En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés.

Solidarite avec Mimmo Lucano

Source : le monde - le monde avec AFP - 17/11/2022

Près d’un millier de personnes, en majorité de nationalité afghane, qui étaient installées sous le métro aérien dans le nord de Paris, ont été mises à l’abri.

Près d’un millier d’exilés qui vivaient sous le métro aérien, dans le nord de Paris, ont fait l’objet, jeudi 17 novembre, d’une opération de mise à l’abri et leur campement a été évacué, a-t-on appris auprès d’associations qui leur viennent en aide.

Ce campement, situé entre la gare du Nord et le quartier de Stalingrad, qui abrite essentiellement des ressortissants afghans, s’était reformé après une précédente évacuation, effectuée à la fin d’octobre par les forces de l’ordre, qui veulent éviter la reconstitution d’importants camps en lisière de Paris, répondant à la politique dite du « zéro point de fixation ».

Débutée vers 7 heures, l’opération s’est terminée avant midi et 956 personnes ont été mises à l’abri, selon l’association France terre d’asile, opératrice de l’Etat. « Une cinquantaine de personnes arrivées plus tard risquent de ne pas avoir de solution », précise-t-elle, rappelant toutefois que les derniers comptages de l’association faisaient état de 360 à 540 personnes vivant dans le campement, au 15 novembre.

« Le besoin de centres de premier accueil » pour éviter un passage obligatoire par la rue « est particulièrement accru en ce moment car il y a beaucoup d’arrivées avec énormément de primo-arrivants, notamment afghans », a expliqué Hélène Soupios-David, responsable du plaidoyer chez France terre d’asile.

« Enormément de primo-arrivants »

Les personnes prises en charge ont été emmenées à bord d’une vingtaine de bus pour être transférées vers des centres d’hébergement pour moitié en Ile-de-France, a pour sa part précisé Nikolaï Posner, un responsable d’Utopia56 qui intervient auprès des migrants à la rue. « Ce sont à 80 %, 90 % des Afghans et quelques personnes d’Afrique de l’Est. Sur place, la situation était particulièrement compliquée, car il commençait à faire très froid », a-t-il poursuivi, déplorant le « cycle perpétuel » de formation des campements et d’évacuations policières.

« Le besoin de centres de premier accueil » pour éviter un passage obligé par la rue « est particulièrement accru en ce moment, car il y a beaucoup d’arrivées avec énormément de primo-arrivants, notamment afghans », a souligné quant à elle Hélène Soupios-David, de France terre d’asile. Selon cette dernière, entre 360 et 540 personnes vivaient au 15 novembre sur le site évacué. Depuis la dernière évacuation du site, le 27 octobre, « on a constaté une augmentation significative du nombre de personnes », qui se sont ajoutées à celles qui n’avaient pas été prises en charge à la fin d’octobre, a complété la responsable du plaidoyer chez France terre d’asile.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Migrants : un accord franco-britannique pour limiter les périlleuses traversées de la Manche, mais pas de solution pérenne

Le Monde avec AFP

 


Plus jamais ca signons pour le jour dapres[Pétition] Plus jamais ça, signons pour le jour d’après

À la suite de la tribune « Plus jamais ça, préparons le jour d’après », seize organisations lancent une pétition nationale pour défendre des mesures urgentes et de plus long terme, porteuses de profonds changements politiques.

affichea3 acte4 03Acte 4 des Sans-Papiers : Liberté, Egalité, Papiers !

Le pouvoir fait partie du problème des crises de ce pays et les amplifie, semant la misère, le désespoir, le racisme et la haine là où il faut plus de solidarité, de liberté et d’égalité. Lors de la Marche nationale des Sans-Papiers nous avons montré que nous étions la solution.

Appel à l'Acte 4 et à des manifestations sur tout le territoire le 18 décembre

Régularisation des Sans-Papiers, Fermeture des CRA, Logement pour touTE

Archive

Powered by mod LCA