En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Solidarite avec Mimmo Lucano

Source : franceinfo - 16/09/2022

Didier Leschi, à la tête de l'Office français de l'immigration et de l'intégration, se dit favorable à ce que le titre de séjour soit conditionné à un niveau minimum de langue, alors qu'Emmanuel Macron veut une nouvelle loi sur l'asile.

"Il faut être plus rigoureux en ce qui concerne l'enseignement de la langue française", a plaidé vendredi 16 septembre sur franceinfo Didier Leschi, directeur de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (OFII), alors qu'Emmanuel Macron a annoncé jeudi 15  septembre qu'un projet de loi sur l'asile serait déposé "dès début 2023", évoquant https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/migrants/projet-de-loi-sur-l-immigration-on-n-a-pas-besoin-d-une-nouvelle-loi-pour-mieux-accueillir-en-france-reagit-france-terre-d-asile_5364412.html">une politique actuelle "absurde, inefficace et inhumaine". Selon le président, l'organisation actuelle "consiste à mettre des femmes et des hommes qui arrivent, qui sont dans la plus grande misère" dans les quartiers les plus pauvres.

franceinfo : Partagez-vous le constat d'Emmanuel Macron ?

Didier Leschi : Nous savons bien qu'il y a une difficulté aujourd'hui, en particulier en termes d'intégration et de répartition de la charge de l'accueil. C'est ce qu'a voulu rappeler le président de la République. En termes d'intégration, il y a le sujet de la langue : il faut être sans doute beaucoup plus rigoureux en ce qui concerne l'enseignement du français.

Faut-il davantage de moyens pour cela ?

Il y a déjà beaucoup de moyens qui sont donnés. Je rappelle que l'Office français de l'immigration donne gratuitement jusqu'à 600 heures de cours pour les personnes qui obtiennent un titre de séjour. Beaucoup d'associations sont subventionnées par l'Etat pour le faire. Mais je crois que le sujet, c'est aussi de faire comme le font d'autres pays qui sont souvent présentés en modèle en termes d'intégration, comme l'Allemagne, l'Autriche ou d'autres : c'est-à-dire lier le titre de séjour à l'accès à un niveau minimum de langue. Il y a une réflexion à avoir pour inciter beaucoup plus à l'apprentissage du français. Et ce n'est pas tant une question de moyens.

De quelle manière organiser une "meilleure répartition territoriale" ?

C'est un enjeu important puisque notre pays a comme caractéristique d'avoir une mauvaise répartition de la charge de l'accueil de l'immigration. Il faut par exemple éviter une concentration sur l'Ile-de-France, où nous avons malheureusement une accumulation "de la pauvreté sur la pauvreté", comme dit Emmanuel Macron. Il faut réussir à montrer les avantages qu'il y a à être dans des villes moyennes, où l'ensemble des systèmes sociaux, scolaires, ainsi que les services publics sont davantage à portée de main. Contrairement à ces situations actuelles où nous avons parfois des classes d'école où le nombre d'élèves ne parlant pas français est tellement important que ça obère les chances de réussite d'une partie des enfants.

 


Plus jamais ca signons pour le jour dapres[Pétition] Plus jamais ça, signons pour le jour d’après

À la suite de la tribune « Plus jamais ça, préparons le jour d’après », seize organisations lancent une pétition nationale pour défendre des mesures urgentes et de plus long terme, porteuses de profonds changements politiques.

affichea3 acte4 03Acte 4 des Sans-Papiers : Liberté, Egalité, Papiers !

Le pouvoir fait partie du problème des crises de ce pays et les amplifie, semant la misère, le désespoir, le racisme et la haine là où il faut plus de solidarité, de liberté et d’égalité. Lors de la Marche nationale des Sans-Papiers nous avons montré que nous étions la solution.

Appel à l'Acte 4 et à des manifestations sur tout le territoire le 18 décembre

Régularisation des Sans-Papiers, Fermeture des CRA, Logement pour touTE

Archive

Powered by mod LCA