En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Le Club Médiapart | 09/01/2016

Ces réfugiés Syriens originaires majoritairement de la ville d'Homs en Syrie, obligés de fuir leur pays face à la tyrannie, leur ville et leurs maisons détruites, sont arrivés à Toulouse après un long périple d'un à deux ans pour certains à travers l'Egypte, puis l'Algérie, le Maroc et l'Espagne.
Quel est leur crime ? Occuper un bâtiment tout à fait correct, entretenu par ces familles, mais voué à la destruction par le bailleur social « Habitat Toulouse » dans le cadre de la métropolisation des quartiers populaires. Ils sont obligés, depuis presque un an, de squatter un bâtiment dans le quartier des Izards, faute de proposition de logement qui tienne compte de leur situation.
Ces appartements squattés sont ceux libérés dans une barre d'immeubles HLM, qui est aussi encore habité par des locataires.

Pour justifier la demande d'expulsion de ces réfugiés, l'avocat du bailleur social "Habitat Toulouse" Me Jean-Manuel Serdan a entre autres mis en avant la soi-disant mise en insécurité des appartements par des branchements électriques sauvages réalisés par les réfugiés. Il met aussi en avant le viol du droit de propriété par le fait de s'être introduit dans ces appartements libres. Il rappelle le vote en septembre 2014 du projet de rénovation urbaine du quartier des Ysards, avec démolition des immeubles "insalubres". Il évoque le fait que de très nombreuses demandes de logements sociaux sont en attente sur Toulouse et que les réfugiés Syriens ne peuvent pas s'octroyer par eux mêmes des logements inoccupés.
Il met en avant que le processus d'accueil et de logement des réfugiés Syriens doit être pris par l’État. Il demande donc l'expulsion de ces réfugiés avec transmission de l'ordre à la Préfecture, assortie d'une demande d'indemnités de location.

Puis vint le tour des trois avocats défenseurs des réfugiés, Maîtres Agnès Casero, Michel Avenas et Julien Brel.
Ils rappellent l'inaction actuelle de l'Etat et de la municipalité confrontés à l'arrivée de ces réfugiés.
En face les familles originaires de la ville d'Homs détruite par la Syrie ont tout perdu, sont complètement démunies et accusées de porter le danger.
Un des avocats déclare : " Nous sommes tous victimes de la barbarie et de cette guerre menée là-bas" Il parle aussi de la barbarie de bureaux à l'encontre de ces réfugiés. Il continue : "avoir un état de droit est une chance face au droit de propriété" et demande à : "ne pas réduire l'affaire à un simple contentieux entre un bailleur social et des réfugiés protégés par des conventions internationales."

Les avocats rappellent l'annonce faite par l'Etat aux communes dans le cadre de la circulaire du 12 septembre 2015 d'effort national de logement pour les réfugiés, d'octroyer 1000€ pour chaque nouvelle place d'hébergement créé et s'interrogent sur le fait de savoir où est cet argent promis.
Ils insistent sur l'inaction des politiques et leur demande de passer enfin des "promesses politiques" à des "effets d'actions d'accueil et de logements". Ils rappellent l'obligation par les instances européennes de la protection des réfugiés, la demande donnée par l'Etat aux Maires d'accueillir des réfugiés et l'article 8 de la Convention Européenne des Droits de l'Homme concernant le respect de la vie privée et familiale.
Ils appuient sur le fait que depuis 2 ans ces réfugiés sont en exil et que ceux qui mettent en place des lois de protection se retournent contre eux. Signalent l'indécence rare de ces assignations, la violence extrême faite par Habitat Toulouse et par la Préfecture à ces réfugiés déjà traumatisés par leur situation. Stigmatisent le fait que le Préfet ne demande pas le retrait de ces assignations faites par Habitat Toulouse.
Maître Julien Brel déclare "insupportable" le fait que "la Préfecture ne soit pas présente au tribunal pour se préoccuper du sort des réfugiés Syriens de Toulouse" .
Sur les griefs portés par "Habitat Toulouse", les avocats signalent que face à l'accusation de mise en insécurité des logement par les réfugiés eux-mêmes, le constat d'un électricien mandaté par "Habitat Toulouse" dit que tout est aux normes.
Ils insistent sur le fait qu'il est de la responsabilité d'un bailleur social de la mise en sécurité d'habitations sociales par des travaux de mise en sécurité. ils signalent que l'insalubrité prétexte à démolition de l'immeuble n'existait pas au début et dénoncent le fait que c'est "Habitat Toulouse" qui est à l'origine de l'insalubrité par la casse systématique des appartement libérés (casse des fenêtres, démontage des portes, destruction des conduites d'eau). Ils insistent sur le financement de vigiles privés pour garder les appartements vides rendus inutilisables.
Il est fait état du fait que les premières assignations à évacuations par "Habitat Toulouse" ont été délivrées en juillet 2015 à des réfugiés qu'elle sait en danger, alors que le permis de démolir est du 2 octobre 2015 et n'est toujours pas affiché.
Ils font état de la présence dans l'immeuble de locataires avec bail en cours, et que face aux assignations à évacuation, la notion d'urgence n'existe pas.
La défense signale qu'aucune preuve de voie de fait par effraction n'a été apportée ; elle insiste sur le fait que le bailleur social "Habitat Toulouse" est propriétaire d'un habitat public payé par L’État ! Elle indique que la défense d'une personne qui ne parle pas la langue est quasiment impossible et demande l'annulation de la procédure pour cause de non compréhension.
Les avocats demandent la déclaration d'incompétence du juge sur cette affaire.

Ils font ensuite état des effarantes demandes d' "Habitat Toulouse", à savoir:
- l'expulsion des réfugiés avec suppression du délais de 2 mois
- la suppression du droit de sursis lié à la trêve hivernale
- la confiscation des biens contenus dans les appartements (souvent seuls biens que les réfugiés ont put emporter lors de leurs fuite)
- la condamnation à indemnité d'occupation ( qu' Habitat Toulouse s'empresse à ne pas assimiler à des loyers!) pour un montant de 4215 €. Les avocats jugent cette demande indécente et infondée, il n'y avait pas de locataires dans les appartements libres à leurs arrivées.
Ils terminent en faisant état des carences absolues d'aide de l'Etat et d' "Habitat Toulouse" envers les réfugiés Syriens de Toulouse.

Le jugement est mis en délibéré et sera rendu le 22 janvier 2016.

Christian Puech


Pour aller plus loin:
http://www.ladepeche.fr/article/2016/01/09/2252095-habitat-toulouse-refuse-la-treve-hivernale-aux-syriens.html

http://france3-regions.francetvinfo.fr/midi-pyrenees/haute-garonne/toulouse/syriens-refugies-aux-izards-le-tribunal-rendra-son-delibere-en-fevrier-899227.html

http://www.leparisien.fr/toulouse-31000/squat-de-syriens-a-toulouse-decision-le-22-janvier-08-01-2016-5433145.php#xtref=http%3A%2F%2Fnews.google.com

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Il n'est plus possible d'ajouter des commentaires à cet article

Formation CESEDA

Le Cercle des voisins a proposé deux sessions de formation sur la nouvelle loi CESEDA animées par Maître Benjamin Francos (ADE) les samedi 19 novembre et 10 décembre.
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA