En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

La Dépêche | 02/09/2014

Marine et Levon Aleksanian, les parents de Narek, hier à Albi./Photo DDM M.L

A Albi depuis 7 ans, un jeune Arménien de 25 ans a été placé vendredi, pour la 3e fois, au centre de rétention de Cornebarrieu. «Un cauchemar» dit son avocat.

«On veut savoir pourquoi, qu'est-ce qu'on a fait de mal ; qu'est-ce que Narek a fait de mal ?». Marine Aleksanian et son mari, Levon, sont effondrés. Avec deux enfants, cette famille arménienne arrivée à Albi il y a 7 ans, pour soigner leur fils aîné après une greffe du rein, vit toujours sous la menace d'une expulsion. Dernier épisode en date, Narek, 25 ans,le cadet, a été reconduit vendredi dernier, et pour la troisième fois, au centre de rétention de Cornebarrieu. La veille, trois policiers s'étaient présentés à son domicile, lui demandant de se rendre au commissariat le lendemain «pour ses papiers». ça fait sept ans que Narek et sa famille les attendent.

Décision de justice favorable

L'obligation de quitter le territoire français (OQTF) appliquée par la préfecture du Tarn en juillet 2011, avait été annulée, après 45 jours de rétention et un recours, en mai 2012, au tribunal administratif d'appel de Bordeaux. La préfète tarnaise d'alors, Josiane Chevalier, avait dans la foulée accordée au jeune homme une carte de séjour temporaire de visiteur moyennant près de 600 € de taxes de régularisation. Un titre d'un an qui ne donne droit à rien même pas celui de travailler. Le même que celui de son père, privé lui aussi de la possibilité de travailler.

«Ce qu'on veut c'est pouvoir travailler»

«Nous, on ne veut pas des aides, on veut l'autorisation de travailler, pour faire notre vie» répète Levon, plus qu'inquiet de devoir aller à la préfecture, le 6 septembre, pour faire renouveler son titre de séjour.

«C'est un cauchemar»

«C'est un cauchemar, lâche Me Oudin, l'avocat de Narek. Depuis le début, c'est un acharnement sur cette famille comme je n'en ai jamais vu, en dépit de décisions de justices favorables rendues. La préfecture du Tarn adopte une stratégie judiciaire qu'on voit rarement alors qu'ils ont droit à un titre de séjour «vie privée, vie familiale».

Pour l'heure, la famille Aleksanian est toujours à la charge de la sœur de Marine et de sa famille à Albi. Et Narek est à nouveau sous la menace d'un renvoi dans un pays qu'il a quitté à 6 ans et où il n'a ni famille ni attaches. Un pays qui, via son ambassade en France, ne le reconnaît pas., excluant de fait son retour.

«Depuis 7 ans, ils n'ont pas de vie normale. Ce n'est pas un jeu» s'insurge Ashken, 22 ans, la compagne de Narek. Elle travaille au Séquestre et attend pour décembre leur premier enfant.

Martine Lecaudey

Il n'est plus possible d'ajouter des commentaires à cet article

Formation CESEDA

Le Cercle des voisins a proposé deux sessions de formation sur la nouvelle loi CESEDA animées par Maître Benjamin Francos (ADE) les samedi 19 novembre et 10 décembre.
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA