En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Solidarite avec Mimmo Lucano

Source : InfoMigrants - Leslie Carretero - 19/11/2021

La structure réservée aux migrants de Calais a fermé ses portes lundi 15 novembre, 12 jours seulement après son ouverture. Le lieu avait été proposé dans le cadre d'une médiation dépêchée dans la ville pour désamorcer la crise à Calais, après une grève de la faim amorcée par plusieurs militants.

À peine ouvert et déjà fermé. Le sas d’accueil à Calais, opérationnel dès le 3 novembre n’accueille plus de migrants depuis lundi 15 novembre, soit à peine deux semaines après sa mise en fonction. La structure avait été créée pour désamorcer la crise dans la région et tenter de répondre aux revendications des trois grévistes de la faim qui réclamaient "la fin du harcèlement quotidien et des expulsions".

La structure était même une des mesures phares proposées par Didier Leschi, le patron de l'Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii), envoyé en tant que médiateur à Calais.

>> À (re)voir : Vidéo : Philippe Demeestère, un prêtre militant aux cotés des migrants de Calais

De grandes tentes blanches et 300 lits de camps avaient été installés dans ce bâtiment de la rue des Huttes, à 4km du centre-ville de Calais, pour abriter les migrants après leur expulsion d’un campement.

Les exilés pouvaient y passer la nuit mais devaient quitter les lieux le lendemain à 8h30. Ils étaient ensuite redirigés vers des hébergements plus pérennes en dehors de Calais, dans "des foyers ou des centres d'accueil", "essentiellement dans les Hauts-de-France", avait précisé Didier Leschi, dans un entretien accordé à InfoMigrants.

En 12 jours, le site a hébergé au total 3 024 personnes, soit en moyenne 252 exilés chaque soir, selon les chiffres de la préfecture du Pas-de-Calais.

"Mettre en place des structures permanentes favorisent le travail des passeurs"

Alors pourquoi une fermeture si soudaine ? La préfecture, jointe par InfoMigrants, indique que "ce dispositif a été ouvert dans le cadre de la médiation, le temps nécessaire à la mobilisation de 300 nouvelles places d'hébergement. Celles-ci sont désormais identifiées : 150 sont mobilisables dans le Pas-de-Calais et 150 hors du département".

Didier Leschi, contacté par InfoMigrants, rappelle également que le lieu était "temporaire". "Depuis le départ, on explique qu'on ne souhaite pas que les hébergements se fassent sur Calais pour empêcher la création de points de fixation", dit-il. "Mettre en place des structures permanentes favorisent le travail des passeurs, il faut donc éviter que les personnes ne stagnent à Calais".

>> À (re)lire : À Calais, l’État s’engage à proposer "systématiquement" un hébergement aux migrants

Par ailleurs, toujours selon le chef de l'Ofii, une partie des exilés hébergés dans le sas "refusaient les hébergements proposés, ce qui embolisait le lieu".

Des cars stationnent tous les jours à 11h et 14h devant le site désormais fermé pour réorienter les migrants qui le souhaitent.

Les associations du Calaisis, qui ont appris la fermeture du sas par la presse, s’indignent. "C’était une fausse solution : dormir dans un hangar n'était pas une mise à l’abri mais c’était toujours mieux que rien", regrette Marguerite Combe d’Utopia 56. Pour Pierre Roques, coordinateur de l’Auberge des migrants, "l’ouverture de ce lieu n’était qu’un effet d’annonce, un coup de communication".

Environ 1 500 migrants vivent actuellement à Calais, d'après les associations, où l'arrivée des températures hivernales inquiètent les militants. La préfecture a précisé que les hangars de la rue des Huttes rouvriront en cas "d’extrême urgence, notamment dans le cadre du plan grand froid et tempêtes".

 

 


Plus jamais ca signons pour le jour dapres[Pétition] Plus jamais ça, signons pour le jour d’après

À la suite de la tribune « Plus jamais ça, préparons le jour d’après », seize organisations lancent une pétition nationale pour défendre des mesures urgentes et de plus long terme, porteuses de profonds changements politiques.

affichea3 acte4 03Acte 4 des Sans-Papiers : Liberté, Egalité, Papiers !

Le pouvoir fait partie du problème des crises de ce pays et les amplifie, semant la misère, le désespoir, le racisme et la haine là où il faut plus de solidarité, de liberté et d’égalité. Lors de la Marche nationale des Sans-Papiers nous avons montré que nous étions la solution.

Appel à l'Acte 4 et à des manifestations sur tout le territoire le 18 décembre

Régularisation des Sans-Papiers, Fermeture des CRA, Logement pour touTE

Archive

Powered by mod LCA