte de 2011, faisant de la Libye la plaque tournante du trafic d’êtres humains sur le continent.

Début octobre, une opération « anti-drogue » menée par les autorités libyennes dans un faubourg de Tripoli, qui a ciblé principalement des migrants en situation irrégulière, a fait un mort et au moins quinze blessés, selon la Mission d’appui des Nations unies en Libye (Manul). Au moins 5.000 personnes, dont des femmes et des enfants, ont été arrêtées, l’organisation Médecins Sans Frontières (MSF).

Mediapart n’a pas participé à la rédaction de cette dépêche, qui fait partie du flux automatisé de l’Agence France-Presse (AFP).

 

 

Visites au CRA

Archive

Powered by mod LCA