En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Solidarite avec Mimmo Lucano

Source : France bleu - Nina Valette - 16/11/2021

Plusieurs postes-frontières sont fermés depuis dix mois entre la France et l'Espagne. Une situation scandaleuse pour six députés européens qui ont saisit la Commission européenne. Parmi eux, Claude Gruffat, convaincu que l'écologie peut être une réponse au flux migratoire.

Six eurodéputés attendent la réponse de la Commission européenne qu'ils viennent de saisir. Ils demandent une décision concernant la fermeture de routes frontalières depuis dix mois entre la France et l'Espagne. Parmi eux, l'ancien président de la Catalogne, Carles Puigdemont, mais aussi l'eurodéputé Europe Écologie-Les Verts Claude Gruffat. Il était l'invité de France bleu Roussillon ce mardi.

France bleu Roussillon : Pourquoi saisir la Commission européenne ? 

Claude Gruffat : La situation est grave aux frontières en général, sur la façon inacceptable qu'on a d'accueillir les migrants. Des gens que j'appelle plutôt des chercheurs de refuge, qui sont des gens qui fuient parce que la vie n'est plus possible, voire même très dangereuse pour eux. Que ce soit pour des raisons climatiques ou plutôt pour des raisons politiques. Et quand ces gens se mettent en route en quittant tout, pour moi, c'est un vrai problème humain.

Ce lundi 16 novembre, le préfet du département des Pyrénées-Orientales a justifié cette décision par la lutte contre contre l'immigration, mais aussi la lutte contre le terrorisme et les trafics. Pour vous, c'est du vent ? 

Il faut arrêter d'habiller notre volonté de ne pas accueillir normalement, dignement et selon la loi des gens qui cherchent un refuge, avec des trafics, avec du terrorisme, etc.  Et imaginer que quelques cailloux en travers de petites routes dans les Pyrénées va arrêter des trafiquants. Qui peut croire à une chose pareille ? Parce que quand vous avez des millions d'euros en jeu dans des trafics de drogue ou autres, vous pensez bien que ce n'est pas quelques cailloux qui vont arrêter ça. 

Surtout que ça ennuie la vie quotidienne locale des gens. Qui en pâtit le plus ? C'est tout simplement les locaux des deux côtés des frontières, qui ont besoin de passer pour travailler et qui se retrouvent à devoir faire des détours et faire des kilomètres supplémentaires. Et puis le carburant est de plus en plus cher. 

C'est une décision politique à l'approche de la présidentielle ? 

C'est malheureusement le jeu que les dirigeants actuels jouent. C'est à dire de non pas s'occuper du climat et des questions majeures qui préoccupent réellement l'avenir de l'humanité. Mais plutôt de bidouiller avec des pseudo causes comme celle là. La réalité, c'est que si on ne s'occupe pas du climat, c'est à dire de protéger et d'investir dans les pays du Sud, parce qu'ils sont réellement en danger économique, et bien en terme de demandes de migrations, on n'a rien vu. 

Et quand vous entendez le gouvernement polonais qui annonce la construction d'un mur avec la Biélorussie, on a vu ces images de centaines de gens massés devant la Pologne à la frontière, ça vous évoque quoi ?  

C'est une décision pitoyable. On a amené des gens là, parce qu'ils ne sont même pas venus tout seul, pour faire pression sur l'Europe, sur les questions migratoires. Quand on sait que la migration Sud-Nord ne représente que 10% de la situation migratoire réelle sur la planète aujourd'hui, et que les 90% restant, c'est de la migration Sud-Sud. Comment peut on imaginer tenir longtemps dans cette situation de refus, de voir la réalité de cette misère qui est en train de monter ? Et ce ne sont pas des murs qui vont arrêter ça.

 

 


Plus jamais ca signons pour le jour dapres[Pétition] Plus jamais ça, signons pour le jour d’après

À la suite de la tribune « Plus jamais ça, préparons le jour d’après », seize organisations lancent une pétition nationale pour défendre des mesures urgentes et de plus long terme, porteuses de profonds changements politiques.

affichea3 acte4 03Acte 4 des Sans-Papiers : Liberté, Egalité, Papiers !

Le pouvoir fait partie du problème des crises de ce pays et les amplifie, semant la misère, le désespoir, le racisme et la haine là où il faut plus de solidarité, de liberté et d’égalité. Lors de la Marche nationale des Sans-Papiers nous avons montré que nous étions la solution.

Appel à l'Acte 4 et à des manifestations sur tout le territoire le 18 décembre

Régularisation des Sans-Papiers, Fermeture des CRA, Logement pour touTE

Archive

Powered by mod LCA