En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Cercle des Voisins | 27/05/2016

Lundi 23 mai 2016 : Le préfet de Limoges piège un réfugié du CAO de Peyrat le Château

C'est une personne du Secours populaire de Limoges qui nous a signalé l'arrivée au CRA de Cornebarrieu d'un jeune afghan A. S.

Convoqué à la préfecture de Limoges, il s'y est présenté accompagné d'un interprète, du maire de la commune de Peyrat le château, de bénévoles des Familles Rurales et du Secours Populaire Français. Il a été interpellé à la préfecture et envoyé au CRA (Centre de Rétention) de Cornebarrieu ce même jour.

Les policiers qui l'ont convoyé jusqu'à Toulouse ont menacé de lui faire une injection dans le bras s'il ne se calmait pas.

Toutes ses affaires personnelles sont restées à Limoges dans l'hôtel (géré par le 115) où il était logé depuis que le CAO (Centre d'Accueil et d'Orientation) de Peyrat le Château avait fermé ses portes (fermeture officielle depuis le 12 mai).

Mardi 24 mai 2016 : Solidarité citoyenne

Grâce à la solidarité de cheminots nous avons pu récupérer à la gare le sac et la valise de A. S qui avaient voyagé par train de Limoges à Toulouse.

Avec l'intention de rendre visite à A. S., deux personnes du Cercle des Voisins les ont ensuite acheminés au CRA et ont pu assister à leur fouille minutieuse. Les policiers n'ont pas voulu laissé passer ni les médicaments, ni les rasoirs ni même un stylo. Pour ses médicaments, c'est un problème car A.S ne doit absolument pas interrompre son traitement suite au choc psychologique qu'il a subi et qui l'empêche de dormir.

Dans le parloir, A. nous a dit qu'il était militaire en Afghanistan, qu'il a été menacé par les talibans car il refusait de coopérer avec eux. Ils l'ont menacé avec une kalachnikov et c'est pour cela qu'il a du fuir. Sa femme et ses deux enfants sont encore là-bas et son père aussi. Il a essayé une fois de prendre contact avec un oncle mais celui-ci lui a fait comprendre que sa maison et sa famille étaient toujours surveillées et qu'il valait mieux ne pas essayer de les contacter. Il n'a donc pas de nouvelles depuis longtemps.

Son parcours depuis l'Afghanistan vers l'Europe, il l'a fait à pied. Il est passé par la Hongrie où il a été arrêté, violenté, menotté. De force on lui a relevé ses empreintes. Puis, après avoir été relâché, il est parti pour la France et est arrivé à Calais où il a passé deux à trois mois.

De Calais, il est parti au CAO de Peyrat le Château où il est arrivé le 3 novembre 2015. Depuis le 12 mai il était logé par le 115 dans un hôtel. Cela faisait 8 mois qu'il était à Limoges où il suivait des cours de français.

A. S possède des attestations de ces associations et d'une attestation de suivi psychologique, nécessitant'un traitement.

A.S a très peur d'être expulsé vers la Hongrie où il a été particulièrement maltraité lors de son arrestation.

Jeudi 26 mai 2016 : Audience au tribunal administratif

Suite à la remarquable défense de Maître Benjamin Francos et à l'écoute attentive et humaine de la juge administrative, A. S a été libéré.

L'avocat a argumenté sur les pratiques des autorités hongroises en matière "d'accueil" ou dit plus justement de « traitement » des réfugiés. (cf les rapports du HCR). Il a aussi rappelé que depuis septembre 2015, le président hongrois autorisait à tirer à balles réelles sur les migrants.

A. S. a pu aussi parler de son passage en Hongrie. Il a dit qu'il avait été arrêté sur un marché, qu'on lui avait passé les menottes, envoyé en prison et qu'il avait reçu des coups. Quelques jours après, on lui a relevé de force ses empreintes et que pour l'obliger à signer un document, il avait reçu à nouveau des coups.

Comme il voulait demander l'asile en France, on a fini par le relâcher.

La juge a entendu ces arguments et a donc annulé les deux arrêtés (le renvoi vers la Hongrie et la privation de liberté au CRA).

Nous sommes allés ensuite le chercher à sa sortie du CRA et vers 20h, il a pris un bus pour Bordeaux pour rejoindre un ami pakistanais avec qui nous avions parlé. Il devait continuer son voyage vers Limoges pour revoir ses « mamans » du Secours Populaire.

Deux autres personnes passaient devant la juge ce jour là, une jeune femme du Nigéria (arrêtée en Gironde) et un tunisien (arrêté en Hte Garonne). Pour ces deux là, ce fut un rejet. La jeune femme sera remise aux autorités italiennes où elle a laissé ses empreintes et le jeune homme tunisien sera sûrement expulsé en Tunisie.

Il n'est plus possible d'ajouter des commentaires à cet article

Formation CESEDA

Le Cercle des voisins a proposé deux sessions de formation sur la nouvelle loi CESEDA animées par Maître Benjamin Francos (ADE) les samedi 19 novembre et 10 décembre.
Nous vous proposons ici les vidéos et bandes sonores réalisés lors des séances.

Archive

Powered by mod LCA